×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

Suite à l'assemblée générale de la Fédération Alain_Jean-PierreHaïtienne d'Athlétisme Amateur (FHAA) dont le grand point à l'ordre du jour était la tenue des élections, le nouveau comité directeur de la FHAA appelé à prendre les rênes de cette discipline pour une période de quatre ans (2010-2014) est ainsi composé:

Président : Ing. Alain Jean-Pierre
vice-présidents : Duckens Louis Joseph et Toyo Jocelyn Joseph
Secrétaire : Jean Maxime Auguste
Secrétaire-adjoint : Jean-Gardy Mésidor
Trésorier : Borgela Jean-Mary
Trésorier-adjoint : Duveau Fulbert
Conseillers : Fritzner Jean-Pierre et Pierre Jorès

L'Ing Alain Jean-Pierre dans son allocution de circonstance après sa réélection a parlé de toute une série d'activités visant à relever en commun ce grand défi de la décentralisation de cette discipline et la réalisation ainsi que l'aménagement d'infrastructures.

La famille de cette discipline pourra enfin faire connaissance avec cette piste en tartan longtemps attendue et qui dans un proche avenir sera installée dans le centre olympique dont le Comité International Olympique (CIO) entend doter Haïti.

Quant aux revendications faites par l'assemblée dans les questions d'intérêt général, on a insisté avant tout sur le championnat national d'athlétisme Sylvio Cator, la nécessité de doter la FHAA d'un nouveau siège social, d'assurer la formation des cadres sportifs et administratifs...
Cette assemblée tenue le dimanche 27 septembre 2010 au local du Comité Olympique Haïtien, a battu en quelque sorte le record de durée : elle a débuté vers 10 h du matin et a pris fin à 4 h de l'après-midi.

Add a comment

Georges Philippe Bretous, jeune coureur haïtien de 20 ans, athlete_georges-150x112a avoué au cours d’une entrevue que son rêve le plus cher est de devenir « l’homme le plus rapide au monde ». Rien de moins. Il s’entraine rudement afin de décrocher ce titre aux jeux Olympiques de 2012 à Londres. Georges Philippe Bretous est de plus en plus motivé et déterminé à entrer dans l’histoire. Son plus proche projet est de représenter son pays aux Jeux Olympiques de 2012. Pour cela, l’athlète a dû laisser le territoire national pour aller s’entrainer avec beaucoup plus de rigueur à l’étranger, les infrastructures adéquates étant inexistantes en Haïti.

Le jeune athlète court depuis l’âge de 12 ans dans les catégories des 100, 200 et 400 mètres. A l’âge de 14 ans, il représente Haïti pour la première fois dans cette discipline. Ce passionné de la course a déjà participé à des compétitions internationales telles The CARIFTA Games (Jeux des Iles / Jeux Centre américain) à quatre reprises.

C’est sa mère qui a pris l’initiative de l’inscrire, il y a huit ans, au club Triomphe Ecole d’Athlétisme. Depuis, l’aventure a commencé pour Georges et chaque année qui passe ne fait que renforcer ses rêves et pousser de plus en plus loin ses objectifs.

Il s’est entrainé avec le directeur de l’établissement, Alexandre Dubois, pendant sept ans ce dernier lui a inculqué les bases de l’athlétisme et lui a transmis l’amour de cette discipline, avoue-t-il.

Plus tard, Georges allait s’entrainer, à partir de septembre 2009, avec Henry Kupczyk qu’il a rencontré sur le net. Celui-ci est son actuel entraineur et le conduit aux JO de Londres.

Le coureur se donne à fond afin de, non seulement de faire partie de la sélection haïtienne d’athlétisme, mais aussi de porter très haut le bicolore haïtien.

Il s’entraine très durement, soit six à sept fois par semaine. « Mon entraineur ne me lâche pas d’une semelle. Il calcule méticuleusement mes entrainements, les jours de repos ainsi que les périodes de compétitions», a-t-il fait savoir.

Pour Georges Philippe Bretous, prendre part aux JO est un honneur en soi, mais son rêve reste celui de battre des records mondiaux comme détrôner Jeremy Wariner ou Lashawn Merrit sur le 400m. « Celui qui sera nommé l’homme le plus rapide sur le 400m en 2011, je le détrônerai en 2012 », persiste t-il à croire.

Add a comment

 Mayaguez, 28 juillet 2010- Hier soir, à l’Estadio Moise_Joseph_copyCentraméricanos, en demi finales du 800m, Moise Joseph s’est brillamment qualifié pour la finale en terminant 1e de sa vague avec un chrono de 1 :48.63 .L’Haïtien a devancé largement le Colombien Rodriguez Ramon 1 : 48.85 (2e) et le Vénézuélien 1 :48.91 (3e).

 Dans la 2e vague cinq coureurs ont obtenu leur qualification pour la finale : Evans Aaron (Bermudes) 1 : 49.36 ; Sappleton Aldwyn (Jamaïque) 1 :49.44 ; Nero Gavyn (Trinidad)           1:49.53 ; Reyes Tayron (Rep. dominicaine) 1:49.63 ; Cortez Edgar (Nicaragua) 1:49.73.

 Ainsi, Moise Joseph va se mesurer jeudi soir avec ces sept autres qualifiés afin d’apporter une médaille à Haïti.

 Le Jamaïcain Grenn Leford nouveau roi des 400m haies des Jeux de CAC

 La finale du 400n haie a leu lieu hier soir, l’Haïtien Alie Beauvais a raté son départ et n’a pas pu continuer la course. « Je croyais que c’était un faux départ. J’ai entendu deux sons et j’ai arrêté. Voilà pourquoi j’ai loupé mon départ », a déclaré Beauvais.

 Cette finale a également suscité beaucoup de passion parce que les Portoricains ont été en nombre imposant au stade afin de supporter leur champion du monde et olympique pour les Etats-Unis, le Potoricain Culson Javier face au Dominicain Felix Sanchez (ex-champion du monde).

 Les Jamaïcains ont gâché la fête. Le Jamaïcain Grenn Leford a pulvérisé le record que détenait son compatriote Morgan Dinedale aux Jeux Maracaibo en 1998 (48,87). Leford a terminé en 1re position avec un temps de 48,47 (nouveau record des Jeux). Le Portoricain

Culson termine 2e avec un chrono de 48,58 ; le Jamaicain Cato Roxroy 3e avec un temps 49,62 et le Dominicain Sanchez termine en 4e avec un chrono de 50,08.

En finale triple saut, Pascale Delaunay a pris la 5e place en réalisant sa meilleure performance de la saison avec un saut de 13, 06. L’épreuve a été remportée par la Jamaïcaine Williams Kimberly avec un saut de 14.23.

Add a comment

Visite à Port-au-Prince (Haïti) ce jeudi 11 Jeann_Edouard_BakerMars des membres de la Commission mise en place par l’Organisation Sportive Centraméricaine et Caraïbe (ODECABE) pour coordonner la préparation et la participation d’Haïti aux prochains Jeux Centraméricains et Caraïbes devant se dérouler à Mayaguez (Puerto-Rico).

L’annonce officielle a été faite par le Comité Olympique Haïtien (COH) qui va d’ailleurs donner une conférence de presse dans le but d’informer la presse sportive de la visite en Haïti des membres d’ODECABE.

Cette Commission, présidée par le Comité Olympique Mexicain et les Présidents des Comités Olympiques de Puerto-Rico, de la République Dominicaine, de la Barbade, de la Jamaïque et un représentant du Comité Olympique des États-Unis d’Amérique, a également pour mission d’étudier de concert avec le Comité Olympique International (CIO), la reconstruction de certains centres sportifs endommagés en Haïti après le passage du violent séisme qui a fortement ravagé le pays le 12 Janvier dernier.

Ainsi, la Presse Sportive est cordialement invitée à une conférence de presse le même jour soit (jeudi 11 Mars) à 2 h p.m. au local du Comité Olympique Haïtien.

 

Add a comment

L'organisation internationale Peace and Sport COHa lancé aujourd'hui, à la demande du comité olympique haïtien, une collecte internationale de matériel sportif pour aider les enfants et adolescents à reprendre grâce au sport une vie normale à Haïti après le séisme du 12 janvier.
"100.000 enfants et adolescents de 8 à 20 ans vivent aujourd'hui dans des camps de rescapés en Haïti, livrés à eux-mêmes et sans repère après la tragédie qui s'est abattue sur l'île le 12 janvier dernier", a noté Peace and Sport dans un communiqué.
"Le sport est l'un des moyens prioritaires pour aider ces jeunes à surmonter leur traumatisme, réapprendre à vivre ensemble en confiance autour de règles acceptées et reconstruire leur pays sur des bases durables, pacifiques et équitables", a ajouté l'organisation.
Après avoir été sollicités par l'Unicef et le Fonds des nations unies pour la population, le Comité olympique haïtien (COH) a imaginé deux programmes pour aider à restaurer par le sport "un cadre de vie structuré" dans les camps de rescapés. Le premier prévoit, pour 50.000 jeunes toujours dans les camps, des initiations à de nombreux sports (football, volley, basket, tennis, badminton, rugby, échecs...). Le second est destiné à la lutte contre les violences faites aux femmes, grâce à des activités sportives pédagogiques.
Pour mettre en oeuvre ces programmes, le COH a mandaté Peace and Sport pour organiser une collecte auprès des clubs sportifs, des ligues professionnelles et des entreprises. Objectif: récolter ballons variés, kimonos, matelas de gymnastique, raquettes, matériel d'athlétisme, sifflets, chronomètres ou encore jeux de société. Ainsi que des dons financiers.
Deux fédérations ont déjà répondu positivement, a indiqué le communiqué. La fédération internationale d'échecs enverra 500 jeux d'échecs et la fédération internationale de tennis de table 50 kits de tennis de table.

 

Add a comment

Bruny Surin établit une nouvelle marque canadienne chez les 40-45 ans, mais veut se consacrer pleinement à son rôle de président de la Fédération québécoise d'athlétisme.Bruny_Surin
Bruny Surin demeure un fier compétiteur après avoir passé les sept dernières années loin des pistes.
Le Montréalais a inscrit un nouveau record canadien au 50 m dans la catégorie des 40-45 ans, samedi, à la réunion de McGill.
Avec un chrono de 6,15 s, il a battu l'ancienne marque de cinq centièmes de seconde.
Auteur du cinquième meilleur temps de l'histoire au 100 m (9,84), Surin aimerait éventuellement s'attaquer au record mondial du 60 m dans sa catégorie (6,78), mais n'a pas l'intention de participer aux prochains championnats du monde.
« Faire une course est une chose, les mondiaux en sont une autre, explique-t-il. Il faut courir beaucoup avec les qualifications, la demi-finale et la finale. Ça demande une préparation très sérieuse et je n'en ai pas le goût. »
L'homme de 42 ans, nommé président de la Fédération d'athlétisme du Québec plus tôt dans la journée, veut plutôt se consacrer à ses nouvelles fonctions, en rehaussant la cote de son sport.
« Je ne veux pas critiquer mes prédécesseurs, mais on aurait peut-être dû faire plus de promotion. Il faut amener les jeunes vers l'athlétisme et je veux travailler en ce sens. »
Et fidèle à ses habitudes, Surin ne veut pas perdre de temps pour arriver à ses fins.
radio-canada.ca
Add a comment

Interview / « Bolt est le plus grand athlète de tous les temps ! » affirme Alain Jean-Pierre

alt
Le samedi 22 août 2009, la Fédération nationale des arts martiaux d’Haïti et disciplines affinitaires (Fnamh–da) a installé son comité exécutif. Du 15 au 23 août 2009 à Berlin, le Jamaïcain Usain Bolt a éclipsé ses concurrents lors de la 12e édition du championnat du monde d’athlétisme en réalisant deux records du monde en 100 m et en 200 m. Haïti a été présente à cette 12e édition. Alain Jean-Pierre, secrétaire général du Comité olympique haïtien et président de la Fédération haïtienne d’athlétisme amateur (FHAA), a bien voulu répondre à nos questions à propos des faits mentionnés plus haut. Gérald Bordes : Un groupe de pratiquants en arts martiaux vient d’installer, samedi dernier, un comité exécutif à la tête d’une nouvelle fédération dénommée « Fédération nationale des arts martiaux d’Haïti et disciplines affinitaires (Fnamh–da) ». Cette fédération répond-elle aux normes en vigueur pour être affiliée au Comité olympique haïtien (COH) ?

Alain Jean-Pierre : Je te remercie de montrer votre intérêt pour des disciplines sportives autre que le football. N’importe qui peut mettre sur pied une fédération nationale sportive. Cependant, pour pouvoir être affiliée à un Comité olympique national, cette fédération doit répondre à certains critères, entre autres : a) être reconnu par la Fédération internationale; b) être constitué d’un nombre minimum de 4 clubs ou associations pratiquant le sport dans le pays ; c) aucune autre fédération ne représente le sport en question ; d) pour une entité multisport, être reconnue par le Comité olympique international (CIO) (ex. sport universitaire, sport militaire, etc.). G.B. : Quels sont les critères à respecter pour mettre sur pied une fédération ? Il y en a plus d’une dizaine dans le pays mais bon nombre d’entre elles sont inactives. Est-ce que le Comité olympique haïtien travaille sur ce dossier ? Ces entités paralysées obtiendront-elles leur affiliation ? A.J.P. : Pour vous reprendre, s’il y a un minimum de quatre clubs ou associations, le COH peut reconnaître une fédération avec une affiliation provisoire sans droit de vote. Si elle est active, nous faisons une recommandation (positive ou négative) à l’assemblée générale qui est seule souveraine de l’accepter ou de la rejeter. Le COH a une commission chargée de réviser les demandes d’affiliation. D’ailleurs cinq demandes n’ont pas reçu de recommandations positives. Les fédérations inactives sont mises en veilleuse. G.B. : Le COH dispose d’un nouveau local flambant neuf à Pétion-Ville. Mais à quand la maison du sport ?
A.J.P. : Le COH dispose d’un local neuf et ceci à son crédit. Il y a une section qui traite directement avec les fédérations, et chacune des sections dispose d’un espace de travail. Pour la maison du sport, il faudra t’adresser au ministère, car elle est du ressort de l’État, comme dans tous les autres pays d’ailleurs. À ce sujet, nous avions fait une proposition au ministère qui étudiait à l’époque. Et nous avons eu une réponse positive.G.B. : En plus d’être secrétaire général du COH, vous êtes aussi président de la Fédération haïtienne d’athlétisme amateur (FHAA), parlez-nous de la participation d’Haïti à la 12e édition du championnat mondial de l’athlétisme qui s’est déroulé du 15 au 23 août à Berlin ? A.J.P. : La Fédération haïtienne d’athlétisme a en effet participé au 12e Championnat du monde d’athlétisme avec deux athlètes. Moïse Joseph au 800 m et Samyr Lainé au triple saut. Les deux ont passé les deux premiers tours pour atteindre les demi-finales. Moïse a obtenu son meilleur temps de l’année en 1’45”05. Samyr a sauté 16 m 95. G.B. : Quel est votre point de vue sur ce phénomène que constitue le Jamaïcain Usain Bolt ? Pouvez-vous établir une différence entre lui et Carl Lewis ? A.J.P. : Usain Bolt n’est pas un hasard. Depuis 2002, lors d’une interview sur les stations de radios Métropole et Ibo, j’avais dit qu’Usain Bolt et Darrel Brown de Trinidad feraient des malheurs. Brown s’est blessé et Bolt, nous voyons les résultats. L’athlétisme en Jamaïque est une affaire d’État, et on y met le paquet. D’ailleurs, le Premier ministre jamaïcain est aussi ministre des Sports. Vingt-huit millions de dollars jamaïcains sont investis chaque année dans l’athlétisme en Jamaïque. Bolt est le plus grand athlète de tous les temps (toutes disciplines confondues) ! Que vous preniez Tiger Wood, Pelé ou Maradona, Michael Jordan, Ayrto Senna, ce qu’accomplit Bolt est incomparable ! Au lendemain de son record 9,58, il a fait la une de tous les journaux du monde sauf en Haïti. Times, Le Monde, Der Spiegel, New York Times, etc. Ils sont unanimes là-dessus en disant même que Bolt est un athlète du XXIIe siècle. Il faut remarquer que Bolt s’entraîne actuellement au 400 m et au saut en longueur. G.B. : Quatre ans de cela, l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) disposait de 400 000 euros pour doter Haïti d’une piste avec tartan moyennant que l’État haïtien accepte d’ajouter le reliquat. On n’entend plus parler de ce dossier. Qu’en est-il aujourd’hui ? A.J.P. : J’aurais bien aimé recevoir 400 000 euros, ce qui fait près de 700 000 dollars américains. Il s’agit au fait d’un don de 400 000 euros que nous a promis l’IAAF pour l’érection d’une piste en Haïti. J’ai pu maintenir une pression auprès de l’IAAF pour nous garantir un apport pour la construction de cette piste dès que l’État s’engagera. Je pense que nous avons eu plusieurs discussions avec le ministère et je crois que le projet est à une phase très avancée. Nous aurons bientôt, je l’espère, cette piste. Gérald Bordes : Quels sont les projets de la FHAA ? Alain Jean-Pierre : La FHAA aura bientôt des élections. Nous avons aussi notre compétition nationale à organiser ainsi que les cours de formation à donner. Avec l’IAAF, nous avons programmé des stages pour les athlètes, les entraîneurs et surtout les juges et les officiels. Nous devons augmenter leur nombre pour qu’il n’y ait pas de carence dans ce domaine. Propos recueillis par Gérald Bordes
lematinhaiti.com

Add a comment

Au terme d'une opposition à couper le souffle, les étudiants de l'Université La Pléiade ont battu leurs homologues de l'Institut des Hautes Études Commerciales et Économiques lundi après-midi au Gymnasium Vincent.

Le score serré de 68-62 en dit presque tout sur l'ampleur de cette partie unique, pour désigner le successeur du Centre Universitaire de Management et de Productivité, CMP, qui avait été sacré l'an dernier. Une finale déroulée dans une ambiance de tonnerre. Les centaines de jeunes ayant fait le déplacement, assoiffés d'ambiance, ont été servis. Bande de rara, Disc Joker, Cheerleaders, tout était au rendez-vous pour la fête.

Sous les yeux notamment du président de la fédération haïtienne de sports universitaire, FEHSU, Déjean Bélizaire, les étudiants de l'IHECE n'ont pas pu s'offrir un nouveau titre après leur dernier sacre il y a deux (2) ans.

Le début de match de l'IHECE a été catastrophique. Ou du moins, ils ont été mangés par les étudiants de l'UPLEH. Ces derniers se sont érigés comme de véritables dragons bleus, assommant leurs challengers des malfinis rouges.
Ils ont enchaîné les tirs et ont eu de la réussite, avec notamment un cinglant 6-0 au départ. Que ce soit en pénétration ou à distance et ils ont pu aussi compter sur leur défense de fer.

Les poulains d'Ashley Salomon n'ont pas trouvé de repères. Le coach de l'IHECE a su trouver toutefois les manœuvres pour permettre à ses gars de rétablir l'équilibre, complètement. Mais au final, ils ont du céder avec une adresse nulle à longue distance. L'ambiance n'a aussi pas été du goût d'Ashley Salomon. L'expérimenté coach a aussi regretté le manque de temps de préparation de son équipe.

S'il n'a pas digéré la défaite, Ashley Salomon a reconnu la qualité de l'équipe adverse. Son homologue de l'UPLEH, Vincent Touqui s'est dit fier de ce qu'ont réalisé ses poulains qui n'ont jamais été menés.

Il a été la star de cette finale. Stephane Baptiste, pas encore 25 ans, a enflammé le Gymnasium avec ses tirs primés. Au final, il en a mis cinq (5), scorant au total 20 points. Surnommé Tololo, Stephane Baptiste, avec son faux-air d'Anderson Varejao, le basketteur brésilien de la NBA, ex-Cleveland et Golden State, s'attendait à un tel dénouement car, a-t-il dit, il a travaillé dur pour cela.

Le match a justement été l'objet de deux (2) interruptions. La première suite à de vives protestations de la part du staff technique de l'IHECE, critiquant le Disc Joker en place, qui était dévoué à la cause de l'UPLEH. La seconde pour cause de pluie.

La fin de match a été une vraie galère donc pour les protagonistes.
Le plancher était devenu glissant. Ce qui a engendré les chutes à répétition des joueurs, qui feraient bien mieux de porter dans ce moment précis des chaussures de ski.Alors que le Gymnasium, endommagé lors du séisme du 12 janvier 2010, a été réhabilité en 2012 suite à des travaux qui avaient coûté environ un million de dollars.

Heureusement, Hervé Saintilus, le directeur de ce centre sportif socioculturel depuis quasiment un an, a pu faire lui-même le constat.

Jeanvil Charilien
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Add a comment

Après avoir perdu le championnat universitaire Malfini Rougede football face aux étudiants de l’Inutech (0-0) et (5-4) aux tirs aux buts, les Malfinis rouges de l’IHECE ont pris leur revanche, en écartant l’Inutech en ½ finale du championnat de basket-ball, organisé par la Fédération Haïtienne du Sport Universitaire (FEHSU). En finale, ils ont pris rendez-vous pour en découdre face à CMP, ce mercredi 1e juillet 2015.

Décidément, l’équipe de basket-ball de l’IHECE est en grande forme. Victorieuse du championnat organisé par le réseau « R3I », elle n’a fait qu’une bouchée de son homologue de l’Inutech en ½ finale, disputé en deux manches. Sans surprise, le tenant du titre, s’est adjugé les deux matchs pour s’offrir une place en finale.

Pour conserver son bien, les Malfinis rouges, entraînés par Ashley Salomon Prudent, doivent se débarrasser des étudiants du Centre de Management et de Productivité, CMP ce mercredi 1e juillet au Gymnasium Vincent.

Pour atteindre la finale, l’équipe du CMP a dû batailler fermement pour écarter l’Unasmoh par deux victoires à une. Avant le troisième game, les deux équipes étaient à égalité. Au final, le CMP l’a emporté (102-94) pour rejoindre les Malfinis rouges.

Mercredi 1e juillet 2015

Finale du championnat universitaire de basket-ball

Gymnasium Vincent : Malfinis rouges de l’IHECE – CMP : 

Add a comment

 

La NBA a accueilli, dans la nuit de jeudi 25 Cadyà vendredi 26 juin (7h pm, heure haïtienne), soixante (60) des meilleurs jeunes joueurs de la planète basket, issus des universités américaines et des ligues du monde entier. Annoncé moins fort que l’an passé, la Draft 2015 compte toutefois plusieurs gros potentiels susceptibles de s’imposer rapidement dans la grande ligue. L’haïtien Cady Lalanne, drafté au second tour en 55e position par les Spurs de San Antonio, en est un exemple parfait parmi tant d’autres. 

Alors qu’il venait de boucler en grande pompe ses quatre (4) premières années au sein de l’équipe de l’Université de Massachusetts (UMass), Cady Lalanne, né à Port-au-Prince, le 22 avril 1992 (23 ans), a été drafté au second tour des drafts de la NBA, en 55e position par le quintuple champion, San Antonio Spurs.

En effet, il faut croire que Cady est réellement un jeune basketteur, pétri de talent, s’il est arrivé à taper à l’œil  du manager émérite de San Antonio, Robert Canterbury Buford, l’homme de tous les bons coups des Spurs. En fait, R.C. Bufort a jeté son dévolu sur le fils de Bertha Lalanne, véritable star de l’UMass, pour renforcer d’une part, et pour rajeunir d’autre part, l’effectif veillissant des Spurs.

 

Physiquement (113 kg), Cady est déjà prêt pour la NBA et compte peu de lacunes dans son jeu. Très mobile et plutôt agile balle en main pour sa taille (2m08), il possède aussi une belle palette de mouvements près du panier et sait shooter dans le périmètre. Sans aucun doute, il s’agit d’un choix intelligent de la part de Buford.

Pour ce traditionnel draft annuel de la NBA, tenu jeudi 25 juin 2015 à Barclays Center (Brooklyn), le jeune pivot haïtien n’occupait que la 55e place. Ainsi, il va découvrir le championnat nord-américain de basket-ball (NBA), et cela, dès le 27 octobre 2015, date retenue pour le coup d’envoi de la nouvelle saison, avec un total de trente (30) franchises.    

Comparé fort souvent par ses pairs à une autre star haïtienne évoluant dans la NBA, Nerlens Noël (Philadelphia), Cady, très habile techniquement, et fort physiquement, sera, sans crainte d’être démenti, un atout et un argument majeurs pour la franchise texane dans la ligne défensive, aussi bien dans la ligne offensive.

Pour preuve, Lalanne, futur coéquipier de Tim Duncan, lalanneTony Parker ou encore Pau Gasol, tournait l’an dernier à une moyenne de 11,6 points ; 9,5 rebonds ; 1,9 blocs par match. En tout et pour tout, 14 double-doubles sont à mettre également à son actif.  

Joint au téléphone, un proche du joueur résidant en Haïti, a fait savoir que : « Cady avait laissé le pays très jeune pour s’installer à Orlando (Floride), et c’est dans cette ville qu’il a appris le basic basket-ball ».

En quête de rachat, la franchise entraînée par Gregg Popovich, auréolée de cinq (5) titres acquis en quinze (15) ans : 1999, 2003, 2005, 2007 et 2014, avant de s’engager avec Cady Lalanne, a fait choix du Serbe, Nikola Milutinov (26e).

Il n’y a pas eu encore de contrat signé entre les deux parties. Dans ce cas de figure, Cady, qui disputera la « Summer league » pour les Spurs, a pour devoir de convaincre les responsables texans, sous peine de se voir s’exiler en Europe.

A côté de Nerlens Noël (Philadelphia Sixers), Samuel Dalembert (New York Nicks), et en attendant certainement, d’autres étoiles, issues d’Haïti, Cady Lalanne est en passe de devenir le troisième haïtien qui va disputer la 70 édition de la NBA.   

Add a comment

La SogeXpress passe de la parole aux actes. En effet, Machin1le 3 juin 2014 au Karibe Convention Center, les responsables avaient promis de récompenser le « Joueur favori SogeXpress » en lui offrant une voiture flambant neuve. Un an plus tard, soit le 3 juin 2015 à Marriott Hôtel, lors d’un point de presse, ils ont révélé l’identité du lauréat, Clif Kervenson Cantave, capitaine et métronome de l’équipe de l’AS Mirebalais. Ce dernier a reçu officiellement la clé d’une Kia Picanto le mardi 17 juin 2015 à Behrman Motors.

En présence d’un parterre de journalistes, le « board » de la SogeXpress, composé pour l’occasion de son Directeur Exécutif, Franck Lanoix, Kako Bourjolly et Jean Ronald Eliacin du section de marketing, a réservé un accueil chaleureux à l’ancien « Ballon d’Or G&G Sportif 2013 » avant de lui remettre la clé de la Kia Picanto.

Laissant de côté le monde humoristique, Kako a fait éloge du milieu de terrain de l’AS Mirebalais, lauréat du prix SogeXpress : « Aujourd’hui est pour nous un grand jour. En fait, la SogeXpress, en remettant la clé de cette Kia Picanto flambant neuve à Cliff Kervenson Cantave, prouve qu’elle est une compagnie qui respecte toujours ses promesses, et qui valorise l’excéllence. Que je sache, c’est pour la première fois qu’une compagnie haïtienne récompense un footballeur par une voiture. Au nom de la SogeXpress, je vous félicite pour avoir gagné ce prix. Selon ce que j’ai appris de vous, vous êtes un joueur exemplaire, rude travailleur et bourré de talents. J’invite les autres à vous imiter », a commenté Kako Bourjolly.

Pour sa part, le Directeur Exécutif de la SogeXpress a abondé dans le même sens. Cependant, il a ajouté : « La SogeXpress est fière de prendre une telle initiative pour valoriser nos talents. On ne vous a pas fait de cadeau, vous méritez de gagner ce prix. J’ose espérer que d’autres compagnies vont prendre la relève, de quoi récompenser l’excellence nationale », a expliqué Franck Lanoix.  

Non appelé en équipe nationale pour jouer la Gold Cup (7 au 26 juillet), et cela à la surprise quasi générale, Cliff K. Cantave  savoure encore sa victoire. Il en a profité pour remercier les initiateurs de ce prix : « Pour l’instant, je n’ai pas les mots exacts pour remercier la SogeXpress, les clients de Western Union et mes fans pour ce prix si spécial. Toutefois, je promets de travailler encore plus (sur le terrain en dehors du terrain) pour signer mon nom en lettres d’or dans l’histoire du football de mon pays. Je dédie ce prix à mes coéquipiers, à mes dirigeants et à mon entraîneur », a fait savoir le lauréat du prix «Joueur favori SogeXpress 2014 ».   

Pour s’adjuger le prix du « Joueur favori SogeXpress 2014 », le milieu de terrain de l’AS Mirebalais, Cliff Kervenson Cantave, récompensé par une Kia Picanto flambant neuve et mille dollars US, a récolté 175, 842 points des 1, 227, 239 votes effectués par les clients de Western Union et les usagés de téléphone Digicel.

Add a comment

Les équipes de basket (masculine et féminine) IHECE-championde l’Institut des Haute Etudes Commerciales et Economiques (IHECE), plus connues sous le nom des Malfinis rouges, ont gagné les deux trophées mis en jeu par le Ministère de la Jeunesse, des Sports, et de l’Action Civique (MJSAC) dans le cadre respectivement du tournoi du « Bicolore », disputé le samedi 30 mai au CFC et du tournoi de la « Fraternité », joué au Gymnasium Vincent.

Les filles de l’Institut des Hautes Etudes Commerciales et Economiques (IHECE) et celles de TNT (technique, notion, tactique) ont offert un spectacle de qualité lors du passage des étudiants de Columbia University en Haïti. Avec 10 points de Marie Marthe Jean, les étudiantes de l’IHECE se sont imposées (20-14) alors qu’à la mi-temps, les deux équipes ont fait presque jeu égal (11-10). Suite à cette convaincante victoire, les filles de l’IHECE, entraînées par Jacques Cazeau Fils, ont été récompensées par un trophée.

Chez les hommes, il n’y a pas eu de surprise dans la 5e édition du tournoi du « Bicolore » organisé par le MJSAC, et cela, malgré que la finale a été reportée. Initialement programmée pour le 18 mai, la grande finale a eu lieu finalement le 30 du même mois. En face des Malfinis rouge, quadruples champions, se dresse l’équipe de l’Infrotonique. Cette dernière a surpris tout le monde pour se hisser en finale.

Visiblement très motivés, les joueurs de l’Infrotonique ont fait cavalier seul face aux hommes d’Ashley Prudent Salomon, dépassés par les événements lors du premier quart-temps (30-17). En réaction, les Malfinis, touchés au vif, font parler leurs expériences pour s’imposer dans le quart-temps suivant (56-49). Dans le troisième quart-temps, les rouges n’ont pas levé leurs pieds sur l’accélérateur. Au contraire, ils ont été impitoyables en dominant les débats par quinze (15) points d’écart (75-60). L’équipe adverse avait tenté en vain de réagir. Cependant, les Malfinis, en état de grâce, véritables rapaces de trophées, ont achevé l’Infrotonique (90-72) au terme d’un match captivant et agréable à regarder.

Il s’agit du cinquième (5e) trophée de suite remporté par les Malfinis rouges dans le cadre du tournoi du « Bicolore », et le douzième (12e) de son coach à succès, Ashley Prudent Salomon aux commandes des rouges depuis 2008. « Il nous reste encore un trophée majeur à prendre, celui récompensant le lauréat du championnat universitaire, car on est le tenant du titre. Au premier tour, on a fait un parcours sans faute en terminant à la première place du classement. On aura à affronter en ¼ de final l’équipe d’Inutec », a fait savoir le coach des Malfinis.

Il est à signaler que lors de la cérémonie marquant le dévoilement du monument élevé à la mémoire de feu Gabriel Raoul Berret, ancien président du club Malfinis rouges, vendredi 5 juin au local de l’IHECE, les protégés du coach Ashley Salomon, auréolés du trophée gagné au tournoi du « Bicolore », ont fait forte impression contre les hommes de Timothée Romuald, coach de Marché Ti Tony. Ainsi, les Malfinis rouges n’ont pas tremblé face à l’équipe triple championne de l’ASHBAC et tenante du titre du dernier SBL, battue pour 10 points d’écart (77-67) en match amical. 

Add a comment

Les étudiants de la Columbia University (USA), jimmy albertqui ont séjourné à Port-au-Prince la semaine dernière ont enchanté et régalé le cœur des fans du basket haïtien. En marge du « Tournoi de la Fraternité » organisé par les responsables de l’ASHBAC sous l’égide du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action Civique (MJSAC), vendredi 29 mai au Gymnasium Vincent, ils (les étudiants) ont offert un spectacle de grande classe face à une sélection représentative d’Haïti.

Comme prévu, tout à d’abord commencer par un test match entre deux équipes de la deuxième division : AS Martissant et Air Force. Au terme d’un spectacle plaisant, la première (ASM) s’est imposée sur le score de (86-75). Entre-temps, le public des grands soirs s’apprêtent à prendre place pour assister au duel mettant aux prises les filles de l’IHECE et de la TNT (Technique, Notion, Tactique) avant le match tant attendu entre Columbia University et la sélection haïtienne, composée de joueurs ayant disputé la 7e édition de l’ASHBAC.

Puis, ont pris part à cette soirée de basket, le Ministre des sports, Jimmy Albert et le Directeur de la MJSAC, Jean Max Saint-Albin, des anciens et de nouveaux entraîneurs de cette discipline, des cadres du basket haïtien, et au nombre des milliers de fans qui ont pris d’assaut l’antre du Gymnasium, certains musiciens du groupe Gabel dont Katalog.

Avant que débute ensuite le match entre les filles de l’Institut des Hautes Etudes Commerciales et Economiques (IHECE) et celles de TNT (technique, notion, tactique), le groupe Scorpion a fait vibrer les fans du ballon orange. Avec 10 points de Marie Marthe Jean, les étudiantes de l’IHECE se sont imposées (20-14) alors qu’à la mi-temps, les deux équipes ont fait presque jeu égal (11-10) en faveur de l’équipe chère à Raoul Baptiste.

Peu avant le choc de la soirée, le ministre des sports, accompagné du Directeur général du MJSAC, Jean Max Saint-Albin, a salué le passage des étudiants de Columbia University en Haïti, eux qui ont accepté volontiers de répondre à l’invitation faite par le MJSAC. « Je tiens à remercier coach Coby. Ce dernier a joué un rôle primordial dans la venue de ces étudiants à Port-au-Prince. Le MJSAC veut être un ministère travaillant pour la promotion du sport et de l’émancipation des jeunes. J’encourage les jeunes talents haïtiens de prendre au sérieux leurs études, et cela, tout en restant connecter à la pratique du sport », a déclaré Jimmy Albert qui a salué au passage les travaux réalisés par les responsables de l’ASHBAC.

Lancement de ballons par les étudiants de Columbia University, les prestations de Tabou Band 4x4, Let’s Dance et de DJ Explicit ont précédé finalement à la rencontre mettant face à face les joueurs de Columbia (USA) à ceux d’Haïti. Deux étudiants de Columbia ont porté les couleurs de l’équipe locale et deux joueurs locaux ont évolué sous les couleurs de l’équipe étrangère pour éviter les éventuelles sanctions que pourraient prendre l’instance organisatrice du championnat de basket universitaire aux USA.

Lors des deux premiers quarts (21-19) et (49-46), les haïtiens ont fait preuve de beaucoup d’habilité, de sang froid et de réussite. Cependant, ça s’est passé autrement au terme du troisième quart-temps (65-69), car les visiteurs n’ont pas oublié qu’ils sont issus du pays où le basket a pris naissance (USA). Des tirs à trois points, des slam dunk et des actions éclaires ont été tous au rendez-vous, et le bruyant public que fait qu’apprécier. Sans surprise, les américains ont vaincu les haïtiens (94-85).

Le peu que l’on puisse dire, faire venir certains étudiants de la Columbia University en Haïti ça été un véritable coup de maître du ministre de sports, Jimmy Albert qui ne cesse de créer pas mal d’activités de quoi redorer le blason du MJSAC, ravagé et secoué ces derniers temps par des crises internes. Pour clore la soirée, le ministre des sports et le directeur général du MJSAC ont remis les deux trophées aux équipes de Columbia University et de l’IHECE. 

Add a comment

Au terme d’un match bourré de suspense et riche abasketen rébondissement, les filles du Lycée Marie Jeanne ont battu celles de l’Institution du Sacré-Cœur (20-18), et cela après deux prolongations lors de la grande finale de la catégorie cadette. Avec 8 points, Sarah Vincent s’est adjugée le titre de MVP de la finale.

Chez les garçons (toujours dans la catégorie cadette), ce sont les joueurs du Collège Victor Barolette qui se sont imposés (37-31) face à ceux du Collège Catherine. Pour l’occasion, Marc Hérold Desrivières s’est fondu de 11 paniers pour ramener le titre de MVP de la finale. Il s’agit de la deuxième finale perdue par les hommes de Catherine Flon, battus dans la catégorie minime par les élèves du Collège Jacques Roumain.

Ce mercredi 3 juin 2015 à Babiole (7) donc au local du CIBA, deux grandes finales sont à l’affiche dans les catégories (junior fille) et open (garçon). Chez les filles, l’Institution du Sacré-Cœur va tenter de s’emparer du titre face aux filles du Nouveau Collège Bird. Et chez les garçons, on aura une sorte de remake de la finale perdue chez les minimes par Catherine Flon face à Jacques Roumain. Autrement dit, ce match va se jouer sur le signe de la revanche.

Résultats et calendrier des finales

Inst du Sacré-Cœur – Lycée Marie Jeanne : 18-20 (AP 2 prol), Sarah Vincent 8 pts, MVP

Collège Victor Barolette – Collège Catherine Flon : 37 – 31, Marc Hérold Desrivières 11 pts, MVP

Mercredi 3 juin 2015

2h30 (junior fille) : Inst du Sacré-Cœur – Nouveau Collège Bird :

3h30 (Open garçon) : Collège Jacques Roumain – Collège Catherine Flon :  

Add a comment

Sous l’égide du Ministère de la Jeunesse, abasketdes Sports et de l’Action Civique (MJSAC), l’Association Haïtienne de Basket-ball Corporatif (ASHBAC) organise ce vendredi 29 mai au Gymnasium Vincent un tournoi baptisé : « Tournoi de la Fraternité» qui réunira quatre (4) équipes dont Columbia University (USA).

De passage en Haïti, les étudiants de l’Université Columbia se mesureront ce soir (7h00) face à une sélection haïtienne, composée de joueurs ayant disputé la dernière (7e) édition du championnat de l’ASHBAC.

Peu avant ce match, il y aura une rencontre choc entre les filles de TNT et IHECE, plus connu sous le nom des « Malfinis rouges » de quoi tenir en haleine le public du basket féminin.

Pour rehausser l’éclat de cet événement, les DJ’s Valmix et Explicit, mais également Tabou Band 4x4 assureront l’animation et les troupes, Lets Dance et Robo Scorpions feront le show !

Le programme

Vendredi 29 mai 2015 au Gym Vincent

5h30 : IHECE – TNT :

7h00 : Columbia University – Sélection ASHBAC : 

Add a comment

Les deux premières finales du basket scolaire disputées CIBA 2015jeudi 28 mai au local du CIBA (7, Babiole) ont vu la victoire respective des élèves de l’Institution du Sacré-Cœur (fille) et du Collège Jacques Roumain (garçon) dans la catégorie minime. Trois autres finales sont à l’affiche pour ce vendredi 29 mai 2015 dont un classique entre les filles du Sacré-Cœur et celles du Lycée Marie Jeanne avant les deux finales du mercredi 3 juin.  

Dès l’entame du match, les élèves de Jacques Roumain ont affiché leur ambition en menant (10-0) avant le réveil de son adversaire, Catherine Flon, ramenant le score à (15-12), (19-16), (19-18), (20-20) et (24-24) à la mi-temps.

Cependant en deuxième mi-temps, les élèves de Jacques Roumain n’ont laissé aucune chance à ceux de Catherine Flon, battus au final (64-51) au terme d’un match plaisant.

Avec 24 points inscrits, Loudmy Avril (Jacques Roumain) a été désigné comme le MVP de la finale devant Ralph Clément (Catherine Flon), auteur de 18 points. En termes de récompenses, Avril s’est emparé d’un téléphone offert par la Digicel, un sac de riz, courtoisie de Diri Mega et un sachet contenant plusieurs objets offert par la SogeXpress, d’une médaille et un trophée. Pour sa part, Ralph a eu droit à une médaille et une enveloppe, offerte par la SOGEBANK valant 1000 gourdes.

Le trophée et les médailles mis à part, l’équipe championne s’est adjugée la bagatelle de 50.000 gourdes contre 25.000 pour les vice-champions.

Chez les filles, c’est l’équipe du Sacré-Cœur qui s’est imposée (14-12) aux dépens de Sainte Rose de Lima, au terme d’un match palpitant, riche en rebondissement, mais aussi plaisant. Avec 6 points, Armelle Raymond (Sacré-Cœur) a été désignée MVP de la finale devant Christina Jeudy (Ste Rose de Lima), auteur de 6 unités.  

Vendredi 29 Mai 2015

Catégorie Cadette Fille 2h : Institution du Sacré-Cœur vs Lycée Marie Jeanne

Catégorie Cadette Garçon 3h : Collège Catherine Flon vs Collège Victor Barolette Catégorie Junior Garçon 4h : Collège Nouvelle Lune vs Collège Jacques Roumain

Add a comment

La 10e édition du championnat de l’Unité, CIBA 2015organisée par le Comité interscoalire de basketball (CIBA), touche à sa fin. Ainsi, sept (7) grandes finales dans les catégories minime (filles et garçons), cadette (filles et garçons), junior (filles et garçons) et open (garçon) sont au programme au local du CIBA (7, Babiole) les jeudi 28, vendredi 29 mai et mercredi 3 juin 2015 pour compléter la saison du basket scolaire.

Au nombre des établissements scolaires, qui vont en découdre pour le gain de l’un des sept (7) trophées mis en jeu par les responsables du CIBA, l’Inst du Sacré-Cœur, présente dans les catégories minime et cadette. Pour concrétiser ce rêve, les filles du Sacré-Cœur doivent se défaire de l’Inst Ste Rose de Lima (minime) et du Lycée Marie Jeanne (cadette). L’autre finale chez les filles mettra aux prises, le vainqueur (Nouveau Collège Bird vs Marie Louise Trichet) face à Ste Rose de Lima.

Chez les hommes, l’Inst Saint-Louis de Gonzague, double champion l’an dernier, a été le grand absent dans ces finales. En revanche, le Collège Catherine Flon disputera trois des quatre finales, et ce, avec pour objectif de chiper le trophée récompensant l’équipe championne de la compétition. Ainsi, Catherine Flon se mesurera face à Jacques Roumian dans les catégories minimes et Open avant de défier Victor Barolette chez les cadets.

Entre-temps, le Collège Jacques Roumain tentera de remporter le titre chez les juniors face au Collège Nouvelle Lune.   

Pour rehausser l’éclat de cet événemnt, les danseurs de Let’s danse promettent de se surpasser au rythme de la musique des DJ Bee Mix et Explicit, de quoi enchanter le cœur des fans faisant le déplacement. A côté d’Izolan, artiste invité, les hommes de Tabou Band 4x4 seront, eux aussi de la partie, pour assurer l’animation.

Les sponsors du CIBA, tels : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega et SogeXpress ne sont pas en reste. Au contraire, ils auront en profité pour offrir aux fans du basket scolaire des cadeaux avant les grandes vacances.

Programme des 7 grandes finales :

Jeudi 28 mai 2015 au local du CIBA

2h00 (minime garçon): Collège Catherine Flon – Collège Jacques Roumain :

3h00 (minime fille): Inst. du Sacré Cœur – Inst. Ste Rose de Lima :

Vendredi 29 mai 2015 au local du CIBA

2h00 (cadette fille) : Inst du Sacré Cœur – Lycée Marie Jeanne :

3h00 (cadette garçon) : Collège Catherine Flon – Collège Victor Barolette :

4h00 (Junior garçon) : Collège Nouvelle Lune – Collège Jacques Roumain :

Mercredi 3 juin 2015 au local du CIBA

2h00 (junior fille) : Inst Ste Rose de Lima – Nouveau Collège Bird ou Marie Louise Trichet : 

3h00 (Open garçon) : Collège Catherine Flon – Collège Jacques Roumain : 

Add a comment

Au nombre des seize ligues dûment affiliées à la Fédération Claude DemesminHaïtienne de Basket-ball (FHB), une seule, celle de Léogâne, représentée par Charmanton Gallant, a répondu le jeudi 14 mai 2015 à l’appel lancé par le président sortant, Claude Démesmin, qui souhaitait réaliser l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédé en vue des élections du 24 mai.

Par ailleurs, les quinze autres ont brillé par leur absence. Cependant, elles ont délégué leur porte-parole, Jean Frantz Darius, d’apporter une pétition au président Démesmin dans laquelle, elles ont contesté sa présence à la présidence de la Fédé et demandé au COH d’organiser des électios devant aboutir à un nouveau comité exécutif.

Parallèlement, le président du cartel « REVOLUTION », Berwick Coriolan et les représentants des ligues (non affiliées à la FHB), Arcahaïe, David Antoine et Tabarre, Stanley Eznard ont assisté de façon impuissante à cette soit-disant Assemblée générale, tournée en fiasco, convoquée par le très contesté Claude Démesmin.

En réaction, le Dr du basket dit : « J’ai laissé tomber », a lancé dans la foulée le président sortant après avoir pris connaissance de la pétition des ligues, alors que l’on croyait qu’il a jeté l’éponge ou démissionné, il s’est repris : « Moi et Bonnefil, nous allons convoquer les ligues pour qu’on organise respectivement l’Assemblée générale et les élections. Evidemment, on fera choix de trois membres pour former le conseil électoral et s’il le faut, on va procéder à l’homologation des nouvelles ligues », a déclaré Claude Démesmin.

Soulignons qu’il y avaient beaucoup plus de journalistes que des représentants du basket. Pour l’instant, aucune date n’est encore fixée pour la réalisation des nouvelles joutes. Entre-temps, les ligues d’une part, et le président sortant, d’autre part, maintiennent leur position. Qui volera au secours du basket haïtien ?

On verra bien… 

Add a comment

Le torchon brûle au sein de la famille du basket haïtien. emmanuelbonnefil cibaAu lendemain des joutes avortées au cours desquelles devrait être élu un nouveau comité exécutif à la tête de la Fédération, le président sortant, Claude Démesmin a tiré à boulets rouge sur son ex-bras droit, Emmanuel Bonnefil avant de pointer du doigt, JB Georges. Entre-temps, les accusations pleuvent de partout. L’homme fort de l’ASHBAC et du CIBA, membre du cartel « CONFIANCE » a accepté volontiers d’apporter certaines précisions sur ce sujet pour Ticket Sport.   

Ticket Sport : Avant les joutes devant aboutir à un nouveau comité exécutif à la tête de la Fédération Haïtienne de Basket-ball (FHB), Claude Démesmin a été jusque-là un vulgaire inconnu dans le monde du basket en Haïti. Alors, comment est-il arrivé à la présidence de la FHB ?

Emmanuel Bonnefil : En 2010, nous étions presqu’au complet, mais, les membres du cartel d’alors : « Wi NOU KAPAB » refusaient le poste de président. En plus, ils ne voulaient pas aussi que Foaud Guillaume, qui s’était absenté du pays depuis trois ans, soit la figure emblématique de ce cartel. Ainsi, sous la recommandation de Jean Claude Dorcelin dit coach Jojo, un entraîneur bien connu du milieu, on a accepté, et cela non sans peine, que Claude Démesmin préside notre cartel. Il faut dire aussi, on était à deux jours de la fermeture des dépôts de candidature. On s’était entendu de prendre une chance avec lui.

TS : Après seulement trois mois, le nouveau comité exécutif est réduit à deux ou trois personnes. Que s’est-il passé exactement ?

EB : Il y avait une sorte de conflit d’intérêt. Entre-temps, Fouad Guillaume était retourné aux USA et d’autres membres du comité se sont retirés. Avant cette division, le président avait décidé de mettre à notre disposition une maison (3 chambres privées de tout et de rien), située à Bois-Vernat devant servir de siège à la Fédération. Pour cette maison en question, Claude Démesmin percevait la somme de 4,500 dollars US à raison de 1,500 le mois. Alors, mis à part le comportement de certains membres, l’irrespect manifesté par le président à leur égard, cet argent dont je vous parlais, était pour beaucoup dans la division qui gangrennait le dernier comité exécutif de la Fédé.

TS : Malgré tout, il était visible Bonnefil que vous restez attaché à Démesmin. Qu’est ce qui est à la base maintenant de la division entre lui et vous ?

EB : Je voulais à ce qu’il fasse son mandat. Pour être honnête avec vous, je ne vais pas nier que Démesmin est un homme conflictuel, hautain et gonflé d’orgueil. Cependant, il a refusé de réaliser des élections anticipées, j’ai patienté espérant qu’il comprendrait qu’il n’y aura pas d’autres moyens de rester aux commandes de la Fédé, s’il n’organise pas des élections. Depuis le 20 novembre 2014, le dernier comité est caduc. Pour les prochaines joutes, celles de 2015, il était l’un des membres du cartel « CONFIANCE ». Les autres membres l’ont contesté certes, mais, je lui ai proposé un poste de président d’honneur. Il l’a rejeté d’un revers de main, et depuis, il m’a pris pour son cible privillégié. En réalité, je n’avais rien avec lui.

TS : Démesmin vous a accusé de distribuer des badges de façon illégale aux responsables des ligues lors des élections qui devaient avoir lieu le 9 mai au local du COH ?

EB : Tout ce que je fais, je le fais en commun accord avec lui. De concert avec lui, on a choisi trois personnes crédibles : Carline Choute, John Chéry et Jean Bernard Georges, pour former le conseil électoral. Pour les badges, j’avais pour mission de récupérer les photos. Lors d’une réunion avec les 14 ligues au siège de la Fédé (Jacmel et Ouanaminthe étaient absents), il y avait deux représentants pour les Cayes et Saint-Marc, Démesmin a récupéré les photos en vue de confectionner les badges devant permettre aux responsables des ligues de voter. Les badges sont signés par lui et c’est lui aussi, qui était responsable de les distribuer aux différentes ligues ayant droit de votes, et cela depuis le mois d’avril dernier.      

TS : Mais, comment a-t-il pu immaginer un pareil mensonge ?

EB : Vous savez, Démesmin a été dépossédé de sa licence en tant que médecin gynéchologue. Donc, il n’est plus médecin. Partout, on dit qu’il est un fou. Autrefois, je n’y croyais pas, mais, il est visible que ce type a sa tête ailleurs. Pour m’avoir accusé de faire usage de faux, je vais le sommer. Il doit avoir le courage de s’excuser publiquement. J’ai 27 ans dans l’organisation du CIBA et de l’ASHBAC, personne n’oserait de dire une chose pareille. Démesmin n’a pas la moralité de mettre en doute ma notoriété et ma responsabilité, il ferait mieux de me présenter des excuses.

TS : Entre-temps, le président sortant annonce pour ce jeudi 14 mai, une assemblée générale extraordinaire et se propose d’organiser les joutes le 24 mai. Que direz-vous alors ?

EB : Ce mercredi 13 mai, 14 ligues ont signé une pétition pour dire non à Claude Démesmin. Il est rejeté par l’ensemble des ligues (instance souveraine de la Fédé). En aucun cas, il ne peut pas se permettre de convoquer les ligues. Présentement, le dossier est entre les mains du COH, instance suprême du sport en Haïti.

Ticket Sport : Pour finir, à quoi peut s’attendre la famille du basket haïtien ? 

Emmanuel Bonnefil : A un futur glorieux du basket haïtien. D’ailleurs, vous pouvez remarquer que lors de la séance du 9 mai, il n’y a pas eu de problèmes entre le cartel de Berwick Coriolan et celui de Joseph Henri Jean. Donc, il faut déraciner l’indésirable, celui qui ne sait rien dans le domaine, Claude Démesmin. Haïti a de grandes chances de percer le marché international. Pour y arriver, la Fédé doit être entre les mains des hommes et des femmes qui connaissent bien le milieu. J’en profite pour remercier Ticket Sport pour cette interview véridique sur le basket haïtien.

Propos recueillis par Légupeterson Alexandre Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Add a comment

Au nombre des acteurs qui ont marqué la septième (7e)Feguens Georges édition de l’ASHBAC, il faut citer à côté du meneur de SOGEBANK, Elminice Isnold, « meilleur scorer » et du pivot de la Police nationale, Robenson Estélhomme « meilleur joueur » de la saison régulière, le véritable fer de lance et le puissant power forward de l’équipe trois fois championne d’ASHBAC (Marché Ti Tony) : Féguens Georges. 

Omni-présent dans l’entrejeu de son équipe tout au long de la saison régulière, Féguens a failli voler le trophée de « meilleur joueur » de la saison régulière. A défaut de chiper ce trophée, il a mis tout le monde d’accord en guidant son équipe, Marché Ti Tony à la victoire finale contre Diri Mega (86-80).

Pour y arriver, Féguens a été « on fire » tout au long des play-offs. Contre l’équipe de CNE en ¼ de finale, il a planté 17 paniers avant de récidiver en ½ finale contre Produits Bongu. Contre ce dernier, le # 33 de Marché Ti Tony, avait encore frappe fort en inscrivant 17 points. En finale, sa présence offensive (20 points, 10 rebonds et 1 steal) et très bon en défense, il a été le véritable bourreau de Diri Mega. Malheureusement, Féguens Georges (tout proche de la trentaine) n’a pas l’âge pour effectuer un essai à l’étranger. Dommage !

En trois (3) matches, Féguens a réalisé en tout et pour tout 54 points. « Je suis très content d’avoir gagné ce trophée. Cependant, celui récompensant l’équipe championne est beaucoup plus importante pour moi. On va savourer ce nouveau sacre avant de fixer d’autres objectifs », a fait savoir sur le vif le MVP de la finale, Féguens Georges. 

Add a comment

L’antre de l’ASHBAC (Babiole 7), archi-comble, Marche Ti_Tony_2015a vécu le samedi 9 mai 2015 une finale de grande facture, âprement disputée et riche en rébondissement entre les équipes de Marché Ti Tony et Diri Mega. Au coup de sifflet final, c’est la bande à Anthony Bennett qui a réalisé le fameux : « Back to Back ».  

Ils étaient plus de 2500, les amants du ballon orange qui avaient pris d’assaut le siège de l’ASHBAC pour assister à la grande finale de la 7e édition du championnat de la ville. Des stars de la musique y étaient également. Citons entre autre : les frères Martelly, Sandro et Olivier, mais aussi, le populaire rappeur, Izolan de BC. Au rythme des « Track » de l’excellent DJ Tonymix, Tambou Band 4x4 et Soul Rasta, les fans se sont gâtés tout en s’amusant à tue-tête, et ce, tout au long de la rencontre. Que dire de la prestation « 5 étoiles » du troupe Caliente, issu de la République Dominicaine et de Let’s Dance. Ces derniers ont enchanté le cœur de plusieurs milliers sympathisants du sport # 2 du pays.  

Entre-temps, les sponsors de l’ASHBAC: Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Apollo All Stars, Global Home & Office Smart et SogeXpress, ont eux aussi fait le show, et ce, pour la plus grande joie des amants du basket.  

Pour tenter de s’adjuger le trophée tant convoité, le coach de Diri Mega, Toulky Vincent a alligné un « starting five » composé de : Frantz Gérald Etienne, Fritz Gérald Content, Samuel Petit-Homme, Santos Martinez et Juan Carlos Santana. En face, Romuald Timothée, coach à succès de Marché Ti Tony, a reconduit le « starting five » qui fait de son équipe, la plus forte dans l’histoire du basket corporatif. Ainsi, Emerson Jean François, Mickael Tilus, Michelet Florius, Féguens Georges et Evens Gédéon, ont eu la confiance de Timothée.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, retransmise en direct par RTVC et THN, visiblement, les deux protagonistes ne voulaient pas faire de cadeaux. Ainsi, le jeu défensif a eu gain de cause au détriment de celui offensif. Au départ, c’est Féguens Georges, qui a déclenché les hostilités en inscrivant les premiers paniers du match. Bien planté sur ses longues jambes, Ramirez a répondu de fort belle manière. Ainsi, au terme du premier quart-temps : les deux équipes se sont quittées sur le score de (19-19).

En dépit du fait que l’équipe de Mega avait la volonté manifeste et la présence de ses deux dominicains. Cependant, elle n’arrive pas à inverser la tendance, car Féguens s’est comporté tout au long de la rencontre comme un véritable bourreau de l’équipe adverse. D’ailleurs, c’est encore lui, qui a montré la voie à ses coéquipiers, victorieux à la mi-temps (43-39). Il faut signaler en revanche, une manque criante de réussite au lancer francs de hommes de Marché Ti Tony (2 sur 12), tel n’est pas le cas pour Diri Mega.

De retour sur le paquet de l’ASHBAC, le coach de Mega, Toulky Vincent semble avoir trouvé la formule pour stopper la machine que représente l’équipe de Marché Ti Tony en prenant l’avantage pour la première dans la rencontre (60-58), nous sommes alors au 3e quart-temps du match, et le public, qui a fait le déplacement, apprécie bien. En réalité, la domination de Mega a été éphémère dans la mesure où l’équipe de Ti Tony a remis les pendules à l’heure peu avant la fin du troisième quart-temps (64-64).  

Pour le reste, l’équipe de Mega ne fait que courrir derrière le score. Par moment, elle arrive à rétablir l’équilibre sur le tableau d’affichage, mais, sans pour autant stopper son coriace adversaire, solide en défence et efficace offensivement à l’image de Féguens Georges (20) points. Autre souci pour Mega, il ne restait pas de « Time out », et en plus, son meilleur joueur, Santos Ramirez (24 points) a été « Double Team » par le coach adverse. Au final, le trophée récompensant l’équipe championne revient à l’équipe Marché Ti Tony, vainqueur de celle de Diri Mega : 86-80         

Un nouveau trophée de l’ASHBAC donc au palmarès de Marché Ti Tony. En effet, deux fois ½ finalistes (2011 et 2013), l’équipe de basket de Marché Ti Tony était à sa sixième (6e) participation au championnat de l’ASHBAC. A quatre reprises, elle a pu atteindre la grande finale. En 2012, Marché Ti Tony a été battu par la Digicel. En revanche, lors de sa première participation en 2010, la bande à Anthony Bennett avait mis tout le monde d’accord en s’adjugeant le trophée récompensant l’équipe championne. Même cas de figure en 2014 et en 2015. Ainsi, Marché Ti Tony devient l’équipe la plus titrée de l’ASHBAC avec trois titres remportés devant respectivement Digicel, deux titres (2011 et 2012), SOGEBANK (2009) et Produits Bongu (2013).    

Lors de la cérémonie de remise de trophées et de médailles, c’est un responsable de Diri Mega, Angélique Salomon qui était chargée de remettre le trophée au capitaine de Marché Ti Tony, Mickael Tilus. Romuald Timothée et Féguens Georges respectivement, coach et power forward de Marché Ti Tony ont été désignés « Meilleur coach » et « MVP » de la finale.

Voici les noms des différents joueurs qui ont permis à Marché Ti Tony de s’adjuger l’ASHBAC 2015 : Emerson Jean François (#00), Samy Jeudy (#2), Dave Louissaint (#5), Réginald Albert (#6), Steven Icart (#7), Evens Gédéon (#10), Luckenson Ulyse (#12), Paul Firmin (#16), Mickael Tilus (#23), Michelt Florius (#24), Féguens Georges (#33) et Gérald Noncent (#34).

Grande finale de la 7e édition de l’ASHBAC

Samedi 9 mai 2015

Marché Ti Tony – Diri Mega : 86 – 80, Féguens Georges 20 points 

Add a comment

Au terme d’une saison fleuve, Diri Mega a survolé les Bongu -_T_tony_2013débats pour atteindre la grande finale de la 7e édition de l’ASHBAC. Il n’a qu’un objectif celui de s’adjuger le titre suprême. Pour y arriver, Mega doit franchir l’obstacle que constitue l’équipe championne en titre, Marché Ti Tony, solide en défense et efficace dans la ligne offensive. Quoique qu’il arrive, on connaîtra le vainqueur de la 7e édition de l’ASHBAC, ce samedi 9 mai 2016 au local du CFC, 7, Babiole. 

En six (6) participations, l’équipe de Marché Ti Tony a atteint la finale à quatre (4) reprises, et s’est imposée par deux (2) fois : 2010 et 2014. En face, Diri Mega, finaliste malheureux en 2013, disputera sa deuxième finale en quatre (4) participations. Cette année, Mega, principal outsider de la compétition, semble bien parti pour s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de la 7e édition de l’ASHBAC.

Joint au téléphone à la veille de cette grande finale, le Coordonnateur de l’ASHBAC invite les fans à prendre d’assaut l’antre du CFC : « Mis à part l’équipe championne et vice-championne, l’ASHBAC récompensera aussi le meilleur meilleur joueur de la finale et le meilleur entraîneur. Des surprises, il y en a, et les amants du basket corporatif sont invités en grand nombre, car nos sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Apollo All Stars, Global Home & Office Smart et SogeXpress promettent d’enchanter le cœur des fans, qui feront le déplacement à Babiole, # 7 », a expliqué Emmanuel Bonnefil.

Côté sécurité, il a fait savoir que tout est en ordre : « Pour cette finale, l’ASHBAC n’a rien pris et rien laissé à la légère. Ainsi, on est prêt à tous les points pour ce grand événement, qui passionne déjà le monde du basket haïtien. J’en profite pour remercier la Police nationale, les responsables des équipes, les acteurs, les officiels et les fans pour avoir donné permis à l’ASHBAC de grandir de jour en jour », a poursuivit le Coordonnateur.

Pour atteindre la grande finale, l’équipe championne en titre, double lauréate de la compétition, Marché Ti Tony (3e lors de la saison régulière) a écarté respectivement sur son passage, le CNE en ¼ avant de prendre la mesure des Produits Bongu en ½ finales. En face, Diri Mega (1e au terme de la saison régulière :  9 matches, 8 victoires et une défaite) a terrassé les équipes de SOGEBANK (lauréate en 2009) et Digicel (championne en 2011 et 2012), deux anciens vainqueurs de l’ASHBAC.     

Pour détrôner l’équipe de Marché Ti Tony, qui dicte depuis tantôt deux années ses lois dans le basket haïtien, et qui ne cesse d’embellir son palmarès, il va falloir que les dominicains (Juan et Ramirez) de Diri Mega soient en grande forme. Pour sa part, le meneur de jeu de Matché Ti Tony, Féguens Georges promet de faire des misères à la défense en face.  

Pour rehausser l’éclat de ce duel explosif et qui promet de faire des étincelles entre les deux meilleures équipes de la saison : Marché Ti Tony – Diri Mega, les responsables de l’ASHBAC invitent le troupe Caliente (Rép Dominicaine) et Let’s Dance à côté de DJ Explicit, Tabou Band 4x4 et Soul Rasta.

Samedi 9 mai 2015

Grande finale de l’ASHBAC, 7, Babiole

5h PM : Marché Ti Tony – Diri Mega : 

Add a comment

Omniprésent dans les activités de basket organisées Frag Antoine_Junior_Arbitre_de_Basket_bal-weblpar les responsables du CIBA et de l’ASHBAC ou de l’ASI et de SBL, Antoine Junior Fragé dit Piney, né à Port-au-Prince le 1e mai 1983 (32 ans), ex-joueur et dirigeant, et ancien assistant entraîneur, officie depuis tantôt cinq (5) ans comme arbitre. Acceptant volontiers de répondre aux questions de Ticket Sport, Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, en a profité pour retracer son parcours dans le monde du basket haïtien. Partons à la découverte de cet arbitre bourré de talents !

Sans crainte d’être démenti, le talentueux Piney, fait partie des tous meilleurs arbitres du basket haïtien. Très amical et toujours souriant, il s’est imposé dans le cœur des difficiles et exigents fans du basket en Haïti. Pas encore marié, Piney tarde encore à mettre au monde son premier né. A ce sujet, il a déclaré : « C’est un projet à long termes ».       

Le très sollicité Piney, a plusieurs cordes à son arc, en plus d’être arbitre, Piney, qui parle l’espagnol et l’anglais, est un technicien en électricité bâtiment. « J’ai un amour fou pour le basket. Sinon, je l’aurais déjà abandonné au regard de comportements des fans et parfois même de certains dirigeants. En Haïti, les arbitres ne sont pas bien traités. Pour être sincère avec vous, c’est en République Dominicaine que j’aie développé le grand amour pour l’arbitrage du basket. Là-bas, ils sont très respectés, et grâce à ce métier, ils peuvent gagner leur vie. En Haïti, c’est tout un monde de différence », a expliqué Piney.

Pour éradiquer ce problème, Fragé propose : « Il serait plus qu’important à ce que la Fédération Haïtienne de Basket épaule et encadre les arbitres. Moi, j’ai eu la chance de suivre plusiuers séminaires en Haïti. Du 10 juillet au 28 août 2004, j’ai été au Camp d’été organisé par Ecole de Basket Persévérence. Le 22 décembre 2004, j’ai pu décrocher un certificat au terme d’une séance de formation organisée par la FHB. Vous pouvez vérifier qu’à l’étranger aussi, j’ai obtenu pas mal de certificats. Par exemple, le 9 janvier 2012, j’ai suivi avec succès un séminaire au Colegio Coabasa (Rép Dominicaine) et le 13 janvier 2014, j’ai été à Cuba pour suivre une autre séance de formation de haut niveau. Autant dire, ce n’est pas un hasard, si on fait toujours appel à moi dans les grands tournois », a fait savoir Antoine Junior Fragé.

Comme tout autre arbitre, Piney a un modèle, le fameux arbitre dominicain, Robenson Aracena. Ce dernier est un icône chez nos voisins. « J’ai apprécie sa discipline, il rend beau la pratique du basket et tout le monde se sent à l’aise lorsqu’il est sur le paquet. Il est un icône dans son pays et pour toute la Caraïbe. En effet, grâce à son aide, j’ai été à Cuba. Présentement, il travaille pour que je passe très binetôt au Mexique l’examen de la FIBA. Malheureusement, en Haïti, il n’y a pas encore un comité exécutif aux commandes de la Fédé. Alors qu’en revanche, c’est la Fédé du pays, qui devrait en principe écire la FIBA. J’espère que tout sera entré dans l’ordre, et que le nouveau comité exécutif en question soit en mesure de voler aux secours des arbitres », a-t-il poursuivit.

Lancé dans le grand bain du basket par Darwin Rimpel, Miyagy et coach Shov, Fragé, alors assistant entraîneur au sein de l’ASBA en 2004, s’est montré très reconnaissant à l’égard de ses pairs. « C’est une occasion pour moi de montrer ma gratitude à l’égard de ces messieurs. Grâce à eux, j’ai brûlé toutes les étapes de cette discipline. J’ai été joueur avant d’être dirigeant et assistant entraîneur. Je n’ai pas pris d’assaut le basket. Je connais tous les détails sur cette discipline tant apprécié par mes compatriotes ».

Piney, qui a fait ses grands débuts comme arbitre en mars 2004, espère aller le plus loin possible dans ce métier. « J’ai 32 ans, peut-être, il me reste encore 10 ans. Au terme de ma carrière à 45 ans ou plus, il se peut que je devienne formateur d’arbitre. Pour qu’on ait de très bons arbitres, il faut qu’il y ait de compétitions de haut niveau. Ainsi, j’apprécie le projet de Patrick Washington lequel visant à implanter des sélections nationales dans le pays. Ce serait une très bonne chose pour le pays en général, mais pour nous, les arbitres en particulier », a-t-il conclu.   

Il est à signaler qu’ils ne sont pas nombreux, les arbitres haïtiens capable de diriger un match de basket sans faire trop de bévue. Antoine Junior Fragé dit Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, s’est mis en position de force pour redorer le blason du sport # 2 d’Haïti, le basket-ball, amputé jusque-là d’un comité exécutif à la tête de la fédé. 

Add a comment

Les équipes de Diri Mega et de Marché Ti Tony ont pris abasketrendez-vous pour le 9 mai 2015 au local de l’ASHBAC (7, Babiole) en vue de s’affronter dans le cadre de la grande finale de la 7e édition de la compétition baptisée par ses pairs : « le championnat de la ville ». Pour atteindre la dernière cape, les deux protagonistes ont en effet écarté respectivement en ½ finales le week-end écoulé les équipes de Digicel et de Produits Bongu.

Si la pluie avait contraint les responsables de l’ASHBAC de reporter le second match de la soirée du samedi 25 avril celui devant mettre aux prises : Marché Ti Tony aux Produits Bongu. Les milliers de fans, qui avaient pris d’assaut l’antre de l’ASHBAC, se sont bien amusés en assistant à un duel très attendu entre la Digicel et Diri Mega.

En effet, après avoir écarté, la SOGEBANK en ¼ de finale, le principal outsider du championnat de l’ASHBAC cette année, Diri Mega a fait une nouvelle victime. Conduite par le Dominicain, Santos Martinez « on fire », 26 points et très présent dans le jeu défensif de son équipe, Diri Mega a créé une petite surprise en écartant la Digicel, double lauréate de l’ASHBAC (2011 et 2012). D’ailleurs, ce match comptant pour les ½ finales, a été le remake de la grande finale perdue justement par l’équipe de Mega face aux rouges, qui étaient en état de grâce pendant les deux années post-séisme.

Ainsi, pour une deuxième fois, trois ans après avoir atteint la grande finale (2012), Diri Mega, qui s’est imposé sur le score de (98-96) face à Digicel, s’est offert une place en finale. L’objectif de l’équipe chère à Angélique Salomon est de remporter le trophée suprême. Pour y arriver, elle doit être en mesure de prendre la longueur de la solide et coriace équipe de Marché Ti Tony, double lauréate de l’ASHBAC.

Parlant justement de Marché Ti Tony, on y reste. Il y a de cela deux ans, la bande à Anthony Bennett ne cesse de dicter ses lois dans les différentes compétitions de basket organisées à tavers la zone métropolitaine. Auréolée de trois titres : ASHBAC 2014, SBL 2014 et championne du tournoi d’Adidas, décembre 2014, l’équipe de Marché Ti Tony, véritable machine à gagner, n’a laissé aucune chance aux hommes de Produits Bongu. Ce dernier, battu en finale à trois reprises par les protégés de coach Lily, s’est une nouvelle fois incliné. Malgré le changement d’entraîneur et certains ajustements opérés par les dirigeants, Bongu n’arrive pas à vaincre le signe indien. Au contraire, il s’est laissé écarter pour quatre unités (79-75).

En grande forme depuis le lancement des play-offs, Santos Martinez (Diri Mega) a été le joueur le plus en vue dans la dernière ligne droite de la compétition. Avec ses 26 points, il a été le grand bourreau de Digicel. Autre joueur ayant brillé pendant les ½ finales, Féguens Georges. Le meneur de Marché Ti Tony a planté 17 points dans la victoire des siens face aux Produits Bongu.   

Pour atteindre la grande finale, l’équipe de Diri Mega, qui avait terminé la saison régulière à la deuxième place, avait éliminé respectivement deux anciens vainqueurs de l’ASHBAC : SOGEBANK et Digicel. Pour sa part, le tenant du titre, Marché Ti Tony n’a eu trop de difficultés pour venir à bout de CNE avant de prendre la mesure des Produits Bongu.

Au-delà des deux ½ finales, les amants du ballon orange en ont profité pour d’abord : rincer leurs yeux, shows de danse avec Robo et Let’s Dance, ensuite pour danser au rythme de DJ Soundesign, Tabou Band 4x4 et Soul Rasta, et enfin pour s’emparer des cadeaux offerts par les sponsors de l’ASHBAC : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Global Home & Office Smart, SogeXpress et Apollo All Stars.   

Il est à signaler qu’au départ, elles étaient exactement une dizaine, les équipes qui avaient pris part au lancement et au coup d’envoi de la 7e édition du championnat de l’ASHBAC. Mais à l’arrivée, une seule s’adjugera le trophée suprême celui récompensant l’équipe championne de la compétition. Pour l’instant, deux équipes se sont invitées dans la grande fête du basket corporatif, qui aura lieu le 9 mai. Ce sont, le Marché Ti Tony, lauréat de l’ASHBAC en 2010 et 2014, et le finaliste de la compétition en 2012, Diri Mega. 

Résultats des ½ finales de l’ASHBAC

Samedi 25 avril 2015

Diri Mega – Digicel : 98 – 96, Santos Martinez 26 points

Dimanche 26 avril 2015

Marché Ti Tony – Produits Bongu : 79 – 75, Féguens 17 points

Grande finale

Samedi 9 mai 2015

Marché Ti Tony – Diri Mega : 

Add a comment

Trois sur les quatre anciens champions de l’ASHBAC,digicel sogebank la Digicel (2011 et 2012), les Produits Bongu (2013) et le Marché Ti Tony (2010 et 2014) se sont hissés en ½ finales le week-end écoulé. Exception faite pour la SOGEBANK (2009), écratée contre toute attente par le principal outsider de la compétition, Diri Mega.

La belle aventure de la SOGEBANK a été stoppée par l’équipe de Diri Mega. Avant ce duel, la doyenne de la compétition restait pourtant sur une série de quatre matches pour autant de victoires. Cependant, face à Mega, Elminice Isnold et les siens, ont échoué au pied du mur (99-82). Malgré tout, le meilleur scoreur de cette édition, en a profité pour ajouter 27 points à son grand total. En face, Santos Martinez, l’un des deux dominicains de Mega, a bien répondu en inscrivant 20 unités pour guider son équipe en ½ finale.

A la recherche depuis 2012 du trophée récompensant l’équipe championne de l’ASHBAC, Diri Mega (finaliste de la compétition en 2012) sera aux prises à Digicel. Les deux équipes partagent le même local (Turgeau). En effet, les rouges ont validé leur billet en mettant hors d’état de nuir son grand rival, la Natcom. Ce dernier reste pourtant sur deux victoires de suite face à Digicel. Très en jambe, les bleus, sur papier, avaient les faveurs des pronostics. Cependant, sur le terrain ça s’est très mal passé puisqu’ils ont mordu la poussière.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, les deux adversaires ne veulent visiblement pas faire de cadeau. Ainsi, le jeu défensif prime sur le jeu offensif. En effet, tout au long de la rencontre, les deux protagonistes restent au coude à coude. Il n’y a pas eu un joueur, qui s’est distingué vraiment, car on a opté des deux côtés pour le jeu collectif. Avec 11 points, Ronald Mérat (Digicel) termine meilleur scoreur de la rencontre. Contre toute attente et au bout du suspense, la Natcom a chuté pour un point d’écart (63-62). Le signe indien est vaincu, ainsi, la Digicel va essayer de s’adjuger son troisième titre dans la compétition.

Pour le reste, sans surprise, les champions en titre on fait une bouchée de CNE (89-69) avec 17 points de Féguens Georges. Les Produits Bongu ont fait une bouchée de la Police nationale (81-74). Avec 24 points, Didier Dutélier a été le grand bonhomme de la soirée de Bongu, en quête de rééditer l’exploit de 2013. Il sera opposé à sa bête noire, le Marché Ti Tony.          

Auréolé de son trophée de « meilleur scoreur » de la première partie de la 7e édition de l’ASHBAC, Elminice Isnold, n’a pas été en mesure d’éviter l’élimination de son équipe. Malgré tout, le # 14 de la SOGEBANK a été le joueur le plus en feu du dernier week-end de l’ASHBAC avec 27 points inscrits. Suivent, le pivot des Produits Bongu, Didier Dutélier (24) points, le Dominicain de Diri Mega, Santos Martinez, 20 unités, et avec respectivement 17 et 11 points, Féguens Georges, Marché Ti Tony et Ronald Mérat, Digicel.

Les ½ finales sont programmées pour ce samedi au local de l’ASHBAC, #7, Babiole. Le duel des champions mettra aux prises à 7h, l’équipe des Produits Bongu face à celle de Marché pour une sorte de remake des deux dernières finales perdues par Bongu dans les championnats organisés par l’ASHBAC et la SBL. En première partie, la Digicel en quête de rachat se mesurera à son homologue de Diri Mega. Finaliste en 2012, les protégés de Toulky Vincent n’ont qu’un objectif celui de s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de cette édition. Pour y arriver, l’équipe de Mega aura du pain sur la planche.

Signalons qu’ils étaient milliers, les fans du ballon orange, qui avaient pris d’assaut l’antre de l’ASHBAC pour assister aux matches comptant pour les ¼ de finales. Peu importe l’issue des matches, ils ont été gâtés par les sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, SogeXpress, Caribex (Apollo All Stars), Global Home & Office Smart. 

Résultats des ¼ de finales

Samedi 18 avril 2015

Diri Mega – SOGEBANK : 99-82 Santos Martinez, 20 points

Marché Ti Tony – CNE : 89-69 Féguens Georges, 17 points

Dimanche 19 avril 2015

Produits Bongu – PNH : 81-74 Didier Dutélier, 24 points

Digicel – Natcom : 63-62 Ronald Mérat, 11 points

Calendrier des ½ finales

samedi 25 avril 2015

5h : Digicel – Diri Mega :

7h : Produits Bongu – Marché Ti Tony : 

Add a comment

.