×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

Dans le cadre de la journée internationale du Sida, le comité Directeur de l’équipe Volleyball de Banzaï organise un tournoi amical le samedi 5 et dimanche 6 décembre au local du Collège Mixte Lamartinière, situé au # 3 de l’Avenue du Travail.

Il s’agit d’un tournoi annuel, une initiative de l’équipe de Volleyball de Banzaï. Prendront part à ce tournoi, dix (12) équipes qui seront formées avec des joueurs et joueuses membres du club Banzaï et l’équipe championne du Lycée Marie-Jeanne.

Dans un communiqué adressé à la presse, l’équipe de Banzaï a fait savoir que chaque équipe disputera deux rencontres et les matches débuteront à compter de 10 heures (am).

Questionné sur le déroulement de cette compétition, le secrétaire général du Banzaï a fait savoir ce qui suit : « C'est le tirage au sort qui définira avec lesquelles des 4 autres équipes on doit jouer. Pour le classement, l’équipe gagnante aura droit à (2) points contre (1) pour l’équipe perdante. Les deux équipes les mieux classées joueront la finale le dernier jour à savoir, dimanche », a clairement précisé, R.P. Jean Hoet à l’Ashaps.com.

Siganlons que la danse et la musique seront également de la partie et la remise des trophées aura lieu ce dimanche.

   
Add a comment

Volley-ball: Tigresses : Leslie Larrieux n'est pas en cause

Leslie_LarrieuxAucune joueuse des Tigresses n'a subi de mauvais traitement et Leslie Larrieux dont le nom a été cité dans l'article touchant le remerciement de Myrline Jean-Gilles n'a jamais maltraité de joueuses. Les nombreux témoignages recueillis après la sortie de l'article évoquant le terme « mauvais traitement » paru dans le texte « Myrline remerciée, Stéphanie Janvier claque la porte » publié dans les colonnes du Nouvelliste, la semaine dernière. C'est même un dirigeant exemplaire d'après ces mêmes témoignages.
Contactée avant la sortie de l'article, Mme Leslie n'a jamais pu être atteinte parce que tout simplement elle était en voyage, a-t-on appris. La sortie de l'article dans lequel son nom est mentionné a correspondu malheureusement à la date du retour de voyage de cette ancienne joueuse de volley-ball qui travaille aujourd'hui tant au niveau de la fédération haïtienne de volley-ball qu'au sein des « Tigresses » en marge de ses activités professionnelles.

« Je n'ai jamais eu de problèmes avec Myrline, vu que c'est une fille qui s'est toujours montrée polie avant le Camp des Tigresses organisée en août dernier. Au cours de ce camp, elle n'a pas respecté une clause de son contrat en n'accomplissant pas la tâche qui lui était assignée en tant que joueuse auprès des enfants qu'on initiait au volley-ball. Je n'ai fait que lui rappeler cette clause de son contrat. Sans plus », a déclaré Mme Leslie par téléphone dimanche, tout en regrettant le fait que son nom soit mentionné dans un contexte qui va à l'encontre de la vérité.
Le nom de Mme Larrieux a été mentionné la semaine dernière en tant que personne qui était à l'origine du départ de Myrline Jean-Gilles ainsi que deux autres joueuses de la formation des Tigresses pour propos injurieux à l'égard de l'ancienne passeuse des Artilleurs puis des Tigresses. Les dirigeants du club, eux, avaient évoqué plutôt le manque de rendement sportif entre autres comme cause du renvoi de la joueuse qu'ils ont fait venir du Cap-Haïtien depuis trois ans.
Une des deux autres joueuses qui avaient requis une mise en disponibilité de la part des dirigeants du club, a même décidé de surseoir son départ, ayant compris que tous les arguments avancés par son ancienne coéquipière pour maquiller son remerciement en départ n'étaient pas fondés.
Enock Néré
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Le Nouvelliste.com
Add a comment

Chez les Tigresses : Myrline remerciée, Stéphanie claque la porte

Trois joueuses de l'équipe de volley-ball Les Tigresses, Marline, Myrline Jean-Gilles et Stéphanie Janvier ont quitté le club « jaune et noir » pour une destination inconnue. Myrline Jean-Gilles serait la principale concernée dans ce pseudo départ et les deux autres joueuses auraient pris la décision de quitter le club s'estimant victimes de mauvais traitement de la part d' une des dirigeantes du club, Leslie Larrieux.
« Myrline Jean Gilles a été remerciée pour manque de rendement sportif », a déclaré la présidente du Club, Margareth Graham jointe par téléphone. « Nous n'étions pas satisfaites de son rendement sportif et nous avons décidé de ne plus la garder d'autant que c'est une joueuse que nous avons dû faire venir du Cap-Haïtien. Selon le contrat que nous avions eu avec lui, nous avons du l'héberger, payer ses études et tout. En retour, elle devait donner le meilleur d'elle-même dans les compétitions qu'elle disputerait avec nous. Or ce qu'elle a donné reste loin en deça de nos espérances », a-t-elle continué. Concernant les deux autres joueuses parties, Mme Graham reconnait qu'elles ont sollicité leur libération et le club ne voulant pas les retenir contre leur gré a décidé de répondre favorablement à leur sollicitation.

« Le comportement de Myrline n'a pas été celui auquel on doit attendre d une joueuse des Tigresses et si l'on ajoute le fait que son rendement sportif laissait à désirer, le comité a décidé de la renvoyer », renchérit un des cadres du club, Marina Gourgue.
« J'avais décidé de partir du club depuis longtemps », a rétorqué pour sa part la principale concernée, Myrline Jean-Gilles, jointe elle aussi par téléphone. « J'avais dit à mes amies du club que le tournoi national que nous devions disputer à l'Arcahaie serait le dernier que je disputerais au sein de cette équipe. Si elles veulent, elles peuvent en témoigner », a-t-elle continué.
Myrline Jean-Gilles reconnait avoir eu un petit problème avec une des dirigeantes des Tigresses, Leslie Larrieux qui lui aurait tenu des propos désobligeants, cependant la joueuse reconnait aussi que son départ du club n'est pas dû au comportement de Mme Larrieux. La question de remerciement est tout simplement une stratégie mise en place par les dirigeants du club pour prouver qu'ils ont raison ou qu'ils ont le dessus : « Il y a dans le comportement de certains dirigeants une certaine volonté de faire comprendre à tous que j'ai été virée du club pour pouvoir montrer à tous que personne ne peut laisser leur club. Cependant, les joueuses du club peuvent le confirmer. J'avais décidé de partir avant les propos de Mme Larrieux ».
Stéphanie Jean-Gilles qui au départ avait reconnu être partie en solidarité avec son amie à qui, une des dirigeantes du club aurait tenu des propos peu amènes, nie aujourd'hui avoir quitté le club. «Je ne veux pas parler de départ, d'ailleurs je me considère encore comme une joueuse des Tigresses. Si on publie mon départ, ma présence dans le club lors des prochaines compétitions démentira cette information », a-t-elle lâché toujours par téléphone. Quant à Marline toujours concernée par ses études scolaires, elle n'a quitté l'équipe que par solidarité avec ses amies Myrline et Stéphanie.
A noter que Myrline jouait dans les rangs des Tigresses depuis trois saisons. Avant, elle portait les couleurs de la formation Artilleurs du Cap-Haïtien. Marline est un pur produit du club alors que Stéphanie Janvier est arrivée chez les Tigresses depuis trois ans en provenance de la formation de Magic avec laquelle elle a disputé les demi- finales du championnat national de volley-ball en 2006 à Ouanaminthe. Enock Néré
www.lenouvelliste.com
Add a comment

.