×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

Les deux premières finales du basket scolaire disputées CIBA 2015jeudi 28 mai au local du CIBA (7, Babiole) ont vu la victoire respective des élèves de l’Institution du Sacré-Cœur (fille) et du Collège Jacques Roumain (garçon) dans la catégorie minime. Trois autres finales sont à l’affiche pour ce vendredi 29 mai 2015 dont un classique entre les filles du Sacré-Cœur et celles du Lycée Marie Jeanne avant les deux finales du mercredi 3 juin.  

Dès l’entame du match, les élèves de Jacques Roumain ont affiché leur ambition en menant (10-0) avant le réveil de son adversaire, Catherine Flon, ramenant le score à (15-12), (19-16), (19-18), (20-20) et (24-24) à la mi-temps.

Cependant en deuxième mi-temps, les élèves de Jacques Roumain n’ont laissé aucune chance à ceux de Catherine Flon, battus au final (64-51) au terme d’un match plaisant.

Avec 24 points inscrits, Loudmy Avril (Jacques Roumain) a été désigné comme le MVP de la finale devant Ralph Clément (Catherine Flon), auteur de 18 points. En termes de récompenses, Avril s’est emparé d’un téléphone offert par la Digicel, un sac de riz, courtoisie de Diri Mega et un sachet contenant plusieurs objets offert par la SogeXpress, d’une médaille et un trophée. Pour sa part, Ralph a eu droit à une médaille et une enveloppe, offerte par la SOGEBANK valant 1000 gourdes.

Le trophée et les médailles mis à part, l’équipe championne s’est adjugée la bagatelle de 50.000 gourdes contre 25.000 pour les vice-champions.

Chez les filles, c’est l’équipe du Sacré-Cœur qui s’est imposée (14-12) aux dépens de Sainte Rose de Lima, au terme d’un match palpitant, riche en rebondissement, mais aussi plaisant. Avec 6 points, Armelle Raymond (Sacré-Cœur) a été désignée MVP de la finale devant Christina Jeudy (Ste Rose de Lima), auteur de 6 unités.  

Vendredi 29 Mai 2015

Catégorie Cadette Fille 2h : Institution du Sacré-Cœur vs Lycée Marie Jeanne

Catégorie Cadette Garçon 3h : Collège Catherine Flon vs Collège Victor Barolette Catégorie Junior Garçon 4h : Collège Nouvelle Lune vs Collège Jacques Roumain

Add a comment

La 10e édition du championnat de l’Unité, CIBA 2015organisée par le Comité interscoalire de basketball (CIBA), touche à sa fin. Ainsi, sept (7) grandes finales dans les catégories minime (filles et garçons), cadette (filles et garçons), junior (filles et garçons) et open (garçon) sont au programme au local du CIBA (7, Babiole) les jeudi 28, vendredi 29 mai et mercredi 3 juin 2015 pour compléter la saison du basket scolaire.

Au nombre des établissements scolaires, qui vont en découdre pour le gain de l’un des sept (7) trophées mis en jeu par les responsables du CIBA, l’Inst du Sacré-Cœur, présente dans les catégories minime et cadette. Pour concrétiser ce rêve, les filles du Sacré-Cœur doivent se défaire de l’Inst Ste Rose de Lima (minime) et du Lycée Marie Jeanne (cadette). L’autre finale chez les filles mettra aux prises, le vainqueur (Nouveau Collège Bird vs Marie Louise Trichet) face à Ste Rose de Lima.

Chez les hommes, l’Inst Saint-Louis de Gonzague, double champion l’an dernier, a été le grand absent dans ces finales. En revanche, le Collège Catherine Flon disputera trois des quatre finales, et ce, avec pour objectif de chiper le trophée récompensant l’équipe championne de la compétition. Ainsi, Catherine Flon se mesurera face à Jacques Roumian dans les catégories minimes et Open avant de défier Victor Barolette chez les cadets.

Entre-temps, le Collège Jacques Roumain tentera de remporter le titre chez les juniors face au Collège Nouvelle Lune.   

Pour rehausser l’éclat de cet événemnt, les danseurs de Let’s danse promettent de se surpasser au rythme de la musique des DJ Bee Mix et Explicit, de quoi enchanter le cœur des fans faisant le déplacement. A côté d’Izolan, artiste invité, les hommes de Tabou Band 4x4 seront, eux aussi de la partie, pour assurer l’animation.

Les sponsors du CIBA, tels : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega et SogeXpress ne sont pas en reste. Au contraire, ils auront en profité pour offrir aux fans du basket scolaire des cadeaux avant les grandes vacances.

Programme des 7 grandes finales :

Jeudi 28 mai 2015 au local du CIBA

2h00 (minime garçon): Collège Catherine Flon – Collège Jacques Roumain :

3h00 (minime fille): Inst. du Sacré Cœur – Inst. Ste Rose de Lima :

Vendredi 29 mai 2015 au local du CIBA

2h00 (cadette fille) : Inst du Sacré Cœur – Lycée Marie Jeanne :

3h00 (cadette garçon) : Collège Catherine Flon – Collège Victor Barolette :

4h00 (Junior garçon) : Collège Nouvelle Lune – Collège Jacques Roumain :

Mercredi 3 juin 2015 au local du CIBA

2h00 (junior fille) : Inst Ste Rose de Lima – Nouveau Collège Bird ou Marie Louise Trichet : 

3h00 (Open garçon) : Collège Catherine Flon – Collège Jacques Roumain : 

Add a comment

Au nombre des seize ligues dûment affiliées à la Fédération Claude DemesminHaïtienne de Basket-ball (FHB), une seule, celle de Léogâne, représentée par Charmanton Gallant, a répondu le jeudi 14 mai 2015 à l’appel lancé par le président sortant, Claude Démesmin, qui souhaitait réaliser l’Assemblée générale extraordinaire de la Fédé en vue des élections du 24 mai.

Par ailleurs, les quinze autres ont brillé par leur absence. Cependant, elles ont délégué leur porte-parole, Jean Frantz Darius, d’apporter une pétition au président Démesmin dans laquelle, elles ont contesté sa présence à la présidence de la Fédé et demandé au COH d’organiser des électios devant aboutir à un nouveau comité exécutif.

Parallèlement, le président du cartel « REVOLUTION », Berwick Coriolan et les représentants des ligues (non affiliées à la FHB), Arcahaïe, David Antoine et Tabarre, Stanley Eznard ont assisté de façon impuissante à cette soit-disant Assemblée générale, tournée en fiasco, convoquée par le très contesté Claude Démesmin.

En réaction, le Dr du basket dit : « J’ai laissé tomber », a lancé dans la foulée le président sortant après avoir pris connaissance de la pétition des ligues, alors que l’on croyait qu’il a jeté l’éponge ou démissionné, il s’est repris : « Moi et Bonnefil, nous allons convoquer les ligues pour qu’on organise respectivement l’Assemblée générale et les élections. Evidemment, on fera choix de trois membres pour former le conseil électoral et s’il le faut, on va procéder à l’homologation des nouvelles ligues », a déclaré Claude Démesmin.

Soulignons qu’il y avaient beaucoup plus de journalistes que des représentants du basket. Pour l’instant, aucune date n’est encore fixée pour la réalisation des nouvelles joutes. Entre-temps, les ligues d’une part, et le président sortant, d’autre part, maintiennent leur position. Qui volera au secours du basket haïtien ?

On verra bien… 

Add a comment

Le torchon brûle au sein de la famille du basket haïtien. emmanuelbonnefil cibaAu lendemain des joutes avortées au cours desquelles devrait être élu un nouveau comité exécutif à la tête de la Fédération, le président sortant, Claude Démesmin a tiré à boulets rouge sur son ex-bras droit, Emmanuel Bonnefil avant de pointer du doigt, JB Georges. Entre-temps, les accusations pleuvent de partout. L’homme fort de l’ASHBAC et du CIBA, membre du cartel « CONFIANCE » a accepté volontiers d’apporter certaines précisions sur ce sujet pour Ticket Sport.   

Ticket Sport : Avant les joutes devant aboutir à un nouveau comité exécutif à la tête de la Fédération Haïtienne de Basket-ball (FHB), Claude Démesmin a été jusque-là un vulgaire inconnu dans le monde du basket en Haïti. Alors, comment est-il arrivé à la présidence de la FHB ?

Emmanuel Bonnefil : En 2010, nous étions presqu’au complet, mais, les membres du cartel d’alors : « Wi NOU KAPAB » refusaient le poste de président. En plus, ils ne voulaient pas aussi que Foaud Guillaume, qui s’était absenté du pays depuis trois ans, soit la figure emblématique de ce cartel. Ainsi, sous la recommandation de Jean Claude Dorcelin dit coach Jojo, un entraîneur bien connu du milieu, on a accepté, et cela non sans peine, que Claude Démesmin préside notre cartel. Il faut dire aussi, on était à deux jours de la fermeture des dépôts de candidature. On s’était entendu de prendre une chance avec lui.

TS : Après seulement trois mois, le nouveau comité exécutif est réduit à deux ou trois personnes. Que s’est-il passé exactement ?

EB : Il y avait une sorte de conflit d’intérêt. Entre-temps, Fouad Guillaume était retourné aux USA et d’autres membres du comité se sont retirés. Avant cette division, le président avait décidé de mettre à notre disposition une maison (3 chambres privées de tout et de rien), située à Bois-Vernat devant servir de siège à la Fédération. Pour cette maison en question, Claude Démesmin percevait la somme de 4,500 dollars US à raison de 1,500 le mois. Alors, mis à part le comportement de certains membres, l’irrespect manifesté par le président à leur égard, cet argent dont je vous parlais, était pour beaucoup dans la division qui gangrennait le dernier comité exécutif de la Fédé.

TS : Malgré tout, il était visible Bonnefil que vous restez attaché à Démesmin. Qu’est ce qui est à la base maintenant de la division entre lui et vous ?

EB : Je voulais à ce qu’il fasse son mandat. Pour être honnête avec vous, je ne vais pas nier que Démesmin est un homme conflictuel, hautain et gonflé d’orgueil. Cependant, il a refusé de réaliser des élections anticipées, j’ai patienté espérant qu’il comprendrait qu’il n’y aura pas d’autres moyens de rester aux commandes de la Fédé, s’il n’organise pas des élections. Depuis le 20 novembre 2014, le dernier comité est caduc. Pour les prochaines joutes, celles de 2015, il était l’un des membres du cartel « CONFIANCE ». Les autres membres l’ont contesté certes, mais, je lui ai proposé un poste de président d’honneur. Il l’a rejeté d’un revers de main, et depuis, il m’a pris pour son cible privillégié. En réalité, je n’avais rien avec lui.

TS : Démesmin vous a accusé de distribuer des badges de façon illégale aux responsables des ligues lors des élections qui devaient avoir lieu le 9 mai au local du COH ?

EB : Tout ce que je fais, je le fais en commun accord avec lui. De concert avec lui, on a choisi trois personnes crédibles : Carline Choute, John Chéry et Jean Bernard Georges, pour former le conseil électoral. Pour les badges, j’avais pour mission de récupérer les photos. Lors d’une réunion avec les 14 ligues au siège de la Fédé (Jacmel et Ouanaminthe étaient absents), il y avait deux représentants pour les Cayes et Saint-Marc, Démesmin a récupéré les photos en vue de confectionner les badges devant permettre aux responsables des ligues de voter. Les badges sont signés par lui et c’est lui aussi, qui était responsable de les distribuer aux différentes ligues ayant droit de votes, et cela depuis le mois d’avril dernier.      

TS : Mais, comment a-t-il pu immaginer un pareil mensonge ?

EB : Vous savez, Démesmin a été dépossédé de sa licence en tant que médecin gynéchologue. Donc, il n’est plus médecin. Partout, on dit qu’il est un fou. Autrefois, je n’y croyais pas, mais, il est visible que ce type a sa tête ailleurs. Pour m’avoir accusé de faire usage de faux, je vais le sommer. Il doit avoir le courage de s’excuser publiquement. J’ai 27 ans dans l’organisation du CIBA et de l’ASHBAC, personne n’oserait de dire une chose pareille. Démesmin n’a pas la moralité de mettre en doute ma notoriété et ma responsabilité, il ferait mieux de me présenter des excuses.

TS : Entre-temps, le président sortant annonce pour ce jeudi 14 mai, une assemblée générale extraordinaire et se propose d’organiser les joutes le 24 mai. Que direz-vous alors ?

EB : Ce mercredi 13 mai, 14 ligues ont signé une pétition pour dire non à Claude Démesmin. Il est rejeté par l’ensemble des ligues (instance souveraine de la Fédé). En aucun cas, il ne peut pas se permettre de convoquer les ligues. Présentement, le dossier est entre les mains du COH, instance suprême du sport en Haïti.

Ticket Sport : Pour finir, à quoi peut s’attendre la famille du basket haïtien ? 

Emmanuel Bonnefil : A un futur glorieux du basket haïtien. D’ailleurs, vous pouvez remarquer que lors de la séance du 9 mai, il n’y a pas eu de problèmes entre le cartel de Berwick Coriolan et celui de Joseph Henri Jean. Donc, il faut déraciner l’indésirable, celui qui ne sait rien dans le domaine, Claude Démesmin. Haïti a de grandes chances de percer le marché international. Pour y arriver, la Fédé doit être entre les mains des hommes et des femmes qui connaissent bien le milieu. J’en profite pour remercier Ticket Sport pour cette interview véridique sur le basket haïtien.

Propos recueillis par Légupeterson Alexandre Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Add a comment

Au nombre des acteurs qui ont marqué la septième (7e)Feguens Georges édition de l’ASHBAC, il faut citer à côté du meneur de SOGEBANK, Elminice Isnold, « meilleur scorer » et du pivot de la Police nationale, Robenson Estélhomme « meilleur joueur » de la saison régulière, le véritable fer de lance et le puissant power forward de l’équipe trois fois championne d’ASHBAC (Marché Ti Tony) : Féguens Georges. 

Omni-présent dans l’entrejeu de son équipe tout au long de la saison régulière, Féguens a failli voler le trophée de « meilleur joueur » de la saison régulière. A défaut de chiper ce trophée, il a mis tout le monde d’accord en guidant son équipe, Marché Ti Tony à la victoire finale contre Diri Mega (86-80).

Pour y arriver, Féguens a été « on fire » tout au long des play-offs. Contre l’équipe de CNE en ¼ de finale, il a planté 17 paniers avant de récidiver en ½ finale contre Produits Bongu. Contre ce dernier, le # 33 de Marché Ti Tony, avait encore frappe fort en inscrivant 17 points. En finale, sa présence offensive (20 points, 10 rebonds et 1 steal) et très bon en défense, il a été le véritable bourreau de Diri Mega. Malheureusement, Féguens Georges (tout proche de la trentaine) n’a pas l’âge pour effectuer un essai à l’étranger. Dommage !

En trois (3) matches, Féguens a réalisé en tout et pour tout 54 points. « Je suis très content d’avoir gagné ce trophée. Cependant, celui récompensant l’équipe championne est beaucoup plus importante pour moi. On va savourer ce nouveau sacre avant de fixer d’autres objectifs », a fait savoir sur le vif le MVP de la finale, Féguens Georges. 

Add a comment

L’antre de l’ASHBAC (Babiole 7), archi-comble, Marche Ti_Tony_2015a vécu le samedi 9 mai 2015 une finale de grande facture, âprement disputée et riche en rébondissement entre les équipes de Marché Ti Tony et Diri Mega. Au coup de sifflet final, c’est la bande à Anthony Bennett qui a réalisé le fameux : « Back to Back ».  

Ils étaient plus de 2500, les amants du ballon orange qui avaient pris d’assaut le siège de l’ASHBAC pour assister à la grande finale de la 7e édition du championnat de la ville. Des stars de la musique y étaient également. Citons entre autre : les frères Martelly, Sandro et Olivier, mais aussi, le populaire rappeur, Izolan de BC. Au rythme des « Track » de l’excellent DJ Tonymix, Tambou Band 4x4 et Soul Rasta, les fans se sont gâtés tout en s’amusant à tue-tête, et ce, tout au long de la rencontre. Que dire de la prestation « 5 étoiles » du troupe Caliente, issu de la République Dominicaine et de Let’s Dance. Ces derniers ont enchanté le cœur de plusieurs milliers sympathisants du sport # 2 du pays.  

Entre-temps, les sponsors de l’ASHBAC: Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Apollo All Stars, Global Home & Office Smart et SogeXpress, ont eux aussi fait le show, et ce, pour la plus grande joie des amants du basket.  

Pour tenter de s’adjuger le trophée tant convoité, le coach de Diri Mega, Toulky Vincent a alligné un « starting five » composé de : Frantz Gérald Etienne, Fritz Gérald Content, Samuel Petit-Homme, Santos Martinez et Juan Carlos Santana. En face, Romuald Timothée, coach à succès de Marché Ti Tony, a reconduit le « starting five » qui fait de son équipe, la plus forte dans l’histoire du basket corporatif. Ainsi, Emerson Jean François, Mickael Tilus, Michelet Florius, Féguens Georges et Evens Gédéon, ont eu la confiance de Timothée.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, retransmise en direct par RTVC et THN, visiblement, les deux protagonistes ne voulaient pas faire de cadeaux. Ainsi, le jeu défensif a eu gain de cause au détriment de celui offensif. Au départ, c’est Féguens Georges, qui a déclenché les hostilités en inscrivant les premiers paniers du match. Bien planté sur ses longues jambes, Ramirez a répondu de fort belle manière. Ainsi, au terme du premier quart-temps : les deux équipes se sont quittées sur le score de (19-19).

En dépit du fait que l’équipe de Mega avait la volonté manifeste et la présence de ses deux dominicains. Cependant, elle n’arrive pas à inverser la tendance, car Féguens s’est comporté tout au long de la rencontre comme un véritable bourreau de l’équipe adverse. D’ailleurs, c’est encore lui, qui a montré la voie à ses coéquipiers, victorieux à la mi-temps (43-39). Il faut signaler en revanche, une manque criante de réussite au lancer francs de hommes de Marché Ti Tony (2 sur 12), tel n’est pas le cas pour Diri Mega.

De retour sur le paquet de l’ASHBAC, le coach de Mega, Toulky Vincent semble avoir trouvé la formule pour stopper la machine que représente l’équipe de Marché Ti Tony en prenant l’avantage pour la première dans la rencontre (60-58), nous sommes alors au 3e quart-temps du match, et le public, qui a fait le déplacement, apprécie bien. En réalité, la domination de Mega a été éphémère dans la mesure où l’équipe de Ti Tony a remis les pendules à l’heure peu avant la fin du troisième quart-temps (64-64).  

Pour le reste, l’équipe de Mega ne fait que courrir derrière le score. Par moment, elle arrive à rétablir l’équilibre sur le tableau d’affichage, mais, sans pour autant stopper son coriace adversaire, solide en défence et efficace offensivement à l’image de Féguens Georges (20) points. Autre souci pour Mega, il ne restait pas de « Time out », et en plus, son meilleur joueur, Santos Ramirez (24 points) a été « Double Team » par le coach adverse. Au final, le trophée récompensant l’équipe championne revient à l’équipe Marché Ti Tony, vainqueur de celle de Diri Mega : 86-80         

Un nouveau trophée de l’ASHBAC donc au palmarès de Marché Ti Tony. En effet, deux fois ½ finalistes (2011 et 2013), l’équipe de basket de Marché Ti Tony était à sa sixième (6e) participation au championnat de l’ASHBAC. A quatre reprises, elle a pu atteindre la grande finale. En 2012, Marché Ti Tony a été battu par la Digicel. En revanche, lors de sa première participation en 2010, la bande à Anthony Bennett avait mis tout le monde d’accord en s’adjugeant le trophée récompensant l’équipe championne. Même cas de figure en 2014 et en 2015. Ainsi, Marché Ti Tony devient l’équipe la plus titrée de l’ASHBAC avec trois titres remportés devant respectivement Digicel, deux titres (2011 et 2012), SOGEBANK (2009) et Produits Bongu (2013).    

Lors de la cérémonie de remise de trophées et de médailles, c’est un responsable de Diri Mega, Angélique Salomon qui était chargée de remettre le trophée au capitaine de Marché Ti Tony, Mickael Tilus. Romuald Timothée et Féguens Georges respectivement, coach et power forward de Marché Ti Tony ont été désignés « Meilleur coach » et « MVP » de la finale.

Voici les noms des différents joueurs qui ont permis à Marché Ti Tony de s’adjuger l’ASHBAC 2015 : Emerson Jean François (#00), Samy Jeudy (#2), Dave Louissaint (#5), Réginald Albert (#6), Steven Icart (#7), Evens Gédéon (#10), Luckenson Ulyse (#12), Paul Firmin (#16), Mickael Tilus (#23), Michelt Florius (#24), Féguens Georges (#33) et Gérald Noncent (#34).

Grande finale de la 7e édition de l’ASHBAC

Samedi 9 mai 2015

Marché Ti Tony – Diri Mega : 86 – 80, Féguens Georges 20 points 

Add a comment

Au terme d’une saison fleuve, Diri Mega a survolé les Bongu -_T_tony_2013débats pour atteindre la grande finale de la 7e édition de l’ASHBAC. Il n’a qu’un objectif celui de s’adjuger le titre suprême. Pour y arriver, Mega doit franchir l’obstacle que constitue l’équipe championne en titre, Marché Ti Tony, solide en défense et efficace dans la ligne offensive. Quoique qu’il arrive, on connaîtra le vainqueur de la 7e édition de l’ASHBAC, ce samedi 9 mai 2016 au local du CFC, 7, Babiole. 

En six (6) participations, l’équipe de Marché Ti Tony a atteint la finale à quatre (4) reprises, et s’est imposée par deux (2) fois : 2010 et 2014. En face, Diri Mega, finaliste malheureux en 2013, disputera sa deuxième finale en quatre (4) participations. Cette année, Mega, principal outsider de la compétition, semble bien parti pour s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de la 7e édition de l’ASHBAC.

Joint au téléphone à la veille de cette grande finale, le Coordonnateur de l’ASHBAC invite les fans à prendre d’assaut l’antre du CFC : « Mis à part l’équipe championne et vice-championne, l’ASHBAC récompensera aussi le meilleur meilleur joueur de la finale et le meilleur entraîneur. Des surprises, il y en a, et les amants du basket corporatif sont invités en grand nombre, car nos sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Apollo All Stars, Global Home & Office Smart et SogeXpress promettent d’enchanter le cœur des fans, qui feront le déplacement à Babiole, # 7 », a expliqué Emmanuel Bonnefil.

Côté sécurité, il a fait savoir que tout est en ordre : « Pour cette finale, l’ASHBAC n’a rien pris et rien laissé à la légère. Ainsi, on est prêt à tous les points pour ce grand événement, qui passionne déjà le monde du basket haïtien. J’en profite pour remercier la Police nationale, les responsables des équipes, les acteurs, les officiels et les fans pour avoir donné permis à l’ASHBAC de grandir de jour en jour », a poursuivit le Coordonnateur.

Pour atteindre la grande finale, l’équipe championne en titre, double lauréate de la compétition, Marché Ti Tony (3e lors de la saison régulière) a écarté respectivement sur son passage, le CNE en ¼ avant de prendre la mesure des Produits Bongu en ½ finales. En face, Diri Mega (1e au terme de la saison régulière :  9 matches, 8 victoires et une défaite) a terrassé les équipes de SOGEBANK (lauréate en 2009) et Digicel (championne en 2011 et 2012), deux anciens vainqueurs de l’ASHBAC.     

Pour détrôner l’équipe de Marché Ti Tony, qui dicte depuis tantôt deux années ses lois dans le basket haïtien, et qui ne cesse d’embellir son palmarès, il va falloir que les dominicains (Juan et Ramirez) de Diri Mega soient en grande forme. Pour sa part, le meneur de jeu de Matché Ti Tony, Féguens Georges promet de faire des misères à la défense en face.  

Pour rehausser l’éclat de ce duel explosif et qui promet de faire des étincelles entre les deux meilleures équipes de la saison : Marché Ti Tony – Diri Mega, les responsables de l’ASHBAC invitent le troupe Caliente (Rép Dominicaine) et Let’s Dance à côté de DJ Explicit, Tabou Band 4x4 et Soul Rasta.

Samedi 9 mai 2015

Grande finale de l’ASHBAC, 7, Babiole

5h PM : Marché Ti Tony – Diri Mega : 

Add a comment

Omniprésent dans les activités de basket organisées Frag Antoine_Junior_Arbitre_de_Basket_bal-weblpar les responsables du CIBA et de l’ASHBAC ou de l’ASI et de SBL, Antoine Junior Fragé dit Piney, né à Port-au-Prince le 1e mai 1983 (32 ans), ex-joueur et dirigeant, et ancien assistant entraîneur, officie depuis tantôt cinq (5) ans comme arbitre. Acceptant volontiers de répondre aux questions de Ticket Sport, Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, en a profité pour retracer son parcours dans le monde du basket haïtien. Partons à la découverte de cet arbitre bourré de talents !

Sans crainte d’être démenti, le talentueux Piney, fait partie des tous meilleurs arbitres du basket haïtien. Très amical et toujours souriant, il s’est imposé dans le cœur des difficiles et exigents fans du basket en Haïti. Pas encore marié, Piney tarde encore à mettre au monde son premier né. A ce sujet, il a déclaré : « C’est un projet à long termes ».       

Le très sollicité Piney, a plusieurs cordes à son arc, en plus d’être arbitre, Piney, qui parle l’espagnol et l’anglais, est un technicien en électricité bâtiment. « J’ai un amour fou pour le basket. Sinon, je l’aurais déjà abandonné au regard de comportements des fans et parfois même de certains dirigeants. En Haïti, les arbitres ne sont pas bien traités. Pour être sincère avec vous, c’est en République Dominicaine que j’aie développé le grand amour pour l’arbitrage du basket. Là-bas, ils sont très respectés, et grâce à ce métier, ils peuvent gagner leur vie. En Haïti, c’est tout un monde de différence », a expliqué Piney.

Pour éradiquer ce problème, Fragé propose : « Il serait plus qu’important à ce que la Fédération Haïtienne de Basket épaule et encadre les arbitres. Moi, j’ai eu la chance de suivre plusiuers séminaires en Haïti. Du 10 juillet au 28 août 2004, j’ai été au Camp d’été organisé par Ecole de Basket Persévérence. Le 22 décembre 2004, j’ai pu décrocher un certificat au terme d’une séance de formation organisée par la FHB. Vous pouvez vérifier qu’à l’étranger aussi, j’ai obtenu pas mal de certificats. Par exemple, le 9 janvier 2012, j’ai suivi avec succès un séminaire au Colegio Coabasa (Rép Dominicaine) et le 13 janvier 2014, j’ai été à Cuba pour suivre une autre séance de formation de haut niveau. Autant dire, ce n’est pas un hasard, si on fait toujours appel à moi dans les grands tournois », a fait savoir Antoine Junior Fragé.

Comme tout autre arbitre, Piney a un modèle, le fameux arbitre dominicain, Robenson Aracena. Ce dernier est un icône chez nos voisins. « J’ai apprécie sa discipline, il rend beau la pratique du basket et tout le monde se sent à l’aise lorsqu’il est sur le paquet. Il est un icône dans son pays et pour toute la Caraïbe. En effet, grâce à son aide, j’ai été à Cuba. Présentement, il travaille pour que je passe très binetôt au Mexique l’examen de la FIBA. Malheureusement, en Haïti, il n’y a pas encore un comité exécutif aux commandes de la Fédé. Alors qu’en revanche, c’est la Fédé du pays, qui devrait en principe écire la FIBA. J’espère que tout sera entré dans l’ordre, et que le nouveau comité exécutif en question soit en mesure de voler aux secours des arbitres », a-t-il poursuivit.

Lancé dans le grand bain du basket par Darwin Rimpel, Miyagy et coach Shov, Fragé, alors assistant entraîneur au sein de l’ASBA en 2004, s’est montré très reconnaissant à l’égard de ses pairs. « C’est une occasion pour moi de montrer ma gratitude à l’égard de ces messieurs. Grâce à eux, j’ai brûlé toutes les étapes de cette discipline. J’ai été joueur avant d’être dirigeant et assistant entraîneur. Je n’ai pas pris d’assaut le basket. Je connais tous les détails sur cette discipline tant apprécié par mes compatriotes ».

Piney, qui a fait ses grands débuts comme arbitre en mars 2004, espère aller le plus loin possible dans ce métier. « J’ai 32 ans, peut-être, il me reste encore 10 ans. Au terme de ma carrière à 45 ans ou plus, il se peut que je devienne formateur d’arbitre. Pour qu’on ait de très bons arbitres, il faut qu’il y ait de compétitions de haut niveau. Ainsi, j’apprécie le projet de Patrick Washington lequel visant à implanter des sélections nationales dans le pays. Ce serait une très bonne chose pour le pays en général, mais pour nous, les arbitres en particulier », a-t-il conclu.   

Il est à signaler qu’ils ne sont pas nombreux, les arbitres haïtiens capable de diriger un match de basket sans faire trop de bévue. Antoine Junior Fragé dit Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, s’est mis en position de force pour redorer le blason du sport # 2 d’Haïti, le basket-ball, amputé jusque-là d’un comité exécutif à la tête de la fédé. 

Add a comment

Les équipes de Diri Mega et de Marché Ti Tony ont pris abasketrendez-vous pour le 9 mai 2015 au local de l’ASHBAC (7, Babiole) en vue de s’affronter dans le cadre de la grande finale de la 7e édition de la compétition baptisée par ses pairs : « le championnat de la ville ». Pour atteindre la dernière cape, les deux protagonistes ont en effet écarté respectivement en ½ finales le week-end écoulé les équipes de Digicel et de Produits Bongu.

Si la pluie avait contraint les responsables de l’ASHBAC de reporter le second match de la soirée du samedi 25 avril celui devant mettre aux prises : Marché Ti Tony aux Produits Bongu. Les milliers de fans, qui avaient pris d’assaut l’antre de l’ASHBAC, se sont bien amusés en assistant à un duel très attendu entre la Digicel et Diri Mega.

En effet, après avoir écarté, la SOGEBANK en ¼ de finale, le principal outsider du championnat de l’ASHBAC cette année, Diri Mega a fait une nouvelle victime. Conduite par le Dominicain, Santos Martinez « on fire », 26 points et très présent dans le jeu défensif de son équipe, Diri Mega a créé une petite surprise en écartant la Digicel, double lauréate de l’ASHBAC (2011 et 2012). D’ailleurs, ce match comptant pour les ½ finales, a été le remake de la grande finale perdue justement par l’équipe de Mega face aux rouges, qui étaient en état de grâce pendant les deux années post-séisme.

Ainsi, pour une deuxième fois, trois ans après avoir atteint la grande finale (2012), Diri Mega, qui s’est imposé sur le score de (98-96) face à Digicel, s’est offert une place en finale. L’objectif de l’équipe chère à Angélique Salomon est de remporter le trophée suprême. Pour y arriver, elle doit être en mesure de prendre la longueur de la solide et coriace équipe de Marché Ti Tony, double lauréate de l’ASHBAC.

Parlant justement de Marché Ti Tony, on y reste. Il y a de cela deux ans, la bande à Anthony Bennett ne cesse de dicter ses lois dans les différentes compétitions de basket organisées à tavers la zone métropolitaine. Auréolée de trois titres : ASHBAC 2014, SBL 2014 et championne du tournoi d’Adidas, décembre 2014, l’équipe de Marché Ti Tony, véritable machine à gagner, n’a laissé aucune chance aux hommes de Produits Bongu. Ce dernier, battu en finale à trois reprises par les protégés de coach Lily, s’est une nouvelle fois incliné. Malgré le changement d’entraîneur et certains ajustements opérés par les dirigeants, Bongu n’arrive pas à vaincre le signe indien. Au contraire, il s’est laissé écarter pour quatre unités (79-75).

En grande forme depuis le lancement des play-offs, Santos Martinez (Diri Mega) a été le joueur le plus en vue dans la dernière ligne droite de la compétition. Avec ses 26 points, il a été le grand bourreau de Digicel. Autre joueur ayant brillé pendant les ½ finales, Féguens Georges. Le meneur de Marché Ti Tony a planté 17 points dans la victoire des siens face aux Produits Bongu.   

Pour atteindre la grande finale, l’équipe de Diri Mega, qui avait terminé la saison régulière à la deuxième place, avait éliminé respectivement deux anciens vainqueurs de l’ASHBAC : SOGEBANK et Digicel. Pour sa part, le tenant du titre, Marché Ti Tony n’a eu trop de difficultés pour venir à bout de CNE avant de prendre la mesure des Produits Bongu.

Au-delà des deux ½ finales, les amants du ballon orange en ont profité pour d’abord : rincer leurs yeux, shows de danse avec Robo et Let’s Dance, ensuite pour danser au rythme de DJ Soundesign, Tabou Band 4x4 et Soul Rasta, et enfin pour s’emparer des cadeaux offerts par les sponsors de l’ASHBAC : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Global Home & Office Smart, SogeXpress et Apollo All Stars.   

Il est à signaler qu’au départ, elles étaient exactement une dizaine, les équipes qui avaient pris part au lancement et au coup d’envoi de la 7e édition du championnat de l’ASHBAC. Mais à l’arrivée, une seule s’adjugera le trophée suprême celui récompensant l’équipe championne de la compétition. Pour l’instant, deux équipes se sont invitées dans la grande fête du basket corporatif, qui aura lieu le 9 mai. Ce sont, le Marché Ti Tony, lauréat de l’ASHBAC en 2010 et 2014, et le finaliste de la compétition en 2012, Diri Mega. 

Résultats des ½ finales de l’ASHBAC

Samedi 25 avril 2015

Diri Mega – Digicel : 98 – 96, Santos Martinez 26 points

Dimanche 26 avril 2015

Marché Ti Tony – Produits Bongu : 79 – 75, Féguens 17 points

Grande finale

Samedi 9 mai 2015

Marché Ti Tony – Diri Mega : 

Add a comment

Trois sur les quatre anciens champions de l’ASHBAC,digicel sogebank la Digicel (2011 et 2012), les Produits Bongu (2013) et le Marché Ti Tony (2010 et 2014) se sont hissés en ½ finales le week-end écoulé. Exception faite pour la SOGEBANK (2009), écratée contre toute attente par le principal outsider de la compétition, Diri Mega.

La belle aventure de la SOGEBANK a été stoppée par l’équipe de Diri Mega. Avant ce duel, la doyenne de la compétition restait pourtant sur une série de quatre matches pour autant de victoires. Cependant, face à Mega, Elminice Isnold et les siens, ont échoué au pied du mur (99-82). Malgré tout, le meilleur scoreur de cette édition, en a profité pour ajouter 27 points à son grand total. En face, Santos Martinez, l’un des deux dominicains de Mega, a bien répondu en inscrivant 20 unités pour guider son équipe en ½ finale.

A la recherche depuis 2012 du trophée récompensant l’équipe championne de l’ASHBAC, Diri Mega (finaliste de la compétition en 2012) sera aux prises à Digicel. Les deux équipes partagent le même local (Turgeau). En effet, les rouges ont validé leur billet en mettant hors d’état de nuir son grand rival, la Natcom. Ce dernier reste pourtant sur deux victoires de suite face à Digicel. Très en jambe, les bleus, sur papier, avaient les faveurs des pronostics. Cependant, sur le terrain ça s’est très mal passé puisqu’ils ont mordu la poussière.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, les deux adversaires ne veulent visiblement pas faire de cadeau. Ainsi, le jeu défensif prime sur le jeu offensif. En effet, tout au long de la rencontre, les deux protagonistes restent au coude à coude. Il n’y a pas eu un joueur, qui s’est distingué vraiment, car on a opté des deux côtés pour le jeu collectif. Avec 11 points, Ronald Mérat (Digicel) termine meilleur scoreur de la rencontre. Contre toute attente et au bout du suspense, la Natcom a chuté pour un point d’écart (63-62). Le signe indien est vaincu, ainsi, la Digicel va essayer de s’adjuger son troisième titre dans la compétition.

Pour le reste, sans surprise, les champions en titre on fait une bouchée de CNE (89-69) avec 17 points de Féguens Georges. Les Produits Bongu ont fait une bouchée de la Police nationale (81-74). Avec 24 points, Didier Dutélier a été le grand bonhomme de la soirée de Bongu, en quête de rééditer l’exploit de 2013. Il sera opposé à sa bête noire, le Marché Ti Tony.          

Auréolé de son trophée de « meilleur scoreur » de la première partie de la 7e édition de l’ASHBAC, Elminice Isnold, n’a pas été en mesure d’éviter l’élimination de son équipe. Malgré tout, le # 14 de la SOGEBANK a été le joueur le plus en feu du dernier week-end de l’ASHBAC avec 27 points inscrits. Suivent, le pivot des Produits Bongu, Didier Dutélier (24) points, le Dominicain de Diri Mega, Santos Martinez, 20 unités, et avec respectivement 17 et 11 points, Féguens Georges, Marché Ti Tony et Ronald Mérat, Digicel.

Les ½ finales sont programmées pour ce samedi au local de l’ASHBAC, #7, Babiole. Le duel des champions mettra aux prises à 7h, l’équipe des Produits Bongu face à celle de Marché pour une sorte de remake des deux dernières finales perdues par Bongu dans les championnats organisés par l’ASHBAC et la SBL. En première partie, la Digicel en quête de rachat se mesurera à son homologue de Diri Mega. Finaliste en 2012, les protégés de Toulky Vincent n’ont qu’un objectif celui de s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de cette édition. Pour y arriver, l’équipe de Mega aura du pain sur la planche.

Signalons qu’ils étaient milliers, les fans du ballon orange, qui avaient pris d’assaut l’antre de l’ASHBAC pour assister aux matches comptant pour les ¼ de finales. Peu importe l’issue des matches, ils ont été gâtés par les sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, SogeXpress, Caribex (Apollo All Stars), Global Home & Office Smart. 

Résultats des ¼ de finales

Samedi 18 avril 2015

Diri Mega – SOGEBANK : 99-82 Santos Martinez, 20 points

Marché Ti Tony – CNE : 89-69 Féguens Georges, 17 points

Dimanche 19 avril 2015

Produits Bongu – PNH : 81-74 Didier Dutélier, 24 points

Digicel – Natcom : 63-62 Ronald Mérat, 11 points

Calendrier des ½ finales

samedi 25 avril 2015

5h : Digicel – Diri Mega :

7h : Produits Bongu – Marché Ti Tony : 

Add a comment

A chaque draft, les équipes de la NBA se bousculentTicket1295 Cover et s’entredéchirent à la recherche de la perle rare. Et si cette perle rare pour l’édition 2016 était un Haïtien ? En effet, Skal Labissière, né à Port-au-Prince le 18 mars 1996 (19 ans), partira en pôle position dans une liste de plus de 100 postulants. L’ancien élève du Collège Canado-Haïtien fait rêver déjà le monde du basket : les équipes de la NBA et certains pays, qui font le forcing pour l’attirer dans leurs filets. Coup de projecteur sur ce gamin en or, pur produit de l’ASI et du CIBA.

Qui est Skal Labissière ?

Il est l’un des nôtres, le premier garçon de la famille Labissière. 2-Skal-Labissiere441Ses parents vivent encore en Haïti. Il a fait ses débuts au Collège Canado-Haïtien, qui participait alors dans les championnats scolaires organisés respectivement par le CIBA et l’ASI. Il mesure 2 mètres 16 et joue au poste de power forward. A en croire, la presse spécialisée américaine (basket), Skal a le potentiel pour révolutionner ce poste. Autant dire, ce n’est pas pour rien qu’il sera le #1 du prochain draft de la NBA en 2016. Présentement, Skal étudie à Lausanne Collegiate school et son équipe actuelle porte le nom de Bluff City Legends, HS Senior.

Skal et l’après-séisme

Au nombre des survivants du séisme qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010, Skal Labissière. Ce dernier, qui avait largement contribué au passé glorieux de l’équipe de basket du Collège Canado-Haïtien dans les championnats scolaires à Port-au-Prince, a laissé le pays six (6) mois après la catastrophe, à destination des Etats-Unis d’Amérique.

Comment y a-t-il procédé ? En effet, sa taille impréssionnante (2m16), son jeu de jambe, sa polyvalence, son habileté et sa présence, ont vite tapé à l’œil des responsables de Power Forward International. Ainsi, Valméra Pierre dit Titanic a entrépris des demarches via son premier coach, Carl Johnny Guerrier, plus connu sous le nom de coach John, pour l’envoyer jouer et surtout s’entraîner dans un Collège aux USA, et cela, grâce au programme « Sports et Etudes » de son organisation, le Power Forward International.Skal Labissiere 

Pour répéter un proche de Skal, le basket-ball n’a pas été sa discipline sportive de prédilection, il avait plutôt démontré une certaine aptitude pour le tennis et pour le football, le sport du pays. Cependant, il y avait un coach, qui par-dessus tout, a vu juste en menant un long combat de quoi convaincre les parents de Skal de pousser leur às’adonner à la pratique active du basket « En réalité, ça n’a pas été trop difficile puisque Skal est issu dans une famille sportive. De concert avec ses parents, j’ai pu l’entraîner. Et lorsque, j’ai été contacté par Titanic, j’ai été persuadé qu’il allait accomplir quelques de grandiose aux USA », a témoigné Carl Johnny Guerrier. 

Skal et ses débuts au pays de la NBA

Nous sommes alors en juillet 2010, Skal (14 ans) a laissé la capitale haïtienne à destination de Memphis pour intégrer Evangelical Christian School. Il n’a pas mis trop de temps pour se faire remarquer. Ainsi, il s’est mis en évidence en faisant apprécier sa vision du jeu, ses qualités techniques, tactiques et sa polyvalence. Il y aura passé très peu de temps là-bas. En 2014, le très respecté journal USA Today a écrit au sujet de Skal : « Ce gamin en or a des potentiels énormes pour jouer dans la NBA avant 2017 ». 

Skal et la presse mondiale

Récemment, le prestigieux média en ligne : « yahoo sports » a présenté Skal comme le futur # 1 du draft 2016, article repris par plusieurs sites francophones faisant la promotion de la NBA dont  « Session basket », sport24 et autres. Tous ces médias ne font que répéter la presse américaine. ESPN.COM avait déjà présenté Skal comme le futur grand maître de la NBA, même cas de figure pour DX DraftExpress et draftNBA.com. Les utilisateurs de ces sites peuvent vérifier le top 5 de la draft 2016 : Skal Labissière (# 1), Jaylen Brown (#2), Ben Simmons (#3), Malik Newman (#4) et Henry Ellenson (#5). Le 11 avril en cours dans le « Nike Hoop Summit Final Recap », Skal a fait un match, salué par toute la presse américaine. En 27 minutes, il s’est distingué en inscrivant 21 points, réussissant 9 sur 15 tirs tentés, six (6) bolcs et six (6) rebonds.  

A propos de Skal, ils ont témoigné

« Skal a certainement joué au CIBA. Skal-Labissiere 455Je ne suis pas étonné de le voir briller au plus haut niveau, a expliqué Emmanuel Bonnefil, Coordonnateur du CIBA. Abondé dans le même sens, Jasson Valbrun  estime que : c’est une très bonne chose pour le pays d’avoir compté Skal dans ses rangs. Lesly Desjardins dit coach Shov dit : J’avais eu la chance d’entraîner son petit frère, mais Skal a été phénoménal depuis qu’il était en Haïti. L’arbitre Fragé Antoine Jr  n’est pas en reste : Je n’avais pas eu la chance de sifler dans un match que joue Skal. Que je sache, il était toujours brillant depuis son jeune âge. Même son de cloche pour le coach Gaby Désir : Il était le protégé de coach John. Contre mes équipes, Skal avait toujours bien joué et ce n’est pas une surprise pour moi s’il arrive à éclater aux USA. Il est un exemple à suivre. Pour Jean Bernard Georges dit JB : Skal n’a été ni le 10e ni le 15e talent envoyé par PFI aux USA. On est fier de lui. J’en suis persuadé qu’il y aura d’autres jeunes comme lui pouvant faire parler du pays à l’échelle internationale. Savez-vous que la République Dominicaine fait présentement beaucoup d’efforts pour convaincre Skal ? Je me garde de citer le nom des autres pays ».  

Joint au téléphone depuis les USA, Titanic s’est dit fier de Skal. « Le travail effectué par Power Forward International n’est pas en vain. C’est une preuve très claire, si on avait l’appui des secteurs vifs du pays en général et l’Etat en particulier, on ferait beaucoup de choses positives. A part Skal, je tiens à signaler que ces deux joueurs issus d’Haïti : Hérard Sneijder, ancien élève du Collège Nouvelle Lune, il se peut qu’il soit drafté dans un an, et Djerry Jean-Baptiste, qui évolue à Wilbraham & Monson Academy en Floride, sera lui aussi drafté dans deux ans ».  

N’en doutez pas, en Haïti, il y a d’autre Skal Labissière. Pour que Skal devienne ce qu’il est aujourd’hui, il a fallu l’organisation du championnat du CIBA et d’ASI, la clairvoyance de coach John et le travail assidu des dirigeants de Power Forward International.

Que font l’Etat et le secteur privé haïtien dans tout cela ? La réponse est connu de tous : RIEN. A ce sujet, vous, autorités étatiques, vous, membres du secteur commercial du pays : cessez de nous mentir. Il est temps à ce que vous sachiez qu’Haïti est un pays essentiellement culturel et sportif, et non agricole ou tout autre. Pour développer ce petit dont nous chérissons tous, il fallait qu’on s’y mette ensemble, car Haïti devrait être le maître mot, et non le moi.

Allez Skal Labissière, le pays attend beacoup de vous !

 

 

 

 

 

Légupeterson Alexandre Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Add a comment

Dans une note de presse en date du 13 avril 2015, abasketle Conseil électoral chargé de réaliser les élections à la tête de la Fédération Haïtienne de Basket-ball (FHB) tient à apporter une rectification suite aux difficultés rencontrées par les potentiels candidats à obtenir un certificat de « bonne vie et mœurs » auprès de la Direction générale de la Police judiciaire (DCPJ). Ainsi, le Conseil décide que cette pièce n’est pas exigible lors du dépôt de candidature d’un cartel.

En outre, le Conseil électoral rappelle que ce vendredi 17 avril 2015, midi, est la date limite pour le dépoôt des pièces des différents cartels et, des Ligues qui sont habilités à voter le jour des élections sont : Belladère, Cayes, Cap-Haïtien, Delmas, Gonaïves, Hinche, Jacmel, Léogâne, Miragoâne, Mirebalais, Ouanaminthe, Petit-Goâve, Port-au-Prince, Port-de-Paix, Saint-Marc et Trou-du-Nord.

Afin de faciliter le bon déroulement des élections, le conseil électoral informe le grand public que le jour des élections, prévues pour ce samedi 25 avril à 9h (AM) au local du COH, seul deux membres par Ligue, sept membres par cartel et les journalistes accrédités auront accès à la salle.

Jean Bernard Georges, Secrétaire général du conseil 

Add a comment

C’est en présence de la grande famille du basket Isnoldcorporatif haïtien que l’ASHBAC a pu réaliser le mercredi 15 avril 2015 à la salle « Ayisan » de Marriott Hôtel (Turgeau), la cérémonie de remise de plaques d’honneur et de prix aux meilleurs joueurs, meilleurs scoreurs et aux personnalités qui ont contribué grandement à la réussite de la première partie de la 7e édition de son championnat, baptisé : « ASHBAC, le championnat de la ville ».

Ont pris part à cette cérémonie déroulée dans une ambiance conviviale, d’abord : les représentants de certains sponsors : le PDG et le Sponsorship de la Digicel, Marteen Bute et Lionel Benjamin Junior, les responsables de Diri Mega, Angélique Salomon et Claude Weil, d’Apollo All Stars, Wallace Franck, de la SOGEBANK, Alexandrah Roumain et Johanne Nicolas. Puis, les arbitres devant officier dans les play-offs, Fragé Antoine Jr, Marie Marthe Jean et les deux dominicains, Fabio Reyes et Noel Monegro. Ensuite, certains grands mordus du basket haïtien : l’ex-président de la FHB et vice-président du COH, Dr Claude Démesmin, Frantz Lèrebours (porte-parole de la PNH). Enfin, les dirigeants de l’ASHBAC. Citons entre autre : le Coordonnateur général, Emmanuel Bonnefil, la Secrétaire générale, Inolla Cazeau, le Trésorier, Jacques Cazeau Fils et les membres, Frederick Défay, Hérold Joseph et Serge Albert.    

Au nombre des personnalités ayant réçu une plaque d’honneur, Patrick Dumonay (Produits Bongu), Ralph Jean Joseph (Diri Mega), Raphaël Féquière (Le Nouvelliste) et les deux entraîneurs : Jackson Pierre (PHN) et Evens « Lily » Gédéon (Marché Ti Tony). Pour sa part, le coordonnateur de l’ASHBAC, Emmanuel Bonnefil a réçu entre les mains des responsables de la SogeXpress une plaque d’honneur couronnant le travail positif qu’il a pu effectuer dans le monde du basket scolaire et corporatif haïtien.

Quatre des sponsors de l’ASHBAC ont été à l’honneur. Ce sont respectivement la Digicel, la SOGEBANK, Diri Mega et Marché Ti Tony. Les trois premiers cités se sont vus décerner successivement une plaque d’honneur. En revanche, Anthony Bennet, propriétaire de Marché Ti Tony, a été lui récompensé par un ballon de basket.

Avec une feuille de statistique impréssionnate : 284 points, 15 passes, 26 rébonds et 16 steals, le meneur de jeu de la SOGEBANK, Elminice Isnold s’est emparé du trophée récompensant le meilleur scoreur de la première partie de la 7e édition de l’ASHBAC. En revanche, c’est le pivot de la Police nationale, Robenson Estelhomme (172 points, 11 passes, 63 rebonds et 16 steals) qui a été désigné le meilleur joueur de l’ASHBAC. Ils ont chacun d’eux reçu des récompenses de la part des différents sponsors de l’ASHBAC.

Les ¼ de finales de l’ASHBAC se joueront les samedi 18 et dimanche 19 avril. Lors de la première journée, la doyenne de la compétition, la SOGEBANK, qui reste sur une série de quatre victoires de suite, affrontera l’équipe de Diri Mega, auteur d’un début de saison époustouflante avec ses deux dominicains, et le tenant du titre, Marché Ti Tony défiera l’imprévisible équipe du CNE. En dimanche, la formation des Produits Bongu, en quête de rachat en découdra à l’équipe de la Police nationale, et le choc très attendu verra s’affronter les deux compagnies de téléphonie mobile en Haïti : la Digicel face à la Natcom. Ce sera le troisième match entre les deux protagonistes. Avant ce duel qui promet de faire des étincelles, la Natcom mène par (2-0) et promet de réaliser la passe de trois : « Jamais deux sans trois » répètent les responsables des bleus, mais ceux des rouges promettent de vendre chèrement leur peau.

Signalons presqu’à l’unissons, les représentants des sponsors présents à Marriott Hôtel ce mercredi 15 avril lors de la cérémonie de remise de trophées et de primes aux meilleurs scoreurs et aux meilleurs joueurs de la première partie de la saison, ont fait éloge des activités de l’ASHBAC. Ils en ont profité pour manifester voire confirmer leur participation en tant que « sponsors et équipes » devant prendre part l’an prochain à la 8e édition de l’ASHBAC. 

Add a comment

Il s’apprête à jouer pour Kentucky après le départ de skal-labissiere7 Wildcats vers la Draft. A 18 ans, Skal Labissiere attire déjà le regard des scouts NBA.

Il a survécu à un tremblement de terre qui a tué 200 000 personnes. En 2010, Skal Labissiere a vu sa maison s’effondrer, mais pas ses rêves de rejoindre la Grande Ligue. Il a donc continué ses efforts pour rejoindre les Etats-Unis et leur basket. Le résultat ? Une place lui a été réservée chez les Kentucky Wildcats, qui viennent de perdre sept joueurs souhaitant rejoindre la NBA. A 18 ans, la prochaine étape de son rêve est sur le point de se réaliser.

« J’ai toujours voulu jouer pour Kentucky » lâche-t-il à Yahoo Sports. J’ai vu le record établi par John Calipari. Il te prépare physiquement et mentalement pour le prochain niveau, et c’est ce que je veux faire, jouer quotidiennement face à des joueurs qui sont très bons. »

 

Labissiere a quitté Haïti après le tremblement de terre pour se rendre à l’Evangelical Christian High School de Memphis grâce à une bourse. Selon Rivals.com, il est aujourd’hui le 4e meilleur prospect de sa classe.

Un scout NBA n’a pas tari d’éloges à son sujet, expliquant qu’il pourrait devenir un first pick l’année prochaine, le comparant à LaMarcus Aldridge. Il explique :

« De mon point de vue il sera numéro 1 parce qu’il a une très bonne coordination, il est très fluide, a de très bons skills. Ce n’est pas encore un grand shooteur, mais il va le devenir. Il a un très bon équilibre, fait de très bons déplacements et a toutes les capacités de contres pour devenir un très bon intérieur. C’est quelqu’un que personne (dans la NBA) n’a déjà vu. Tous les recruteurs en parlent… C’est la première fois que je le vois, et je suis très impressionné. »

Add a comment

Du 18 avril au 9 mai, huit (8) équipes en découdront emmanuelbonnefil cibadans les play-offs pour s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de la 7e édition du championnat de l’ASHBAC. En attendant, la cérémonie de remise de trophée au terme de la saison régulière, prévue pour le 15 avril, le Coordonnateur de l’ASHBAC a accepté volontiers de répondre aux interrogations de Ticket Sport. Il en a profité pour dresser le bilan du premier tour de la saison avant d’évoquer les play-offs et la nouvelle édition de son championnat. L’interview d’Emmanuel Bonnefil !   

Ticket Sport : Vous observez à présent une trêve. Alors, en attedant la reprise de la compétition, êtes-vous satisfait du déroulement de la saison régulière ?

Emmanuel Bonnefil : Je suis très satisfait, et cela pour plusieurs raisons. D’abord, les équipes terminées en 7e et en 8e position ont gagné à quatre à cinq victoires au même titre que celles, qui ont pris la 5e et la 6e place. Bien qu’étant éliminé, Apollo All Stars a battu respectivement la Digicel et la Natcom. C’est une preuve qu’on avait une compétition d’un très bon niveau. L’équipe de Diri Mega a étonné plus d’uns avec la présence de ses deux dominicains. J’en profite pour annoncer que le championnat est ouvert à deux étrangers par équipe. La Natcom avait tenté en vain de faire venir deux soldats Vietnamiens pour renforcer son effectif. Le comité de l’ASHBAC va insérer cet article dans le protocole. Il est évident que ça va permettre aux joueurs locaux de mieux armer pour pratiquer cette discipline. A chaque match, le public des grands jours est toujours là. La presse et la police sont impayables. J’estime satisfaisant le déroulement du premier tour.

TS : La traditionnelle conférence de presse avant les play-offs aura lieu quand ?

EB : C’est une sorte de cérémonie de remise trophées et de plaque d’honneur dans laquelle on va récompenser le meilleur joueur et le meilleur marqueur de la saison régulière. On va aussi en profiter pour distribuer des cadeaux offerts par nos sponsors (Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Apollo All Stars, Delco Kubota, Global Home & Office Smart, SogeXpress) aux gens présents dans la salle. Autre chose, il y a des gens qui contribuent pour le développement de cette discipline, eux aussi, ne seront pas passés inaperçus. Elle aura lieu le 15 avril à Marriott Hôtel. Pour avoir accès à cette conférence, il vous faut une carte invitation.   

TS : Quelles sont les équipes qui prendront part aux play-offs ?

EB : Les équipes de la Brasserie La Couronne et d’Apollo All Stars sont éliminées. En revanche, les huit autres disputeront les play-offs. Ainsi, on aura les ¼ de finales suivantes : le 18 avril à 4h30 : les équipes de Diri Mega et de la SOGEBANK en découdront pour une place en ½ finales, idem pour les équipes de Marché Ti Tony et du CNE, qui s’affronteront le même jour à 6h30. Le 19 avril aura lieu les deux autres matches pour compléter les quarts : à 4h30, l’équipe des Produits Bongu fera face à celle de la Police nationale d’Haïti et à 6h30, le choc des titans : la Natcom et la Digicel croiseront le fer en vue de ravir une place en démie. Le samedi 25 avril se joueront les ½ finales. La grande finale est programmée pour le 9 mai prochain.

TS : Dans les play-offs, les équipes joueront combien de matches pour accéder en finale ?

EB : Pour chaque phase, les équipes joueront un seul match. Le vainqueur du match Diri Mega – SOGEBANK rencontrera en ½ finale le gagnant du choc mettant aux prises la Digicel face à la Natcom. L’autre ½ finale verra s’affronter les vainqueurs des deux autres rencontres. On fera pareil pour les ½ finales et la grande finale se jouera aussi en seul match.     

TS : Quels sont les arbitres qui dirigeront ces matches ?

EB : Les deux arbitres dominicains sont déjà dans nos murs. Ils seront accompagnés par des collègues haïtiens. Depuis trois ans, les équipes n’ont rien à nous reprocher en termes d’arbitrage. Il est important à ce que les gens sachent que ces arbitres nous ne sont pas venus pour rien, ils sont coûteux financièrement.    

TS : Que fait le MJSAC dans tout cela ?

EB : Pour le moment, je n’ai vraiment rien à reprocher au ministre Jimmy Albert vu qu’il est nouveau. Malgré tout, il nous a apportés son aide en assistant à certains matches de l’ASHBAC. Je trouve qu’il est actif et dynamic. Cependant, il y a de cela plus de trois ans, le MJSAC n’a jamais rien accordé en termes financiers à l’ASHBAC ou à CIBA. J’attends qu’il corrige cet impair, car nos activités sont reservées majoritairement à la jeunesse du pays.

TS : Le local de l’ASHBAC a désormais un second VIP ?

EB : Vu l’affluence des gens, et cela après chaque match, il était évident qu’on aura besoin un deuxième voire un troisième VIP. Vous comprenez vite que notre espace est tout simplement trop petit pour accueillir les mordus du basket. Ainsi, grâce à l’aide de Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Apollo (Caribex) et bien sûr les responsables de l’ASHBAC, on a construit ce 2e VIP pouvant contenir une centaine de personnes. On est à la recherche d’un nouveau espace (4000 places). Toutefois, l’espace en question doit-être situé dans une zone où les gens peuvent fréquenter en toute quiétude d’esprit.

TS : La prochaine édition de l’ASHBAC, c’est pour quand ?

EB : Ce sera la 8e édition. Les inscriptions débuteront en octobre. Exceptionnellement, cette édition se jouera à 12 équipes. Pour l’instant, seulement trois (3) places sont à prendre, car neuf (9) équipes des dix (10) formations disputant la précédente saison, ont fait déjà leur réservation. Pour nous contacter, les intéressés peuvent nous appeler pour retirer leurs formulaires d’inscriptions aux : 3119 40 35, 3119 4036, 3119 4037 et 3604 0662. Présentement, la porte est grande ouverte. 

Ticket Sport : S’il fallait placer un dernier mot pour clore cette interview, ce serait quoi au juste ?

Emmanuel Bonnefil : Mes remerciements vont aux sponsors de l’ASHBAC, Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, SogeXpress, Delco Kubota, Apollo All Stars, Global Home & Office Smart, aux autorités de la police nationale, la presse en générale, aux différents de DG des radios et télés de la capitale, au petit personnel, aux arbitres, les statisticiens, les marqueurs, les agents de sécurité, les membres d’accueil et j’en passe…Que le meilleur gagne, et je souhaite que les acteurs fassent preuve de fair –play. 

Add a comment

Engagés chez les hommes et chez les dames dans les différentes compétitions organisées par la Ligue de Volley-ball de la Région Ouest (LVBRO), les étudiants de l’Institut des Hautes Etudes Commerciales et Economiques (IHECE)Malfini Rouge ont été impitoyables en football et en basket-ball dans le cadre du championnat réalisé par les autorités de la Fédération haïtienne du sport universitaire, la FEHSU.

En attendant la rentrée en lice de l’équipe championne du dernier championnat de football, l’UP (université de Port-au-Prince), les vice-champions, à savoir les Malfinis rouges de l’IHECE ont malmené les étudiants de l’Uproh (4-1) pour s’emparer du leadership de la compétition.

Satisfait de la performance de ses poulains, l’entraîneur de l’IHECE promet de travailler dur pour reprendre le trophée récompensant l’équipe championne. « Pour un début, c’est un excellent résultat. Cependant, le plus dur reste à venir, car notre objectif est clair : remporter le trophée de champion », Medina Salomon, dixit.

En basket-ball, les étudiants du CMP n’ont pas pu stopper ceux de l’IHECE. Au final, ils se sont inclinés pour onze (11) points d’écart (101-91). Avant la trève pascale, deux matches sont au prgramme : les étudiants de l’Unitech en découdront avec ceux de l’Université Quisqueya, le choc de la deuxième journée verra s’affronter les Malfinis rouges, champions en titre face aux Taureaux de l’UP, vice-champions. 

Add a comment

La saison des Sixers a beau être d’un ennui mortel, nerlens-noelils ont de bonnes raisons d’espérer des jours meilleurs grâce à la présence de Nerlens Noel.

« Quand je suis entré dans le vestiaire, j’ai vu Nerlens avec la tête baissée et deux serviettes sur lui. Nous sommes au mois de mars et on a remporté que 18 matches. C’est quelque chose qui lui fait mal et c’est ce que j’aime chez lui ». Ne croyez pas que Brett Brown ait développé des tendances sadiques. L’ancien adjoint de Gregg Popovich chez les Spurs préférerait sans doute voir Nerlens Noelet ses coéquipiers célébrer des succès plus fréquemment. Mais le comportement qu’il a apprécié chez son rookie, resté sans voix et très marqué devant son casier après la défaite à Cleveland la nuit dernière, en dit long.

Noel est aujourd’hui la figure de proue d’une franchise dont personne ne comprend réellement le bien-fondé de la stratégie à court ou moyen terme. S’il sait qu’il a du temps devant lui (il n’a que 21 ans), chaque défaite est pour lui un affront inadmissible, surtout lorsqu’il a la possibilité de donner l’avantage aux siens dans les derniers instants d’un match. Malheureusement pour l’ancien protégé de John Calipari à Kentucky, le ballon a été capricieux et est ressorti du cercle, empêchant Philly de contrarier les Cavs sur leur parquet.

Aucun rookie n’avait inscrit au moins 30 pts et 11 rbds depuis Blake Griffin.

Il faut dire que l’Haïtien d’origine sortait d’un match à 30 points et 14 rebonds contre les Clippers quelques jours plus tôt, une performance censée lui faire passer un nouveau cap en termes de confiance. Aucun rookie n’avait en effet bouclé un match à au moins 30 points et 11 rebonds depuis un certain Blake Griffin en 2011. C’est justement sur le All-Star des Clippers que Noel a pour le moment calqué son parcours en NBA, acceptant de connaitre une saison blanche pour mieux exploser ensuite. Sauf que le manque d’intérêt du public pour les matches de Philadelphie a rendu ses prestations invisibles ou presque aux

Pourtant, au-delà de statistiques (9.9 points, 8.1 rebonds et 1.9 contre) qui paraîtront forcément moins flatteuses que celles de « Quake » à l’époque aux drogués du chiffre, Nerlens Noel mérite d’être dans la discussion pour le titre de rookie de l’année. S’il ne l’emportera pas vu le peu d’exposition dont il a bénéficié en comparaison d’Andrew Wiggins, l’important est que malgré les lacunes techniques qu’il affiche souvent en Pennsylvanie, notamment en attaque, l’intéressé a tout pour être l’une des attractions de la NBA à l’avenir. Défensivement, le garçon a toutes les armes pour devenir un protecteur de cercle et un garde du corps agressif et malin dans la raquette. Au mois de mars, on l’a clairement vu franchir un palier sur le plan mental et sur sa capacité à répéter les efforts et les performances haut de gamme.

« Il n’est pas évident de répéter ce type de performances et de sortir de telles stats. Il change complètement le jeu. Il a une grosse présence défensive quand il s’agit d’être là pour contrer les shoots. Il continue de progresser à ce stade de la saison et de franchir les étapes. Nous sommes tous très heureux qu’il aille dans cette direction », a salué Brett Brown récemment.

Reste à savoir si « la bonne direction » empruntée par Nerlens Noel incitera les Sixers à choisir eux aussi une voie ambitieuse. Dès l’an prochain, se posera la question de la cohabitation entre Noel et Joel Embiid, le pivot camerounais drafté en 3e position l’été dernier et qui a été contraint d’adopter le même schéma que le #4 de Philly. La franchise sera-t-elle en mesure de conserver les deux hommes, surtout si elle a l’opportunité de sélectionner l’un des deux big men les plus prisés de la prochaine cuvée…

 

 

Add a comment

Pour sa première participation dans le championnat apollocorporatif de basket organisé par l’ASHBAC, l’équipe de Caribex plus connue sous le nom d’Apollo All Stars n’a pas été ridicule bien qu’elle n’ait pu franchir le second tour. Tatiana Policard et Wallace Franck Fils, deux des principaux responsables ont évoqué dans les colonnes de l’ashaps.com les prestations de leur équipe avant de faire allusion à la prochaine édition de l’ASHBAC.   

Au départ, elles étaient dix (10), les équipes qui participent au premier tour de la septième édition de l’ASHBAC, mais à l’arrivée, huit (8) se sont hissées en play-offs, et deux (2) autres ont pris la porte de la sortie. Parmi les équipes éliminées, Apollo All Stars (9e) au classement avec les statistiques suivants : 11 points, 2 victoires, 7 défaites, 734 points inscrits et 782 points encaissés, le tout en neuf (9) rencontres.

S’exprimant à propos de la performance de son équipe, la Directrice marketing de Caribex s’est dit satisfaite. « On était le dernier inscrit dans la compétition. Visiblement, on n’avait pas eu le temps de se préparer. Cependant, on voulait à tout prix faire cette expérience, et cela, malgré qu’on ait un effectif relativement jeune, et qui n’a pas l’habitude de jouer ensemble. Toutefois, je suis contente de cette expérience, car le championnat de l’ASHBAC est une activité positive. Selon moi, elle peut aider à tisser un sentiment d’appartenance au niveau des compagnies qui y participent. Pour une première, ce n’est pas si mal, naturellement, on pensait aller plus loin dans la compétition », a expliqué Tatiana Policard.

Abondant dans le même sens, le Responsable de sports de Caribex promet une équipe plus solide et plus compétitive la prochaine fois. « On aura une équipe très en jambe, solide, et capable de rivaliser avec les plus grands », Wallace Franck Fils, dixit.

Après avoir épinglé à la surprise quasi génerale à son tableau de chasse l’équipe de Digicel pour signer sa première victoire dans la compétition, Apollo All Stars n’a pas tremblé face à la Natcom samedi dernier. L’autre compagnie de téléphonie mobile a été elle aussi corrigée par Apollo. La Natcom s’est inclinée sur le score de (72-102). Avec 26 points, Wolve Velouyi Garnier a été le bourreau des bleus comme ça été le cas face aux rouges de Digicel.

Au terme de cette rencontre, Tatiana Policard n’a pas caché ses joies : « On est donc très fière d’être la seule équipe de la compétition, qui, en dépit de tout, a fait chuter les deux compagnies de téléphonies mobiles du pays à savoir la Digicel et la Natcom. Que je sache, ces deux-là font partie des équipes favorites de l’ASHBAC. Autrement dit, si on arrive à avoir une certaine symbiose, le jeu d’ensemble : on fera des miracles la prochaine fois. Pour être clair avec vous, comme toute équipe, on va désormais cibler le titre de champion », s’est enthousiasmée la Directrice marketing de Caribex.

Bien qu’étant éliminé dans la compétition, Caribex promet de respecter son accord avec les dirigeants de l’ASHBAC. « On est présent sur le terrain depuis plus de 50 ans. Ainsi, on est ouvert à l’idée de participer à l’émancipation du sport en général. Vu qu’au sein de la Caribex, nous avons beaucoup de mordus de basket, à cœur joie, nous avons pris part aux activités de l’ASHBAC. En fait, les contrats sont faits pour être respectés, la Caribex va donc continuer de donner un support considérable à l’ASHBAC », a clairement déclaré Tatiana Policard.

Mis à part l’équipe de Caribex, celle de la Brasserie La Couronne (10e) et dernière au classement, a été elle aussi sortie au premier tour.

 

 

  

 

Add a comment

Les deux rencontres phares du dernier week-end de l’ASHBAC Bongu Version_2015ont été remportées respectivement par les équipes de Marché Ti Tony et de Produits Bongu par la Digicel et le Diri Mega. Entre-temps, les équipes de SOGEBANK et de la Police nationale ont confirmé leur présence dans les play-offs.

Il restait huit (8) minutes et 22 secondes lors que la pluie a fait son apparition sur le terrain de l’ASHBAC. Pour l’occasion, les équipes de la Police nationale et d’Apollo All Stars s’affrontaient dans un match à grand enjeu, car le perdant serait éliminé dans la course aux play-offs. Cette rencontre a été tout simplement discontinuée alors que le score était de : 80-66 en faveur des policiers. Dans le respect du protocole de la compétition, les minutes restantes ont été jouées mardi dernier. Au final, la PNH s’est imposée pour 13 points d’écart : 101-88 grâce à un Shelove Supré « on fire ». Ce dernier en a profité pour réaliser le meilleur score de la saison en inscrivant 45 points.

Privée de ses dominicains, l’équipe de Diri Mega s’est fait battre par son grand rival, les Produits Bongu (87-70). Avec 31 points, Roodjérry Charles a été le bourreau de la formation de Mega, qui restait pourtant sur plusieurs matches sans défaite. Sans ses atours venant de la République voisine, on voyait très mal Diri Mega, qui n’avait qu’un objectif celui de remporter le trophée récompensant l’équipe championne de cette édition.

Pour le reste, l’équipe championne en titre, Marché Ti Tony (lauréat en 2010 et 2014) a remporté le duel des champions en battant la Digicel (lauréate en 2011 et 2012) sur le score de (85-71) grâce à 14 points de Jean Gérald Noncent. Il faut aussi signaler la troisième victoire de suite de l’équipe de la SOGEBANK, tombeuse de la Brasserie La Couronne (73-57). Une nouvelle fois, Elminice Isnold a fait parler son talent en marquant 30 points dans la victoire des siens.

Avec 45 points, Shelove Supré (Police nationale d’Haïti) a été le joueur le plus en vue du dernier week-end de l’ASHBAC. Suivent respectivement Roodjérry Charles (Produits Bongu) avec 31 points, le meneur de la SOGEBANK, Elminice Isnold 30 points, et le pivot de Marché Ti Tony, Jean Gérald Noncent, 14 unités.

S’exprimant à propos de la saison régulière de l’ASHBAC, Emmanuel Bonnefil a fait ces précisions : « Il ne reste que trois matches pour compléter la phase régulière. Les deux derniers au classement sont éliminés et les huit premiers disputeront les play-offs. Avant cette phase, on fera une cérémonie de remise de trophée et de médailles aux meilleurs joueurs et meilleurs marqueurs de la première série. Nos sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Apollo All Stars, Delco Kubota, SogeXpress, Global Home and Office Smart vont en profiter pour faire des heureux. Pour ce qui est de la grande finale, il se peut qu’elle se jouera en plusieurs matches ».

Trois matches sont au programme de la dernière journée du championnat de l’ASHBAC. Pour l’occasion, l’équipe d’Apollo All Stars, qui ne disputera pas les play-offs, en découdra avec son homologue de la Natcom, et les équipes du CNE et de la Police nationale d’Haïti s’affronteront samedi sur le terrain situé à Babiole #7. Alors qu’en dimanche, la formation de la Brasserie La Couronne défiera l’équipe de Diri Mega.   

Résultats de l’avant dernière journée de l’ASHBAC

Samedi 14 mars 2015

Digicel – Marché Ti Tony : 71-85 Jean Gérald Noncent, 14 points

Produits Bongu – Diri Mega : 87-70 Roodjérry Charles, 31 points

Dimanche 15 mars 2015

SOGEBANK – Brasserie La Couronne : 73-57 Elminice Isnold, 30 points

Police nationale d’Haïti – Apollo All Stars : 101 – 88, Supré Shelove 45 points

Add a comment

Né le 12 janvier 1987 à Port-au-Prince, Elminice Isnold (28) ans, Isnol Elminisest un digne héritier de Kendy Jean-François et de Pascal Jeune, deux redoutables et formidables (anciens) basketteurs de l’équipe de Giants (rue Romain). A n’en pas douter, il est le basketteur le plus talentueux et le plus spectaculaire de sa génération. En grande forme dans la dernière droite du championnat de l’ASHBAC, il affiche des statistiques stratosphériques pour hisser la SOGEBANK au rang des équipes déjà qualifiées pour disputer les play-offs.   

En effet, le meneur de la SOGEBANK, Elminice Isnold évolue tout simplement dans une autre planète. En panne de victoire dans le championnat organisé par l’ASHBAC, l’équipe lauréate de la première édition a retrouvé une rigueur de tous les instants grâce à cet homme (Isnold) pour alligner trois victoires de suite. La dernière en date est celle enrégistrée face à la Brasserie La Couronne (73-57). Pour l’occasion, il a planté 30 points à l’adversaire du jour, 2 rebonds et 3 passes. Avant ce match, et contre les Produits Bongu, Isnold a été « On fire » avec 32 points réussis.

Cependant, la meilleure prestation du meneur de la SOGEBANK remonte à la sixième journée de l’ASHBAC. Ce soir-là, il faisait le show, et cela, tout en faisant parallèlement des misères à la défense adverse. Quarante-deux (42) ont été le nombre de paniers convertis par l’indéboulonable Elminice Isnold. Son plus petit nombre de points (26) dans la compétition, il l’a fait lors de la première journée.

A une journée de la fin de la saison régulière,Elminice Isnold est assuré de terminer (top scorer » de l’ASHBAC avec 284 points. En neuf (9) journées, il a pu franchir la barre des 30 points et plus, en cinq reprises (32, 35, 32, 32 et 30) et la barre des 20 points et plus, en trois fois (26, 28 et 27) avant ses 42 points inscrits lors de la sixième journée.       

En plus de ses 284 points, Elminice Isnold a compilé aussi 24 rebonds et 15 passes décisives. Ce n’est pour rien, certains gens pensent qu’avec la grande forme affichée par Isnold, l’équipe de la SOGEBANK sera difficile à battre dans les play-offs. 

Add a comment

Auteur d’un début de saison catastrophique Sogebank 2015(une victoire en six matches), l’équipe championne de la première édition de l’ASHBAC, la SOGEBABK (7e) a retrouvé toutes ses sensations dans la dernière ligne droite du championnat en épinglant à son tableau de chasse deux des éternels favoris de la compétition, la Digicel (4e) et les Produits Bongu (2e).

Alors que l’on pensait déjà à l’élimination prématurée de la doyenne de l’ASHBAC, la SOGEBANK, à la surprise quasi générale, renaît de ses cendres et prouve qu’il faut à nouveau compter sur elle. Ainsi, pour la première fois de la saison, les « bleu et blanc » alignent deux victoires de suite. Ils ont fait chuter respectivement la Digicel et les Produits Bongu. « Il faut surveiller cette équipe qui monte en puissance », a fait remarquer un dirigeant de l’ASHBAC qui assistait à la victoire de la SOGEBANK.

D’autres gens avisés du basket corporatif ont abondé dans le même sens : « S’il y a une équipe très en forme dans la compétition, la SOGEBANK c’en est une. Battre les deux potentiels vainqueurs du championnat ce n’est pas rien », a expliqué cet entraîneur, qui dit prendre très au sérieux la monté en puissance des « bleu et blanc ».

Pour boucler la saison régulière, la SOGEBANK (7e avec 10 points) : trois victoires et cinq défaites, reste à jouer une seule rencontre. S’il conserve cette place aura à affronter les Produits Bongu dans les play-offs. 

Signalons qu’il y aura trois matches ce week-end au local de l’ASHBAC. Pour l’occasion, Diri Mega affrontera Appolo All Stars et la Police nationale tentera de valider son billet pour les play-offs en jouant le CNE en samedi. L’équipe favorite #1 de la compétition, Diri Mega défiera la Brasserie La Couronne en dimanche. 

Add a comment

Depuis le 20 novembre 2014, il n’y a plus de membres abasketà la tête de la Fédération haïtienne de basket-ball (FHB). Quatre (4) mois plus tard, on s’active vers de nouvelles élections en vue d’élire le 25 avril 2015 un nouveau comité exécutif, qui prendra les rênes de cette instance sportive pour un mandat de 4 ans.

Dans une note de presse en date du 4 mars portant les signatures respectives de John Chéry, Président, Carline Choute, Vice-présidente et Jean Bernard Georges, Secrétaire général, le conseil électoral chargé de réaliser les joutes devant conduire à l’élection d’un nouveau comité exécutif au sein de la FHB, invite les cartels à se soumettre aux termes et conditions des statuts, que sont les suivantes : lettre de soumission de candidature du cartel (7) membres, comprenant : un président, un vice-président, un secrétaire général, un trésorier et trois membres ou conseillers. Le dépôt de pièces se fera au secrétariat du Comité Olympique Haïtien ( 48, rue Clerveaux, Pétion-Ville) du 16 mars au 17 avril.   

Pour être accepté par le CEP, chacun des postes devra présenter le nom du titulaire, qui respectera les normes suivantes : 1) être âgé de 20 ans mininum, 2) n’avoir jamais été en conflit avec la justice haïtienne ou étrangère, 3) n’avoir jamais commis d’acte répréhensible ou condamnable pour le monde sportif. D’autre part, les postulants doivent soumettre leurs pièces d’identification (carte CIN, NIF ou Passeport valide) et un certificat de bonne vie et mœurs.

Avant ces joutes, les critiques pleuvaient un peu partout sur l’administration du Dr Claude Démesmin. Ce dernier a eu peut-être le mérite de diriger tant bien que mal la FHB, réduite à lui seul suite au départ respectivement Fouad Guillaume, vice-président, Paul Audmar François, secrétaire général, Févril Célestin, trésorier et Gladys Jacotin. Cependant, le Doc du basket avait eu quelques fois, le soutien d’Emmanuel Bonnefil et de Ralph D. Dorléans. En un mot, le cartel qui avait pour slogan lors des joutes de 2010: « Wi nou kapab », avait failli à sa mission, et est passé largement à côté de l’objectif fixé.

Les rumeurs les plus folles faisant croire qu’ « une question d’argent » était à l’origine de la division, qui gangrenait la FHB. Sans apporter un démenti formel à ces rumeurs, le président sortant, véritable cible des journalistes, n’a mâché ses mots pour tirer à boulets rouges sur Fouad Guillaume, accusé à tort ou à raison. De retour au bercail (après plus de 3 ans aux USA), le vice-président sortant (Fouad Guillaume) avait tenté d’installer un comité provisoire aux commandes de la FHB suite à l’expiration du mandat de Démesmin.    

Si Emmanuel Bonnefil, véritable pionnier du basket scolaire et corporatif du pays, et membre très influent du basket haïtien, est clair qu’il ne veut pas être président de la FHB. A contrario, Jasson Valbrun, autre grand monsieur du basket haïten, veut prendre à tout prix les rênes de cette fédération. Claude Démesmin (vice-président du COH) n’est pas en reste. Selon nos informations, le président sortant est en négociation avancée avec ses bases pour briguer un nouveau mandat. Des surprises, il va en avoir pour les joutes du 25 avril 2015.

Il est important à signaler que seize (16) ligues régionales : Belladère, Cayes, Cap-Haïtien, Delmas, Gonaïves, Hinche, Jacmel, Léogâne, Miragoâne, Mirebalais, Ouanaminthe, Petit-Goâve, Port-au-Prince, Port-de-Paix, Saint-Marc et Trou-du-Nord, sont habilitées à élire un nouveau comité exécutif à la tête de la FHB pour une période de quatre (4) ans. Pour éradiquer la crise qui sécoue le basket haïtien, ces ligues sont invitées à bien orienter leur vote, et cela, pour le bien être et la visibilité du basket haïtien. 

Add a comment

Huit (8) rencontres étaient au programme le week-end basket ball_scolaireécoulé pour le compte de la 10e édition du « tournoi de l’Unité » organisé par le Ciba. La plus forte impression est à mettre à l’actif des élèves du Nouveau Collège Bird. A Contrario, les filles du Collège Catherine Flon ont vécu un week-end cauchemardesque. Coup de projecteur sur les principaux matches joués par les élèves de la zone métropolitaine.

Une nouvelle fois, les fans du basket scolaire étaient au rendez-vous dans les locaux de l’Institution Sainte Rose de Lima (Mère Lalue), au Collège des Normaliens Réunis et sur le terrain du Ciba pour supporter leurs équipes respectives. Chez les hommes, les élèves de l’Institution Saint-Louis de Gonzague ont baissé pavillon face à ceux de Victor Barolette (23-27) dans la catégorie cadette garçon. Parallèlement, les saint-louisiens se sont bien repris dans la catégorie junior en battant (52-46) les élèves du Collège Isaac Newton dans un match âprement disputé.

De son côté, le Collège Nouvelle Lune a dû puiser dans sa ressource pour prendre la mesure de l’équipe du Collège Les Normaliens Réunis. Au terme du temps réglementaire, les locaux se sont inclinés sur le score de (42-36). L’unique fausse note de la journée a été le match gagné par forfait dans la catégorie open par les élèves du Collège Edmont Laforêt aux dépens de ceux du Collège La Providence. Ces derniers n’ont pas fait le déplacement. Ainsi, ils ont perdu le match sur le score de (20-0).

Chez les dames, les élèves de l’Institution Sainte Rose ont dû batailler très ferme pour gagner contre la solide équipe de l’Institution Notre Dame de Lourdes. Cette dernière s’est inclinée pour deux points d’écart (12-10) dans la catégorie minime. Dans la catégorie cadette, le Lycée Marie Jeanne a fait une victoire très significative face à l’Institution Marie Louise Trichet. Pour l’occasion, les lycéennes l’ont emporté sur le score de (17-13).

Réputé pour être une équipe très solide dans la catégorie open garçon du Ciba, le Collège Catherine Flon a été ridicule le week-end écoulé dans les catégories junior et cadette fille. Opposées aux filles du Collège Victor Barolette, les carrefouroises ont mordu la poussière sans même transformer un papier. Tout compte fait, Catherine Flon perd le match (6-0). Cependant, la plus belle performance est à mettre au crédit des élèves du Nouveau Collège Bird. Elle sont imposées sur le score net et sans bavure de (36-0). Sa victime porte le nom de Catherine Flon dans la catégorie junior.

A en croire les responsables du Ciba, plusieurs bons matches sont au programme pour le week-end à venir. « Grâce à nos sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega et SogeXpress, nous prenons la disposition d’enchanter le cœur des fans avant les examens du troisième contrôle », Emmanuel Bonnefil, dixit.     

Add a comment

Le choc des titans du championnat de l’ASHBAC digicel sogebankdisputé le week-end écoulé a tourné à l’avantage de la Natcom,victorieuse, au bout du suspense, de son grand rival, la Digicel (78-75) au terme d’un match fou et interdit aux cardiaques. Entre-temps, l’équipe de Marché Ti Tony a fait son boulot contre Apollo All Stars, et la SOGEBANK a validé son billet pour les play-offs, idem pour le CNE.

L’équipe de la Brasserie La Couronne, battue (84-90) par son homologue du CNE, est quasiment éliminée dans la course donnant accès aux play-offs. Même cas de figure pour l’équipe d’Apollo All Stars surclassée (78-62) par le tenant du titre, Marché Ti Tony. Très en jambe face à La Couronne, Hans Thomas a inscrit 33 points pour le CNE. Au contraire des équipes déjà éliminées, le CNE s’invite aux play-offs. Pour sa part, Samy Jeudy, auteur de 17 points, a été le véritable bourreau d’Apollo.  

En grande difficulté, il y a de cela plusieurs semaines, l’équipe de la SOGEBANK a finalement trouvé sa vitesse de croisière. En effet, après avoir épinglé à son tableau de chasse la Digicel, la doyenne de l’ASHBAC a fait match extraordinaire pour venir à bout de la coriace formation des Produits Bongu (78-76). Pour l’occasion, Elminis Isnold a été « on fire » en marquant 32 points dans la victoire des siens. Il s’agit de la troisième victoire de la SOGEBANK dans la compétition. Désormais qualifiée pour les play-offs, la lauréate de la première édition de l’ASHBAC en 2009 présente un bilan de : (3 victoires et 5 défaites).

Ils étaient plusieurs milliers (1200 pour être exact), les malades du basket corporatif, les curieux de l’ASHBAC et, les fans de la Digicel et de la Natcom, qui avaient invisti le terrain situé à Babiole #7, pour être les temoins occulaires du choc au sommet mettant aux prises les deux équipes de basket des deux compagnies de téléphonie mobile en Haïti.          

Avant ce match, les pronostics pleuvaient de partout. Pour les fans de Digicel : « La première defaite de leur équipe était tout simplement un accident de parcours. Cependant, pour ceux de la Natcom : « On va prouver que c’est nous, les meilleurs ». Entre-temps, les sponsors de l’ASHBAC : Digicel, SOGEBANK, Apollo All Stars, Marché Ti Tony, Diri Mega, Delco Kubota, SogeXpress, Global Home and Office Smart, en ont profité pour faire la promotion de leurs produits en distribuant des cadeaux aux fans.

Dès l’entame de la rencontre, les deux équipes ont affiché leurs ambitions. De part et d’autre, on ne fait pas de cadeaux. Tout compte fait, les deux protagonistes restent au coude à coude au terme des trois premiers quart-temps. Difficile de prévoir qui allait remporter cette rencontre interdite aux cardiaques. En état de grâce, Guensly Bellegarde (20 points) n’a cessé de faire des misères à la défense de Digicel. Cependant, les champions des éditions 2010 et 2011 se sont transcendés pour envoyer le match aux prolongations. Incroyable mais vrai, les rouges ont loupé dans les derières secondes deux lancers francs. En face, les bleus, bien plantés sur leurs jambes se sont imposés pour trois points d’écart : (78-75). Suite à cette convaincante victoire, la Natcom a confirmé qu’elle est une équipe à surveiller dans cette compétition.

Signalons qu’il s’agit de la deuxième victoire de suite de la Natcom face à Digicel en autant de rencontre. Lors du premier match, la Natcom l’avait emporté par sept (7) points d’écart. Malgré tout, les deux équipes sont au coude à coude au classement. Digicel est (4e) avec (5 victoires et 3 défaites) et la Natcom (5e) avec (5 victoires et 3 défaites). Il est fort possible à ce que ces deux équipes se rencontrent au stade des play-offs.        

Résultats de la 17e et de la 18e journée

Samedi 7 mars 2015

Natcom – Digicel : 78-75, Guensly Bellegarde 20  points

Marché Ti Tony – Apollo All Stars : 78 – 62, Jeudy Samy 17 points

Dimanche 8 mars 2015

SOGEBANK – Produits Bongu: 78 – 76 Elminis Isnold 32 points

CNE – Brasserie La Couronne : 90 – 84, Hans Thomas 33 points 

Add a comment

La 18e journée du championnat de l’ASHBAC aa digicelsera marquée ce samedi 7 mars 2015 par le choc au sommet mettant aux prises les deux compagnies de téléphonie cellulaire d’Haïti : la Digicel face à la Natcom. Ce match se jouera sur le terrain de l’ASHBAC (Babiole #7). Il s’agira du deuxième face à face entre les deux protagonistes. 

A l’instar du duel à distance sur le marché entre les deux compagnies, la concurrence déloyale oblige, elles (Digicel et Natcom) seront cette fois face à face ce samedi 7 mars. Fini le temps jadis où ces compagnies polluent l’espace médiatique en faisant la promotion de leurs produits. Place à présent aux jeux. Malgré tout, les fans des deux équipes ne cessent d’alimenter les débats sur les réseaux sociaux.  

Ce duel de gaillards, c’est un match que le public du basket corporatif attend depuis le début de la saison. Avant cette rencontre, la Digicel (lauréate de l’ASHBAC en 2011 et 2012) présente une meilleure feuille de statistique. Avec 12 points, elle est pointée à la 4e place (5 victoires et 2 défaites), 533 points inscrits et en a encaissé 536 (différence -3). Parallèlement, la Natcom qui n’a toujours pas soulevé de trophée dans la compétition, est 5e (4 victoires et 3 défaites) avec un total de 11 points. Au contraire des « rouges », les « bleus » ont inscrit 603 points contre 576 encaissés (différence +37).    

Pour ce match, les autorités de l’ASHBAC promettent de renforcer la sécurité du terrain. « Tout est en place en termes de sécurité. Cependant, j’invite les fans à faire le déplacement tôt pour espérer trouver une place leur permettant d’assister à ce choc. Dans le cas contraire, ils seront restés déhors. Nos sponsors : (Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Appolo All Stars, Marché Ti Tony, Global Home and Office Smart, SogeXpress et Génératrice Kubota) vont en profiter pour offrir beaucoup de cadeaux aux fans », Emmanuel Bonnefil, dixit.

Trois autres matches compléteront le week-end de l’ASHBAC. Avant le choc des titans, Marché Ti Tony sera opposé à Appolo All Stars. En dimanche, CNE défiera Brasserie La Couronne, et la SOGEBANK sera aux prises aux Produits Bongu.

Signalons lors de la première rencontre entre la Digicel et la Natcom, cette dernière s’était imposée pour sept (7) points d’écart. Autrement dit, la Digicel est en quête de rétablir l’équilibre, mais en face, la Natcom promet de vendre chèrement sa peau.  

Add a comment

.