×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

Samyr Lainé n'aura pas décroché de a-lainejo2012médaille en finale du triple saut disputée jeudi 9 août au stade olympique de Londres. Au terme de l'épreuve, notre compatriote n'a pris que l'avant- dernière place avec un saut de 16m 65.

Auréolé d'une demi- finale de toute beauté (6e dans le groupe A avec un bond de 16m 81), Samyr Lainé, l'espoir de tout un peuple, n'a pas réussi à glaner une médaille pour Haïti, et ce, en dépit du fait qu'il avait la volonté, l'engouement et la détermination de faire briller dans le ciel de Londres le bicolore haïtien.

Ainsi, après avoir raté sa première tentative, il a réussi la deuxième avec un saut de 16 m 65 contre 16m 59 lors de la troisième, avant d'afficher des chiffres inférieurs par rapport à la tentative réussie. Contre toute attente, Lainé est passé loin d'offrir une médaille à son pays.

Il avait affaire avec les meilleurs athlètes de cette discipline, tels les Américains Christian Taylor (17m 81) médaillé d'or, William Claye (17m 62), médaillé d'argent et l'Italien, Fabrizio Donato (17m 48) médaillé de bronze.

L'on retient que Lainé s'offre la onzième place de cette discipline sur un total de douze athlètes participant à la finale du triple saut. Il devance le Belarus, Dimitry Platnitski (16m19). Ce dernier n'a pris que la dernière place.

Malgré tout, Samyr Lainé (triple saut) a été l'unique athlète sur les cinq représentant Haïti aux Jeux Olympiques de Londres à s'offrir  une place en finale. Marlena Wesh, quant à elle, s'est hissée jusqu'en 1/2 finale des 400 m dames avant de prendre la porte de la sortie et abandonner les 200 mètres pour cause de blessure. Pour le reste, Moise Joseph (800m), Jeffrey Julmis (110m/haies) et Linouse Desravines (judo) ont été tous éliminés au premier tour.

En tenant compte de l'âge de chacun des représentants d'Haïti à ces jeux, ils ont encore la possibilité de se rattraper lors des prochains jeux olympiques qui auront lieu à Rio de Janeiro en 2016.

 

 

Add a comment

Après s’être qualifié pour la finale du triple a-nouvellainesaut programmée pour ce jeudi 9 août 2012 à compter de 2h20 (heure de Port-au-Prince) au stade Olympique de Londres, Samyr Lainé, sixième lors des ½ finales de cette épreuve, a fait la UNE des principaux médias (journaux, radios et télévisions) du pays.

« Haïti en finale du triple saut grâce à Samyr Lainé », titré Le Nouvelliste en Une dans son édition du mercredi avec un géant poster de Lainé. Pour sa part, Ticket Sport a lui aussi fait éloge de Samyr Lainé en mettant l’une de ses photos en page couverture, avec le titre : « Haïti en finale du triple saut ».

De son côté, Le Matin a suivi le même tempo en mettant en vedette le finaliste du triple saut haïtien, Samyr Lainé. « Samyr Lainé en finale », a écrit Gérald Bordes, depuis Londres.

Voici à présent quelques titres de certaines agences en ligne. « L’athlète haïtien, Samyr Lainé en finale du triple homme », Alter presse. L’équipe de rédaction de l’ashaps.com s’est elle aussi laissée aller par le feeling de Samyr, suite à la belle performance de Lainé, et écrit en Une : « Lainé file en finale du triple saut », idem pour Haïti Press Network qui a mis en Une : « Samyr Lainé, l’unique espoir d’Haïti aux JO de Londres ».

Lit-on également : « Samyr Lainé prêt pour la grande finale du triple saut », écrit anmwe.com, « Samyr Lainé promet une médaille au pays », signalfmhaiti.com.

Le président de la République et le Ministre des Sports ont également salué la performance de Samyr Lainé.     

Add a comment

Ce jeudi, au stadium olympique, notre a samyrlainecompatriote Samyr Lainé qui est qualifié pour la finale du triple saut, va essayer de gagner une médaille pour le peuple haïtien. Pendant plus de dix minutes au téléphone, le président de la République l’a motivé en lui disant qu’il a pleinement confiance en lui.

Hier mercredi, le président de la République Michel Joseph Martelly a appelé Samyr Lainé au téléphone pour le motiver et l’encourager. « J’ai beaucoup apprécié. C’est un honneur pour moi. Le président m’a encouragé et m’a beaucoup motivé pour demain. Je dis un grand merci au président et je ferai de mon mieux demain matin pour faire flotter une nouvelle fois notre bicolore après l’exploit de Sylvio Cator en 1928. Je dois ajouter pour dire que Cator était un avocat et je le suis aussi », a déclaré Samyr Lainé, l’espoir de tout un peuple.

À rappeler que le mardi 7 août, à Londres, Samyr Lainé avait terminé en 6e position du groupe A, et 10e sur 26 au classement général avec un triple saut de 16.81 mètres. Ce jeudi, lors de la finale, il sera 3e à l'ordre de passage, aux côtés de Claye William des États-Unis d'Amérique, Compaore Benjamin de la France, Adams Lyukman de la Russie, Greco Daniele d'Italie, Donato Fabrizio d'Italie, Platnitski Dzmitry du Bélarus, Copello Alexis du Cuba, Taylor Christian des États-Unis d'Amérique, Oke Tosin du Nigeria, Dong Bib de la République Populaire de Chine et Sands Leevan des Bahamas.

Add a comment

Le Ministère de la Jeunesse des Sports a samyrlaineet de l’Action Civique applaudit la qualification de Samyr LAINE pour la finale du triple saut aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres

Port-au-Prince, le mercredi 8 août 2012.-

Par ailleurs, le MJSAC tient à féliciter et supporter cette brillante performance qui fait honneur à notre nation. Les efforts déployés par Samyr Lainé pour obtenir cette qualification ne font qu’exprimer son engagement pour son pays et sa détermination à projeter une image positive d’Haïti.

 

A cet effet, l’athlète haïtien, qui a réussi un saut de 16,81m pour se hisser en finale, travaille depuis environ deux ans dans l’objectif de bien représenter Haïti à ces olympiades. Il a prouvé par sa qualification qu’il est l’une des meilleures chances de médaille de la délégation haïtienne à Londres.

Le MJSAC,  invite le public haïtien à soutenir Samyr Lainé ce jeudi lors de la finale du triple saut. Il souhaite du succès à cet athlète d’élite. Enfin, le MJSAC renouvelle sa volonté d’accompagner le Comité Olympique Haïtien et les fédérations sportives et rappelle son engagement à travailler au développement du sport sur tout le territoire national.

 

 

 

Add a comment

Avec un saut de 16m81, Samyr Lainé a pris a samyrlainela sixième place qualificative directe pour disputer la finale du triple saut prévue pour ce jeudi 9 août à compter de 2h 20 (heure de Port-au-Prince) au stade olympique de Londres. En revanche, Jeffrey Julmis s’est fait éliminer dans les 110 mètres/haies lors des 1/4 de finale de cette épreuve.
 
Comme annoncé, le plus populaire et le talentueux des cinq athlètes représentant la délégation haïtienne aux Jeux de Londres, Samyr lainé s’est hissé en finale dans l’épreuve du triple saut en prenant la sixième place du groupe A lors de la première série des 1/2 finales avec un saut de 16m81 suffisant pour ravir la finale devant Dmitry Platnitski du Bélarus (16m62) qui s’est également qualifié.

Le Français, Benjamin Compaore (17m06) a mis tout le monde d’accord en s’adjugeant la première place suivant de près l’Italien, Daniele Greco (17m).
Toujours est-il, la délégation haïtienne peut encore espérer une médaille. Pour concrétiser ce rêve, Lainé doit être encore beaucoup plus performant ce jeudi.

Voici à présent, les douze athlètes qui disputeront la finale du triple saut jeudi à compter de 2h20 PM: Tosin Oke du Nigéria, Fabrizio Donato de l’Italie, Benjamin Compaore de la France, Samyr Lainé d’Haïti, Alexis Copello de Cuba, Dmitry Platnitski du Bélarus, Daniele Greco de l’Italie, Christian Taylor des USA, Lyukman Adams de la Russie, William Claye des USA, Bin Dong de la Chine et Leevan Sands des Bahamas.

En revanche, après respectivement Linouse Desravines en judo (-52 kilos), Marlena Wesh (athlétisme, 200 et 400m), Moïse Joseph (800m) et Jeffrey Julmis (110m/haies), la délégation haïtienne a perdu un nouvel athlète dans les Jeux Olympiques de Londres lundi matin. Il s’agit de Jeffrey Julmis en (110m/haies). Julmis a terminé avant-dernier lors des ¼ de finale de la cinquième série avec un chrono de 13’’87, laquelle a été remportée par l’Américain Aries Merritt (13’’07), le Barbadien, Ryan Brathwaite (13’’23), le Chinois, Wenjun Xie (13’’43). L’Italien, Emanuele Abate (13’’46) et le Jamaïcain, Richards Phillips (13’’47) sont également qualifiés pour les ½ finales en raison de leur meilleur temps.

Signalons que six pays de la Caraïbe se sont emparés au moins d’une médaille. Il s’agit respectivement de Cuba, pointé en 14e position avec sept médailles au total, 3 d’or pour autant en argent et une en bronze, Jamaïque (25e): 2 d’or, une d’argent et une de bronze, République Dominicaine (35e): une en or et une d’argent, la Grenade (38e): une en or, Porto-Rico (68e) et Trinidad (70e) avec une médaille de bronze.

Add a comment

Si Haïti ne s’est pas encore dotée a-marlenad’installations sportives à la hauteur de son passé de grandeur, en revanche elle peut compter sur la disponibilité et le volontarisme de ses dignes fils et filles. Il suffit que le sang de Dessalines et de Pétion coule dans les veines d’un natif de la terre d’Haïti-Thomas pour que spontanément il offre de se mettre à son service. Michaëlle Jean, gouverneure du Canada, est en visite d’Etat en Grèce. Le président grec fait hisser le drapeau de son pays d’origine et entonner La Dessalinienne, hymne national, en reconnaissance de l’aide haïtienne reçue en 1820-1822 par la Grèce, dans sa lutte pour le recouvrement de son indépendance. Le témoignage de l’ancienne gouverneure, fille d’Haïti, a été recueilli au micro de Radio Métropole. La Grèce a donc la reconnaissance du cœur.

 Où qu’ils se trouvent, les natifs d’Haïti n’oublient pas leurs attaches, leurs racines. Marlena Wesh, née de parents haïtiens établis depuis des lustres aux Etats-Unis d’Amérique, décide de courir sous les couleurs haïtiennes aux J.O. de Londres. Elle a la double nationalité. Son choix lui est dicté par son cœur, son amour d’Haïti. La fibre haïtienne la fait vibrer. Les amis de «Sportissibo» ont donné dans la soirée un aperçu de sa prestation le samedi 4 août, Marlena a fait un temps de 52 secondes et des poussières alors que son meilleur temps, réalisé en 2011, est de 51 secondes. Elle a terminé huitième de la demi-finale des 400 m. A la populaire émission sportive de Radio Ibo, on croit qu’elle aurait ralenti le rythme avant de franchir la ligne d’arrivée, vu que ses chances de qualification en finale étaient réduites. Il faudra attendre l’émission sportive de Radio Métropole, au matin du 7 août, pour avoir l’explication de l’absence de Marlena Wesh dans le couloir numéro 6 le lundi 6 août dans l’épreuve de la demi-finale de 200 mètres dames. Elle souffre d’une tendinite, s’étant blessée lors de sa sortie samedi dernier. D’où le ralentissement de son allure.

 Marlena Wesh n’aura pas péché par omission, elle s’est donnée tout entière pour Haïti, son pays d’origine. A 21 ans, avec l’expérience londonienne, la prometteuse Marlena peut encore faire le bon renom d’Haïti. Rassurant.

 

Add a comment

La délégation haïtienne a perdu un Jeffrey Julmisnouvel athlète dans les Jeux Olympiques de Londres ce lundi matin. Il s’agit de Jeffrey Julmis en (110m/haies). Julmis a terminé avant-dernier lors des ¼ de final de la cinquième série avec un chrono de (13’’87), laquelle a été remportée par l’Américain, Aries Merritt (13’’07), le Barbadien, Ryan Brathwaite (13’’23), le Chinois, Wenjun Xie (13’’43). L’Italien, Emanuele Abate (13’’46) et le Jamaïcain, Richards Phillips (13’’47) sont également qualifiés pour les ½ finales en raison de leurs meilleurs temps. .  

Il ne reste que Samyr Lainé en triple saut.

Add a comment

La belle aventure de notre compatriote, a-wesh 2012Marlena Wesh en ½ finales des 400 mètres dames au championnat d’athlétisme des J.O de Londres 2012 a pris fin, samedi 4 août dernier en prenant la dernière place de la troisième série de cette compétition avec un chrono de (52’’49) largement insuffisant, car cette vague a été remportée respectivement la Russe, Antonina Krivoshapka (49’’81), l’Américaine, DeeDee Trotter (49’’87) et la Jamaïcaine, Novlene Williams-Mills (49’’91). Elles sont toutes admises en finale.

Marlena Wesh, dossard (2030) n’a pas eu la même réussite qu’elle avait vendredi en se qualifiant pour les ½ finales avec un chrono de (51’’98). Opposée à des athlètes de classe mondiale, elle s’est fait batailler dans le couloir (9) en prenant la dernière place de cette série avec un temps médiocre de (52’’49) loin derrière les trois lauréates. Dommage pour Wesh et pour Haïti !

Ainsi, elle n'arrive pas à se qualifier pour la finale qui se tiendra ce dimanche au stade olympique de Londres. L’ensemble des 24 participantes reparties en trois vagues de huit athlètes, elle n’a pris que la 19e place.

Voici à présent les 9 athlètes qui disputent ce dimanche 5 août la finale des 400 mètres dames à compter de 4 heures 10 (heure d’Haïti). Ce sont respectivement la Russe, Antonina Krivoshapka (49’’81), l’Américaine, DeeDee Trotter (49’’87) et la Jamaïcaine, Novlene Williams-Mills (49’’91), l’Américaine, Sanya Richards-Ross (50’’07), la Botswanaise, Amantle Montsho (50’’15), l’Américaine, Franena McCorory (50’’19), la Britannique, Christine Ohuruogu (50’’22) et la Jamaïque, Rosemarie Whyte (50’’98).   

La prochaine sortie de l’athlétisme haïtien à Londres est programmée pour ce lundi 6 août 2012. Pour l’occasion, Marlena Wesh va tenter une nouvelle fois de se qualifier pour les ½ finales aux épreuves de 200 mètres à compter de 2 h 20 PM (heure de Port-au-Prince). Par ailleurs, dans le même temps, au stadium Olympique, Moïse Joseph en 800 mètres hommes essayera de décrocher sa qualification pour les demi-finales.

Jeffrey Jilmus (110m/haies) et Samyr Lainé (triple saut) entreront en lice le mardi 7 août prochain.

Add a comment

Avec un chrono de 51 secondes 98 a- M_Weshcentièmes, l’étudiante en médecine, Marlena Wesh (21 ans) a pris la troisième place de la septième vague lors de la première journée du championnat d’athlétisme aux Jeux Olympiques de Londres 2012, ce vendredi 3 août chez les 400 mètres dames, une série dominée par la Nigériane, George Regina (51’’24) devant la Russe, Gushchina Yulia (51’’54).

Après la déception de Linouse Desravine en judo (52 kilos), l’espoir renaît dans le camp des haïtiens suite à la qualification de Marlena Wesh pour les ½ finales des 400 mètres dames en prenant la troisième place de la septième série.

Lancée dans le couloir (#4), Marlena Wesh floquée du dossard (2030) n’a pas tardé pour donner le ton dès l’entame de la course. Au final, elle s’est emparée de la troisième place largement suffisante pour rallier les demi-finales puisque l’adversaire qui le suit, la Sénégalaise, Amy Mbacke Thiam a réalisé un temps de (53’’23) mais, elle a été distancée pour quelques centièmes par la Nigériane, George Regina (51’’24) et la Russe, Gushchina Yulia (51’’54).

Sur l’ensemble des 49 athlètes participaient aux 400 mètres dames, Wesh a réalisé le 14e meilleur temps sur les 21 athlètes qualifiées pour les ½ finales mais loin derrière les trois lauréates, Amantle Montsho (50’’40) de Botswana, Antonina Krivoshapka (50’’75) de la Russie et Francena McCorory (50’’78) des USA.

Malgré la chance de médaille de Wesh n’est pas garantie mais ce succès peut lui permettre de rêver grand, de préparer le choc des ½ finales dans lequel prendront part les étonnantes et atypiques (Américaines, Jamaïcaines et Africaines) dans la plus parfaite sérénité.

Les ½ finales sont programmées pour ce samedi 4 août à compter de 3h05 (heure de Port-au-Prince).

L’Haïtienne se trouve placer dans la troisième série, accompagnée de Carol Rodriguez (52’’19) de Porto-Rico), Antonina Krivoshapka (50’’75) de la Russie), Omolara Omotosho (52’’11) du Nigéria, Lee McConneell (52’’23) de la Grande-Bretagne, DeeDee Trotter (50’’87) des USA, Novlene  Williams-Mills (50’’88) de la Jamaïque et de Nataliya Pyhyda (51’’09) de l’Ukraine.     

En tenant compte de la performance de chaque athlète placée dans sa série lors ¼ de finales, Wesh (51’’98) avait fait mieux que Carol Rodriguez, Omolara Omotosho et Lee McConnell. Autant dire, Marlena Wesh qui sera placée dans le couloir (#4) doit sortir une grande course pour espérer de se qualifier pour la finale.

La prochaine sortie de l’athlétisme haïtien aux JO de Londres est programmée pour ce lundi 6 août avec la rentrée en lice de Moïse Joseph en 800 mètres hommes et pour l’occasion, Marlena Wesh va à nouveau tenter de se qualifier les ½ finales en 200 mètres dames. 

 

 

 

Add a comment

Comme on en est loin de l'exhortation COH copydu baron Pierre de Coubertin qui, en 1896, ressuscita les Jeux Olympiques de l'Antiquité grecque : « L'essentiel, c'est de participer ». Remarquez qu'il n'a pas exclu l'obligation de résultat, il n'a pas écarté la possibilité de la victoire. Or, la défaite chatouille le sentiment national. Le naturel d'un pays ressent comme une humiliation le fait, par la délégation qui le représente, de ne pas récolter une moisson de médailles. Et pour revenir au pays avec-soyons modestes, ne mettons pas la barre trop haut- quelques médailles, il y a toute une organisation en soubassement.

La cure d'amaigrissement

Depuis les J.O de Montréal en 1976, la participation haïtienne, d'une olympiade à l'autre, baisse en quantité. Avec appréhension, nous voyons arriver l'échéance d'une olympiade. On y a droit sur qualification et sur invitation. Il y a quatre ans, pour les J.O de Pékin, la délégation haïtienne comptait au moins dix athlètes dont les coureurs Dudley Dorival et Nadine Faustin, le boxeur Mike André Berto, le judoka Joël Brutus dans les plus de cent kilos et la judokate Ange-Mercie Jean-Baptiste (48 kilos), Sanon Tudor en Taekwondo. En athlétisme, le gros de l'effectif venait de la diaspora, d'ailleurs les coureurs étaient formés à l'extérieur, et leur préparation se déroulait dans des centres universitaires américains.

En 2012, la délégation a subi une sévère cure d'amaigrissement: seulement quatre coureurs en athlétisme et Linouse Desravines, pratiquante de judo (52 kilos). La mort dans l'âme, nous avons pris connaissance de la composition modique de la participation haïtienne.

Avec une délégation de douze membres dont cinq compétiteurs, comment espérer arriver au moins en demi-finales d'une course de fond ? Comment, à moins d'un miracle, espérer monter sur le podium ? Déjà, quand Linouse Desravines arriva en France pour un stage de préparation, elle était comme perdue. Elle lorgna du côté des autres athlètes pour s'apercevoir de leur encadrement technico-médical. Malgré tout, elle s'arma de courage, décidant de faire avec les moyens du bord. Mais avouez que ces conditions ne sont pas idéales pour s'attendre à un exploit haïtien (une performance) en judo (1), et plus largement, en athlétisme! Bref, on ne se fait pas d'illusion sur l'issue finale. Il n'y aura que l'exhortation du fondateur des Jeux olympiques modernes pour nous consoler de notre déception prévisible.

Même potion pour la Côte-d'Ivoire

On en était là, plongé dans une semi-torpeur, quand quelques jours avant la traditionnelle cérémonie d'ouverture de la 27e olympiade, à l'écoute de la fréquence internationale de Radio France, nous parvint la correspondance d'Emmanuel Koffy depuis Abidjan. En substance, il apprend à l'auditoire que même si la délégation ivoirienne a subi depuis (la 26e olympiade) une cure d'amaigrissement avec, en cette année 2012, seulement neuf athlètes (qui seront engagés dans les compétitions), il n'en reste pas moins que les espoirs de médaille ne se sont pas pour autant envolés. Avec l'encadrement technico-médical, la délégation est forte de trente-trois personnes; le budget- puisque toute participation coûte de l'argent- est financé par l'Etat ivoirien.

Mince consolation

Y a-t-il une solidarité dans la composition modeste de certaines délégations ? C'est à cette mince consolation que, de façon comparative, je m'accroche avant le dénouement prévisible. Étant entendu que seule une volonté politique, énergique et continue, permettra l'exécution et le déploiement d'un programme sportif ambitieux pour pouvoir remonter le courant et renoncer à la participation symbolique. En effet, il ne suffit plus de participer; monter sur le podium est une nécessité impérieuse en conformité avec le sentiment national. Après tout, la jeunesse haïtienne ne demande qu'à prouver ses dispositions naturelles et donner toute sa mesure ! Comme toutes les jeunesses du monde.

Jean-Claude Boyer

Add a comment

Après l’humiliante défaite sur ippon subie Marlena Weshen deux minutes et dix secondes de la judokate, Linouse Desravines (52 kilos) devant la Mongolienne, Munkhbaatar Bundmaa en seizième de finale des Jeux Olympiques de Londres, dimanche 29 juillet dernier à l’Excel stadium (Arena 2), Marlena Wesh, née le 16 février 1991 (21 ans) et qui réside à Virginia (USA), tentera de franchir le premier tour des 400 mètres dames au terme de la septième série qui se déroulera vendredi 3 août à compter de 7 heures du matin.

Elles sont au nombre de quarante neuf, les athlètes féminines reparties en sept séries de sept athlètes qui prendront part au premier tour des 400 mètres dames ce vendredi 3 août au stade olympique de Londres.

Placée dans la septième série, Marlena Wesh doit batailler fermement pour espérer franchir le second tour de cette compétition. Pour y arriver, elle doit se défaire des Africaines, Graciela Martins (Guinée-Bussau), Amy Mbacke Thiam (Sénégal) et Regina George (Nigéria) ainsi que de la Malaisienne, Olesea Cojuhari, de la Colombienne, Jennifer Padilla et de la Russe, Yulia Gushchina.

Du solide donc pour la représentante d’Haïti qui portera le dossard 2030. Elle sera placée dans le couloir (#4) soit entre Graciela (#5) et Amy Mbacke (#6). Les trois premières de chaque série sont qualifiées pour le tour suivant.

Même en cas d’élimination, Marlena Wesh aura l’occasion de se racheter lundi 6 août lors du premier tour des 200 mètres dames. Le même jour, on suivra de près les prestations de Moïse Joseph, né le 27 décembre 1981 (30 ans) dans les 800 mètres hommes.

Les deux autres athlètes haïtiens ont pris rendez-vous pour mardi 7 août prochain. Jeffrey Julmis, né le 30 septembre 1987 (27 ans) se mesurera dans les 110 mètres/haies alors que Samyr Lainé, né le 17 juillet 1984 et qui réside à New York (USA) reste l’athlète le plus populaire des Haïtiens à l’échelle internationale.

Pressenti initialement pour être le porte-drapeau de la délégation haïtienne, forte de douze personnes, il a été finalement écarté et c’est Linouse Desravines qui avait cet honneur. Samyr Lainé est attendu dans le triple saut pour faire valoir son talent et redorer le blason de tout un pays qui coure encore à la poursuite d’une médaille depuis celle remportée par Sylvio Cator lors des Jeux Olympiques d’été de 1928.

Signalons que cela fait déjà 84 ans depuis qu’Haïti ne remporte pas de médaille dans les Jeux Olympiques.

Add a comment

A un peu plus d'un mois des Jeux Moise JosephOlympiques de Londres, les athlètes qui défendront les couleurs du pays sont presque tous connus. Au côté de Samyr Lainé qualifié depuis les Jeux Panaméricains et Linouse Desravines qui a composté son billet, d'autres n'ont pas raté le train pour Londres.

Quatre autres athlètes haïtiens accompagneront Linouse Desravines aux Jeux Olympiques d'été de Londres prévu du 27 juillet au 13 août à Londres. Samyr Lainé (28 ans) en triple saut, Moïse Joseph (31 ans) en 800 mètres, Marleine Hilaire Wesh (21 ans) en 400 m plat et Jeffrey Julmiste (28 ans) en 110 m haies ont, comme Linouse Desravines (21 ans) catégorie 52 kg femme, déjà composté leur billet pour Londres.

L'équipe peut même s'alourdir de cinq autres représentants supplémentaires puisque cinq autres athlètes haïtiens sont encore qualifiables dans les jours à venir. Pascale Denaunay (31 ans) sur 100 m plat et en triple saut, Jonathan Juin (22 ans) sur 100 m plat, Roody Monrose (34 ans) sur 100 et 200 m plat, Josué Louis en décathlon et enfin Olivier Sajous en tennis ont encore des atouts pour ça et nourrissent cette ambition.

Le Judo quand même

Le Judo n'aura donc qu'un seul représentant avec la native de Limonade, Linouse Desravines. Le temps où le judo parvenait à aligner au moins deux athlètes semble révolu. Joel Brutus ayant pris sa retraite, Ange Mercie Jean-Baptiste (judo, 57 kg) touchée sérieusement par la disparition de son père après le séisme, n'étant pas parvenue à obtenir son billet pour Londres. Il ne faudra compter que sur Linouse Desravines. Abdias Lamour et Robenson Bourcicaut en catégorie 73 kg en judo peuvent commencer à fourbir leurs armes pour 2016. Les dés sont jetés pour 2012. Il n'y a plus de session de rattrapage dans cette discipline.

Le Tae Kwon Do absent

Le Tae kwon do haïtien sera totalement absent des Jeux de Londres. Sa participation aux Jeux d'Athènes et à ceux de Pékin ne sera pas rééditée. Sanon Tudor qui a disputé les Jeux d'Athènes et de Pékin en 2004 et 2008 en Tae Kwon Do n'a même pas disputé les éliminatoires. Le Tae Kwon Do dirigé par un Léo Cartraight viellissant n'est pas parvenu à trouver un successeur à Tudor.

Boxe, volley-ball, basket-ball et football out

La Boxe n'a pas trouvé un autre André Berto pour le représenter, le volley-ball avait eu la prudence de ne pas s'aligner. Le football masculin n'avait pas franchi un tour lors des éliminatoires, le football féminin avait atteint la dernière phase des éliminatoires avant de se faire sortir de la course. Même le basket-ball duquel des gens peu informés prêtent une santé rayonnante n'avait pu se placer dans la course à une possible qualification.

Chance de médailles

Disputer les Jeux Olympiques est le rêve suprême de chaque athlète, car si remporter la Coupe du Monde de football ou un championnat du monde d'athlétisme constitue un sommet pour chaque athlète, remporter une médaille olympique est tellement prestigieux que pouvoir concourir pour la médaille, même si l'on ne parvient pas à l'avoir est énorme pour les petits pays. Certes, avec une bonne politique sportive, Haïti peut revenir sur la grande scène en priorisant les disciplines susceptibles de la rendre compétitive dans quelques disciplines de poids. Les Jamaïcains ont compris qu'ils pouvaient être compétitifs en athlétisme, surtout dans les courses de vitesse, les africains eux exploitent l'endurance, Haïti peut aussi prioriser quelque chose.

La compétition sera difficile dans toutes les disciplines sportives et quand on regarde les records personnels des athlètes haïtiens qualifiés par rapport à la barre mondiale du moment. Il n'est pas permis de placer la barre des espérances trop élevée. Toutefois, la judokate Linouse Desravines, actuellement en préparation en France et surtout Samyr Lainé (23e mondial actuellement en triple saut) qui voudrait bien offrir une médaille à Haïti, chacun des athlètes qui représenteront Haïti, aux Jeux Olympiques de Londres, caresse le rêve de réaliser la plus grande compétition de sa vie et ramener une médaille à son pays. Comme Sylvio Cator.

Add a comment

Au même titre que les grandes nationsa-Linouse medaille_panamericain du sport, Haïti participera malgré vents et marrés  aux Jeux Olympiques (Jeux de la XXXe Olympiade de l'ère moderne) qui se tiendront à Londres (Angleterre) du 27 juillet au 12 août prochain dans les disciplines du Judo et d’Athlétisme.  

Encore Linouse Desravines !

Vainqueur du trophée de l'Association Haïtienne de Presse Sportive (Ashaps) récompensant le meilleur sportif de l'année 2011 (toutes disciplines confondues), Linouse Desravines, née le 10 février 1991 et d'origine capoise, sera la seule ambassadrice du judo haïtien dans les épreuves de 52 kg, où elle entend certainement faire bonne figure face à ses adversaires lors du tournoi de judo qui se disputera du 27 au 31 mai à Londres.

Pour parvenir à rafler une médaille pour Haïti, Linouse doit sans nul doute batailler fermement car elle n'aura surtout pas la tâche facile, vu la fiche technique de ses potentielles adversaires.

D'autre part, les tentatives des dirigeants de la Fédération de boxe, d'haltérophilie, de football et de taekwondo n'ont rien apporté en termes de qualifications pour les Jeux de Londres.

En revanche, Samyr Lainé (triple saut), Moïse Joseph (800 m), Marleine Wesh (400 m) et Jeffrey Julmis (110 m/haies) sont les quatre athlètes qui ont déjà leur billet en athlétisme pour faire hisser éventuellement le drapeau haïtien à ces jeux.

Quatre autres athlètes sont encore en course pour la qualification pour les Jeux de Londres, et ce jusqu'au 15 juillet. Il s'agit respectivement de Roody Monrose (100 m et 200 m), Jonathan Juin (400m/haies), Josué Louis (décathlon) et Pascale Delaunay (triple saut).

S'exprimant sur la préparation des athlètes haïtiens en vue de la qualification pour les JO de Londres, le président de la Fédération Haïtienne d'Athlétisme d'Amateur (FAA), a fait savoir que sa Fédération a pris la décision d'établir un camp d'entraînement pour ces athlètes en France et ils auront la possibilité de disputer certains tournois internationaux.

« Le 29 mai, les athlètes en question se rendront en France pour prendre part à un camp d'entraînement et participer à plusieurs compétitions européennes qualificatives pour les Jeux de Londres. Ils seront épaulés par un entraîneur d'origine française et Emmanuel Jackson. Ce dernier est un coach américain et c'est lui aussi qui s'occupe de Samyr Lainé », a expliqué Alain Jean Pierre.

Contrairement au judo, l'athlétisme rentrera en lice aux Jeux Olympiques de Londres du 4 au 12 août 2012.

Une nouvelle fois, Haïti sera représentée par une petite délégation composée de certains dirigeants et des athlètes issus du judo et de l'athlétisme sur un total de 26 disciplines sportives et 302 épreuves qui feront la toile de fond des Jeux Olympiques de Londres.

Add a comment

Bonne nouvelle pour la famille de cette discipline Alain_Jean-Pierreen Haïti. La mise en place de la piste en tartan longtemps annoncée par la Fédération, verra prochainement le jour selon les dires du président de la FHAA, l'Ing. Alain Jean-Pierre qui en a profité pour faire part du programme d'activités de la Fédération pour les quatre années à venir.

Aussi bien pour le président de la Fédération Haïtienne d'Athlétisme Amateur (FHAA) que le secrétaire Jean Maxime Auguste, la problématique du développement et la structuration de l'athlétisme à l'échelle du territoire national est un grand défi à relever en commun pour la famille de cette discipline.

Pour ce qui a trait aux priorités qu'ils vont accorder sous leur nouveau mandat (respectivement président et secrétaire) au sein du comité exécutif de la FHAA, ce sera avant toute chose la formation des cadres techniques et administratifs, la tenue annuelle de séminaires à l'adresse des responsables de clubs, l'initiation des tout petits à la pratique de l'athlétisme, la mise en place de cette piste en tartan longtemps attendue, la reprise des championnat et congrès Sylvio Cator ainsi que les compétitions interscolaires, doter la FHAA d'un nouveau local et multiplier des compétitions à l'échelle nationale ainsi que la participation des athlètes aux compétitions internationales.

Comment la FHAA entend s'y prendre pour relever ce grand défi tenant compte de son maigre budget ?
L'Ing. Alain Jean-Pierre a tenu à déclarer qu'il va mobiliser, sensibiliser et conscientiser les secteurs concernés afin de trouver les fonds nécessaires pour couvrir les frais que nécessite la réalisation de ce plan quadriennal.
Le secrétaire et professeur Jean Maxime Auguste pour sa part partage le même avis tout en profitant de lancer un appel à la famille de l'athlétisme pour rejoindre la FHAA dans cette difficile besogne.

Pour ce qui a trait aux prochains rendez-vous à honorer par la FHAA sur la scène locale et internationale, Jean Maxime Auguste a parlé de la participation de l'athlétisme haïtien à un colloque international sur la préparation de l'athlète en milieu tropical, la présence de quatre de nos entraîneurs à une formation en Martinique, la Carifta Games prévue à la Jamaïque en avril 2011, les championnats du monde d'athlétisme qui se dérouleront en Corée du Sud en août de la même année, les Jeux panaméricains à Guadalajara prévus en octobre 2011.

Faute d'infrastructures adéquates, la FHAA aux dires de son président, ne pouvait honorer certains traditionnels rendez-vous et qu’avec la mise à exécution du projet visant à la mise en place de la piste en tartan, l'athlétisme haïtien fera parler de lui avec la tenue annuelle de toute une pléiade de compétitions à l'échelle nationale.

Tout en prêchant l'amour entre les membres d'une même famille, le président et le secrétaire de la FHAA saisaissent l'oportunité pour inviter la jeunesse à pratiquer l'athlétisme qui avant toute chose demeure la base de toutes les disciplines sportives.

Add a comment

« C'était une réussite pour cette 4e édition du camp Program_urgence_copySoleil où l'organisation a totalement atteint l'objectif qui n'était autre que de travailler avec un total de 24000 enfants qui ont fait montre d'une bonne volonté de participer », a déclaré Eunite Joseph coordonnatrice régionale pour le programme Sport pour la paix en milieu scolaire.

Ce camp déroulé du 23 août au 1er octobre 2010 a vu un total de 78 moniteurs travailler avec des enfants sur les différents sites répartis à Cité Soleil, Ganthier, Belladère, Thomazeau, Mirebalais, Trou du Nord, Fort Liberté et Ouanaminthe.
Mises à part les activités socio-culturelles, les enfants ont eu droit à certaines données sur des infections sexuellement transmissibles dont le VIH SIDA, la protection de l'environnement, l'éducation des valeurs olympiques...
Pendant toute la durée du camp Soleil, les moniteurs ont travaillé avec 4 groupes de 25 enfants répartis en 2 groupes le matin (10 à 13 ans) et 2 autres groupes l'après-midi (14 à 17 ans).
L'Athlétisme, le Basket-Ball, les Checkers, le Handball, le Judo, le Tae Kwon Do, le Mini-Tennis et pour finir les Jeux de Dames étaient les disciplines retenues pour animer ce camp financé par le CIO, le programme Sport pour la paix et développement, PAM, Peace and Sport, MJSAC, UNICEF et Gildan.

Au programme de la journée de clôture déroulée à l'Ecole st Vincent de Paul située à Boston (Cité Soleil), différentes activités socio-culturelles avaient été organisées dont des chorégraphies exécutées par des danseurs et des danseuses issues de la zone de Cité Soleil, des exhibitions de karaté, judo et d'acrobatie.
Avaient pris la parole à la clôture de ce camp : Fritz Gérald Fong du Comité Olympique Haïtien (COH) et un des enfants qui avait participé au camp Soleil.

Add a comment

Suite à l'assemblée générale de la Fédération Alain_Jean-PierreHaïtienne d'Athlétisme Amateur (FHAA) dont le grand point à l'ordre du jour était la tenue des élections, le nouveau comité directeur de la FHAA appelé à prendre les rênes de cette discipline pour une période de quatre ans (2010-2014) est ainsi composé:

Président : Ing. Alain Jean-Pierre
vice-présidents : Duckens Louis Joseph et Toyo Jocelyn Joseph
Secrétaire : Jean Maxime Auguste
Secrétaire-adjoint : Jean-Gardy Mésidor
Trésorier : Borgela Jean-Mary
Trésorier-adjoint : Duveau Fulbert
Conseillers : Fritzner Jean-Pierre et Pierre Jorès

L'Ing Alain Jean-Pierre dans son allocution de circonstance après sa réélection a parlé de toute une série d'activités visant à relever en commun ce grand défi de la décentralisation de cette discipline et la réalisation ainsi que l'aménagement d'infrastructures.

La famille de cette discipline pourra enfin faire connaissance avec cette piste en tartan longtemps attendue et qui dans un proche avenir sera installée dans le centre olympique dont le Comité International Olympique (CIO) entend doter Haïti.

Quant aux revendications faites par l'assemblée dans les questions d'intérêt général, on a insisté avant tout sur le championnat national d'athlétisme Sylvio Cator, la nécessité de doter la FHAA d'un nouveau siège social, d'assurer la formation des cadres sportifs et administratifs...
Cette assemblée tenue le dimanche 27 septembre 2010 au local du Comité Olympique Haïtien, a battu en quelque sorte le record de durée : elle a débuté vers 10 h du matin et a pris fin à 4 h de l'après-midi.

Add a comment

Georges Philippe Bretous, jeune coureur haïtien de 20 ans, athlete_georges-150x112a avoué au cours d’une entrevue que son rêve le plus cher est de devenir « l’homme le plus rapide au monde ». Rien de moins. Il s’entraine rudement afin de décrocher ce titre aux jeux Olympiques de 2012 à Londres. Georges Philippe Bretous est de plus en plus motivé et déterminé à entrer dans l’histoire. Son plus proche projet est de représenter son pays aux Jeux Olympiques de 2012. Pour cela, l’athlète a dû laisser le territoire national pour aller s’entrainer avec beaucoup plus de rigueur à l’étranger, les infrastructures adéquates étant inexistantes en Haïti.

Le jeune athlète court depuis l’âge de 12 ans dans les catégories des 100, 200 et 400 mètres. A l’âge de 14 ans, il représente Haïti pour la première fois dans cette discipline. Ce passionné de la course a déjà participé à des compétitions internationales telles The CARIFTA Games (Jeux des Iles / Jeux Centre américain) à quatre reprises.

C’est sa mère qui a pris l’initiative de l’inscrire, il y a huit ans, au club Triomphe Ecole d’Athlétisme. Depuis, l’aventure a commencé pour Georges et chaque année qui passe ne fait que renforcer ses rêves et pousser de plus en plus loin ses objectifs.

Il s’est entrainé avec le directeur de l’établissement, Alexandre Dubois, pendant sept ans ce dernier lui a inculqué les bases de l’athlétisme et lui a transmis l’amour de cette discipline, avoue-t-il.

Plus tard, Georges allait s’entrainer, à partir de septembre 2009, avec Henry Kupczyk qu’il a rencontré sur le net. Celui-ci est son actuel entraineur et le conduit aux JO de Londres.

Le coureur se donne à fond afin de, non seulement de faire partie de la sélection haïtienne d’athlétisme, mais aussi de porter très haut le bicolore haïtien.

Il s’entraine très durement, soit six à sept fois par semaine. « Mon entraineur ne me lâche pas d’une semelle. Il calcule méticuleusement mes entrainements, les jours de repos ainsi que les périodes de compétitions», a-t-il fait savoir.

Pour Georges Philippe Bretous, prendre part aux JO est un honneur en soi, mais son rêve reste celui de battre des records mondiaux comme détrôner Jeremy Wariner ou Lashawn Merrit sur le 400m. « Celui qui sera nommé l’homme le plus rapide sur le 400m en 2011, je le détrônerai en 2012 », persiste t-il à croire.

Add a comment

 Mayaguez, 28 juillet 2010- Hier soir, à l’Estadio Moise_Joseph_copyCentraméricanos, en demi finales du 800m, Moise Joseph s’est brillamment qualifié pour la finale en terminant 1e de sa vague avec un chrono de 1 :48.63 .L’Haïtien a devancé largement le Colombien Rodriguez Ramon 1 : 48.85 (2e) et le Vénézuélien 1 :48.91 (3e).

 Dans la 2e vague cinq coureurs ont obtenu leur qualification pour la finale : Evans Aaron (Bermudes) 1 : 49.36 ; Sappleton Aldwyn (Jamaïque) 1 :49.44 ; Nero Gavyn (Trinidad)           1:49.53 ; Reyes Tayron (Rep. dominicaine) 1:49.63 ; Cortez Edgar (Nicaragua) 1:49.73.

 Ainsi, Moise Joseph va se mesurer jeudi soir avec ces sept autres qualifiés afin d’apporter une médaille à Haïti.

 Le Jamaïcain Grenn Leford nouveau roi des 400m haies des Jeux de CAC

 La finale du 400n haie a leu lieu hier soir, l’Haïtien Alie Beauvais a raté son départ et n’a pas pu continuer la course. « Je croyais que c’était un faux départ. J’ai entendu deux sons et j’ai arrêté. Voilà pourquoi j’ai loupé mon départ », a déclaré Beauvais.

 Cette finale a également suscité beaucoup de passion parce que les Portoricains ont été en nombre imposant au stade afin de supporter leur champion du monde et olympique pour les Etats-Unis, le Potoricain Culson Javier face au Dominicain Felix Sanchez (ex-champion du monde).

 Les Jamaïcains ont gâché la fête. Le Jamaïcain Grenn Leford a pulvérisé le record que détenait son compatriote Morgan Dinedale aux Jeux Maracaibo en 1998 (48,87). Leford a terminé en 1re position avec un temps de 48,47 (nouveau record des Jeux). Le Portoricain

Culson termine 2e avec un chrono de 48,58 ; le Jamaicain Cato Roxroy 3e avec un temps 49,62 et le Dominicain Sanchez termine en 4e avec un chrono de 50,08.

En finale triple saut, Pascale Delaunay a pris la 5e place en réalisant sa meilleure performance de la saison avec un saut de 13, 06. L’épreuve a été remportée par la Jamaïcaine Williams Kimberly avec un saut de 14.23.

Add a comment

Visite à Port-au-Prince (Haïti) ce jeudi 11 Jeann_Edouard_BakerMars des membres de la Commission mise en place par l’Organisation Sportive Centraméricaine et Caraïbe (ODECABE) pour coordonner la préparation et la participation d’Haïti aux prochains Jeux Centraméricains et Caraïbes devant se dérouler à Mayaguez (Puerto-Rico).

L’annonce officielle a été faite par le Comité Olympique Haïtien (COH) qui va d’ailleurs donner une conférence de presse dans le but d’informer la presse sportive de la visite en Haïti des membres d’ODECABE.

Cette Commission, présidée par le Comité Olympique Mexicain et les Présidents des Comités Olympiques de Puerto-Rico, de la République Dominicaine, de la Barbade, de la Jamaïque et un représentant du Comité Olympique des États-Unis d’Amérique, a également pour mission d’étudier de concert avec le Comité Olympique International (CIO), la reconstruction de certains centres sportifs endommagés en Haïti après le passage du violent séisme qui a fortement ravagé le pays le 12 Janvier dernier.

Ainsi, la Presse Sportive est cordialement invitée à une conférence de presse le même jour soit (jeudi 11 Mars) à 2 h p.m. au local du Comité Olympique Haïtien.

 

Add a comment

L'organisation internationale Peace and Sport COHa lancé aujourd'hui, à la demande du comité olympique haïtien, une collecte internationale de matériel sportif pour aider les enfants et adolescents à reprendre grâce au sport une vie normale à Haïti après le séisme du 12 janvier.
"100.000 enfants et adolescents de 8 à 20 ans vivent aujourd'hui dans des camps de rescapés en Haïti, livrés à eux-mêmes et sans repère après la tragédie qui s'est abattue sur l'île le 12 janvier dernier", a noté Peace and Sport dans un communiqué.
"Le sport est l'un des moyens prioritaires pour aider ces jeunes à surmonter leur traumatisme, réapprendre à vivre ensemble en confiance autour de règles acceptées et reconstruire leur pays sur des bases durables, pacifiques et équitables", a ajouté l'organisation.
Après avoir été sollicités par l'Unicef et le Fonds des nations unies pour la population, le Comité olympique haïtien (COH) a imaginé deux programmes pour aider à restaurer par le sport "un cadre de vie structuré" dans les camps de rescapés. Le premier prévoit, pour 50.000 jeunes toujours dans les camps, des initiations à de nombreux sports (football, volley, basket, tennis, badminton, rugby, échecs...). Le second est destiné à la lutte contre les violences faites aux femmes, grâce à des activités sportives pédagogiques.
Pour mettre en oeuvre ces programmes, le COH a mandaté Peace and Sport pour organiser une collecte auprès des clubs sportifs, des ligues professionnelles et des entreprises. Objectif: récolter ballons variés, kimonos, matelas de gymnastique, raquettes, matériel d'athlétisme, sifflets, chronomètres ou encore jeux de société. Ainsi que des dons financiers.
Deux fédérations ont déjà répondu positivement, a indiqué le communiqué. La fédération internationale d'échecs enverra 500 jeux d'échecs et la fédération internationale de tennis de table 50 kits de tennis de table.

 

Add a comment

Bruny Surin établit une nouvelle marque canadienne chez les 40-45 ans, mais veut se consacrer pleinement à son rôle de président de la Fédération québécoise d'athlétisme.Bruny_Surin
Bruny Surin demeure un fier compétiteur après avoir passé les sept dernières années loin des pistes.
Le Montréalais a inscrit un nouveau record canadien au 50 m dans la catégorie des 40-45 ans, samedi, à la réunion de McGill.
Avec un chrono de 6,15 s, il a battu l'ancienne marque de cinq centièmes de seconde.
Auteur du cinquième meilleur temps de l'histoire au 100 m (9,84), Surin aimerait éventuellement s'attaquer au record mondial du 60 m dans sa catégorie (6,78), mais n'a pas l'intention de participer aux prochains championnats du monde.
« Faire une course est une chose, les mondiaux en sont une autre, explique-t-il. Il faut courir beaucoup avec les qualifications, la demi-finale et la finale. Ça demande une préparation très sérieuse et je n'en ai pas le goût. »
L'homme de 42 ans, nommé président de la Fédération d'athlétisme du Québec plus tôt dans la journée, veut plutôt se consacrer à ses nouvelles fonctions, en rehaussant la cote de son sport.
« Je ne veux pas critiquer mes prédécesseurs, mais on aurait peut-être dû faire plus de promotion. Il faut amener les jeunes vers l'athlétisme et je veux travailler en ce sens. »
Et fidèle à ses habitudes, Surin ne veut pas perdre de temps pour arriver à ses fins.
radio-canada.ca
Add a comment

Interview / « Bolt est le plus grand athlète de tous les temps ! » affirme Alain Jean-Pierre

alt
Le samedi 22 août 2009, la Fédération nationale des arts martiaux d’Haïti et disciplines affinitaires (Fnamh–da) a installé son comité exécutif. Du 15 au 23 août 2009 à Berlin, le Jamaïcain Usain Bolt a éclipsé ses concurrents lors de la 12e édition du championnat du monde d’athlétisme en réalisant deux records du monde en 100 m et en 200 m. Haïti a été présente à cette 12e édition. Alain Jean-Pierre, secrétaire général du Comité olympique haïtien et président de la Fédération haïtienne d’athlétisme amateur (FHAA), a bien voulu répondre à nos questions à propos des faits mentionnés plus haut. Gérald Bordes : Un groupe de pratiquants en arts martiaux vient d’installer, samedi dernier, un comité exécutif à la tête d’une nouvelle fédération dénommée « Fédération nationale des arts martiaux d’Haïti et disciplines affinitaires (Fnamh–da) ». Cette fédération répond-elle aux normes en vigueur pour être affiliée au Comité olympique haïtien (COH) ?

Alain Jean-Pierre : Je te remercie de montrer votre intérêt pour des disciplines sportives autre que le football. N’importe qui peut mettre sur pied une fédération nationale sportive. Cependant, pour pouvoir être affiliée à un Comité olympique national, cette fédération doit répondre à certains critères, entre autres : a) être reconnu par la Fédération internationale; b) être constitué d’un nombre minimum de 4 clubs ou associations pratiquant le sport dans le pays ; c) aucune autre fédération ne représente le sport en question ; d) pour une entité multisport, être reconnue par le Comité olympique international (CIO) (ex. sport universitaire, sport militaire, etc.). G.B. : Quels sont les critères à respecter pour mettre sur pied une fédération ? Il y en a plus d’une dizaine dans le pays mais bon nombre d’entre elles sont inactives. Est-ce que le Comité olympique haïtien travaille sur ce dossier ? Ces entités paralysées obtiendront-elles leur affiliation ? A.J.P. : Pour vous reprendre, s’il y a un minimum de quatre clubs ou associations, le COH peut reconnaître une fédération avec une affiliation provisoire sans droit de vote. Si elle est active, nous faisons une recommandation (positive ou négative) à l’assemblée générale qui est seule souveraine de l’accepter ou de la rejeter. Le COH a une commission chargée de réviser les demandes d’affiliation. D’ailleurs cinq demandes n’ont pas reçu de recommandations positives. Les fédérations inactives sont mises en veilleuse. G.B. : Le COH dispose d’un nouveau local flambant neuf à Pétion-Ville. Mais à quand la maison du sport ?
A.J.P. : Le COH dispose d’un local neuf et ceci à son crédit. Il y a une section qui traite directement avec les fédérations, et chacune des sections dispose d’un espace de travail. Pour la maison du sport, il faudra t’adresser au ministère, car elle est du ressort de l’État, comme dans tous les autres pays d’ailleurs. À ce sujet, nous avions fait une proposition au ministère qui étudiait à l’époque. Et nous avons eu une réponse positive.G.B. : En plus d’être secrétaire général du COH, vous êtes aussi président de la Fédération haïtienne d’athlétisme amateur (FHAA), parlez-nous de la participation d’Haïti à la 12e édition du championnat mondial de l’athlétisme qui s’est déroulé du 15 au 23 août à Berlin ? A.J.P. : La Fédération haïtienne d’athlétisme a en effet participé au 12e Championnat du monde d’athlétisme avec deux athlètes. Moïse Joseph au 800 m et Samyr Lainé au triple saut. Les deux ont passé les deux premiers tours pour atteindre les demi-finales. Moïse a obtenu son meilleur temps de l’année en 1’45”05. Samyr a sauté 16 m 95. G.B. : Quel est votre point de vue sur ce phénomène que constitue le Jamaïcain Usain Bolt ? Pouvez-vous établir une différence entre lui et Carl Lewis ? A.J.P. : Usain Bolt n’est pas un hasard. Depuis 2002, lors d’une interview sur les stations de radios Métropole et Ibo, j’avais dit qu’Usain Bolt et Darrel Brown de Trinidad feraient des malheurs. Brown s’est blessé et Bolt, nous voyons les résultats. L’athlétisme en Jamaïque est une affaire d’État, et on y met le paquet. D’ailleurs, le Premier ministre jamaïcain est aussi ministre des Sports. Vingt-huit millions de dollars jamaïcains sont investis chaque année dans l’athlétisme en Jamaïque. Bolt est le plus grand athlète de tous les temps (toutes disciplines confondues) ! Que vous preniez Tiger Wood, Pelé ou Maradona, Michael Jordan, Ayrto Senna, ce qu’accomplit Bolt est incomparable ! Au lendemain de son record 9,58, il a fait la une de tous les journaux du monde sauf en Haïti. Times, Le Monde, Der Spiegel, New York Times, etc. Ils sont unanimes là-dessus en disant même que Bolt est un athlète du XXIIe siècle. Il faut remarquer que Bolt s’entraîne actuellement au 400 m et au saut en longueur. G.B. : Quatre ans de cela, l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF) disposait de 400 000 euros pour doter Haïti d’une piste avec tartan moyennant que l’État haïtien accepte d’ajouter le reliquat. On n’entend plus parler de ce dossier. Qu’en est-il aujourd’hui ? A.J.P. : J’aurais bien aimé recevoir 400 000 euros, ce qui fait près de 700 000 dollars américains. Il s’agit au fait d’un don de 400 000 euros que nous a promis l’IAAF pour l’érection d’une piste en Haïti. J’ai pu maintenir une pression auprès de l’IAAF pour nous garantir un apport pour la construction de cette piste dès que l’État s’engagera. Je pense que nous avons eu plusieurs discussions avec le ministère et je crois que le projet est à une phase très avancée. Nous aurons bientôt, je l’espère, cette piste. Gérald Bordes : Quels sont les projets de la FHAA ? Alain Jean-Pierre : La FHAA aura bientôt des élections. Nous avons aussi notre compétition nationale à organiser ainsi que les cours de formation à donner. Avec l’IAAF, nous avons programmé des stages pour les athlètes, les entraîneurs et surtout les juges et les officiels. Nous devons augmenter leur nombre pour qu’il n’y ait pas de carence dans ce domaine. Propos recueillis par Gérald Bordes
lematinhaiti.com

Add a comment

Au terme d'une opposition à couper le souffle, les étudiants de l'Université La Pléiade ont battu leurs homologues de l'Institut des Hautes Études Commerciales et Économiques lundi après-midi au Gymnasium Vincent.

Le score serré de 68-62 en dit presque tout sur l'ampleur de cette partie unique, pour désigner le successeur du Centre Universitaire de Management et de Productivité, CMP, qui avait été sacré l'an dernier. Une finale déroulée dans une ambiance de tonnerre. Les centaines de jeunes ayant fait le déplacement, assoiffés d'ambiance, ont été servis. Bande de rara, Disc Joker, Cheerleaders, tout était au rendez-vous pour la fête.

Sous les yeux notamment du président de la fédération haïtienne de sports universitaire, FEHSU, Déjean Bélizaire, les étudiants de l'IHECE n'ont pas pu s'offrir un nouveau titre après leur dernier sacre il y a deux (2) ans.

Le début de match de l'IHECE a été catastrophique. Ou du moins, ils ont été mangés par les étudiants de l'UPLEH. Ces derniers se sont érigés comme de véritables dragons bleus, assommant leurs challengers des malfinis rouges.
Ils ont enchaîné les tirs et ont eu de la réussite, avec notamment un cinglant 6-0 au départ. Que ce soit en pénétration ou à distance et ils ont pu aussi compter sur leur défense de fer.

Les poulains d'Ashley Salomon n'ont pas trouvé de repères. Le coach de l'IHECE a su trouver toutefois les manœuvres pour permettre à ses gars de rétablir l'équilibre, complètement. Mais au final, ils ont du céder avec une adresse nulle à longue distance. L'ambiance n'a aussi pas été du goût d'Ashley Salomon. L'expérimenté coach a aussi regretté le manque de temps de préparation de son équipe.

S'il n'a pas digéré la défaite, Ashley Salomon a reconnu la qualité de l'équipe adverse. Son homologue de l'UPLEH, Vincent Touqui s'est dit fier de ce qu'ont réalisé ses poulains qui n'ont jamais été menés.

Il a été la star de cette finale. Stephane Baptiste, pas encore 25 ans, a enflammé le Gymnasium avec ses tirs primés. Au final, il en a mis cinq (5), scorant au total 20 points. Surnommé Tololo, Stephane Baptiste, avec son faux-air d'Anderson Varejao, le basketteur brésilien de la NBA, ex-Cleveland et Golden State, s'attendait à un tel dénouement car, a-t-il dit, il a travaillé dur pour cela.

Le match a justement été l'objet de deux (2) interruptions. La première suite à de vives protestations de la part du staff technique de l'IHECE, critiquant le Disc Joker en place, qui était dévoué à la cause de l'UPLEH. La seconde pour cause de pluie.

La fin de match a été une vraie galère donc pour les protagonistes.
Le plancher était devenu glissant. Ce qui a engendré les chutes à répétition des joueurs, qui feraient bien mieux de porter dans ce moment précis des chaussures de ski.Alors que le Gymnasium, endommagé lors du séisme du 12 janvier 2010, a été réhabilité en 2012 suite à des travaux qui avaient coûté environ un million de dollars.

Heureusement, Hervé Saintilus, le directeur de ce centre sportif socioculturel depuis quasiment un an, a pu faire lui-même le constat.

Jeanvil Charilien
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Add a comment

Après avoir perdu le championnat universitaire Malfini Rougede football face aux étudiants de l’Inutech (0-0) et (5-4) aux tirs aux buts, les Malfinis rouges de l’IHECE ont pris leur revanche, en écartant l’Inutech en ½ finale du championnat de basket-ball, organisé par la Fédération Haïtienne du Sport Universitaire (FEHSU). En finale, ils ont pris rendez-vous pour en découdre face à CMP, ce mercredi 1e juillet 2015.

Décidément, l’équipe de basket-ball de l’IHECE est en grande forme. Victorieuse du championnat organisé par le réseau « R3I », elle n’a fait qu’une bouchée de son homologue de l’Inutech en ½ finale, disputé en deux manches. Sans surprise, le tenant du titre, s’est adjugé les deux matchs pour s’offrir une place en finale.

Pour conserver son bien, les Malfinis rouges, entraînés par Ashley Salomon Prudent, doivent se débarrasser des étudiants du Centre de Management et de Productivité, CMP ce mercredi 1e juillet au Gymnasium Vincent.

Pour atteindre la finale, l’équipe du CMP a dû batailler fermement pour écarter l’Unasmoh par deux victoires à une. Avant le troisième game, les deux équipes étaient à égalité. Au final, le CMP l’a emporté (102-94) pour rejoindre les Malfinis rouges.

Mercredi 1e juillet 2015

Finale du championnat universitaire de basket-ball

Gymnasium Vincent : Malfinis rouges de l’IHECE – CMP : 

Add a comment

 

La NBA a accueilli, dans la nuit de jeudi 25 Cadyà vendredi 26 juin (7h pm, heure haïtienne), soixante (60) des meilleurs jeunes joueurs de la planète basket, issus des universités américaines et des ligues du monde entier. Annoncé moins fort que l’an passé, la Draft 2015 compte toutefois plusieurs gros potentiels susceptibles de s’imposer rapidement dans la grande ligue. L’haïtien Cady Lalanne, drafté au second tour en 55e position par les Spurs de San Antonio, en est un exemple parfait parmi tant d’autres. 

Alors qu’il venait de boucler en grande pompe ses quatre (4) premières années au sein de l’équipe de l’Université de Massachusetts (UMass), Cady Lalanne, né à Port-au-Prince, le 22 avril 1992 (23 ans), a été drafté au second tour des drafts de la NBA, en 55e position par le quintuple champion, San Antonio Spurs.

En effet, il faut croire que Cady est réellement un jeune basketteur, pétri de talent, s’il est arrivé à taper à l’œil  du manager émérite de San Antonio, Robert Canterbury Buford, l’homme de tous les bons coups des Spurs. En fait, R.C. Bufort a jeté son dévolu sur le fils de Bertha Lalanne, véritable star de l’UMass, pour renforcer d’une part, et pour rajeunir d’autre part, l’effectif veillissant des Spurs.

 

Physiquement (113 kg), Cady est déjà prêt pour la NBA et compte peu de lacunes dans son jeu. Très mobile et plutôt agile balle en main pour sa taille (2m08), il possède aussi une belle palette de mouvements près du panier et sait shooter dans le périmètre. Sans aucun doute, il s’agit d’un choix intelligent de la part de Buford.

Pour ce traditionnel draft annuel de la NBA, tenu jeudi 25 juin 2015 à Barclays Center (Brooklyn), le jeune pivot haïtien n’occupait que la 55e place. Ainsi, il va découvrir le championnat nord-américain de basket-ball (NBA), et cela, dès le 27 octobre 2015, date retenue pour le coup d’envoi de la nouvelle saison, avec un total de trente (30) franchises.    

Comparé fort souvent par ses pairs à une autre star haïtienne évoluant dans la NBA, Nerlens Noël (Philadelphia), Cady, très habile techniquement, et fort physiquement, sera, sans crainte d’être démenti, un atout et un argument majeurs pour la franchise texane dans la ligne défensive, aussi bien dans la ligne offensive.

Pour preuve, Lalanne, futur coéquipier de Tim Duncan, lalanneTony Parker ou encore Pau Gasol, tournait l’an dernier à une moyenne de 11,6 points ; 9,5 rebonds ; 1,9 blocs par match. En tout et pour tout, 14 double-doubles sont à mettre également à son actif.  

Joint au téléphone, un proche du joueur résidant en Haïti, a fait savoir que : « Cady avait laissé le pays très jeune pour s’installer à Orlando (Floride), et c’est dans cette ville qu’il a appris le basic basket-ball ».

En quête de rachat, la franchise entraînée par Gregg Popovich, auréolée de cinq (5) titres acquis en quinze (15) ans : 1999, 2003, 2005, 2007 et 2014, avant de s’engager avec Cady Lalanne, a fait choix du Serbe, Nikola Milutinov (26e).

Il n’y a pas eu encore de contrat signé entre les deux parties. Dans ce cas de figure, Cady, qui disputera la « Summer league » pour les Spurs, a pour devoir de convaincre les responsables texans, sous peine de se voir s’exiler en Europe.

A côté de Nerlens Noël (Philadelphia Sixers), Samuel Dalembert (New York Nicks), et en attendant certainement, d’autres étoiles, issues d’Haïti, Cady Lalanne est en passe de devenir le troisième haïtien qui va disputer la 70 édition de la NBA.   

Add a comment

.