×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

 

Aucune surprise n’est à signaler le samedi 20 septembre 2014Racine _Graham au local du Comité Olympique Haïtien (COH) lors de la huitième Assemblée générale élective de la Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB) à l’issue de laquelle le comité (sortant) présidé par Margareth Graham a été reconduit, et ce, presqu’à l’unanimité pour une période de quatre (4) ans aux commandes de cette entité sportive.

Annoncée initialement à 10h, l’Assemblée générale élective débute finalement à 11h53 soit après presque deux heures de retard. Sur un total de 55 clubs dument affiliés à la Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB), 45 clubs dont 39 issus des villes de la province y étaient pour sanctionner le comité sortant. Exception faite pour les équipes, Banzaï, Phénix, Petit-Goâve, Volley 2000, Apex et autres sanctionnées par le comité exécutif.


Ainsi, le comité (sortant) composé respectivement de Margareth Graham, Fréderic François, Frantz-Eddy Joachim, Régine Séjourné Brétous, Lesly Larrieux, Parolla Dieudonné Jean, Pierre-Félix Mésidor, Joseph Edgard Dumay et Miano Mompremier a pris siège, mais privé de Guston Jean-Louis en raison de la mort de son père.

Après avoir remercié ses collègues, les clubs, la DTN, ses sponsors, les athlètes et la presse, la présidente de la FHVB s’est dite fière ce qu’elle avait accompli en quatre (4) ans au sein de cette entité sportive. Ajoutant : « Le volley scolaire est implanté dans plus de 60 communes et sections communales du pays. Avant, une seule commune était concernée. On avait mis l’accent sur le (mass muni volley), la formation de nos cadres, arbitres et entraîneurs qui étaient en République Dominicaine, Trinidad & Tobago, Mexique et Porto-Rico. En dehors de la république de Port-au-Prince, on avait formé 250 personnes. Je pèse mes mots, toutes nos sélections étaient en compétition et, avec une peu plus de réussite, elles auraient dû prendre part à la phase finale du championnat du monde de basket-ball. Que dire de nos différentes compétitions nationales. Nous avons fait tout cela avec nos maigres moyens, sur ce j’en profite pour renouveler nos remerciements à nos sponsors, la Norceca, la Casova. Pour la première fois, Haïti est assiégé dans des commissions sport et développement au sein des entités sportives au niveau régional », a fait savoir d’un air serein Margareth Graham.


Visiblement confortable dans ses prises de paroles, la présidente a alors fait appel au comité électoral composé de notre confrère Emmanuel Bellevue, Dénis Seymour et Halfdan Ossé pour effectuer les élections devant élire un nouveau comité à la tête de la FHVB. Contre toute attente, Weesly Pierre des Artilleurs tout en félicitant Margareth Graham exige l’application de l’article 14 faisant allusion à l’ordre du jour. Du même coup, Stéphane rebu, membre de l’équipe de Volley 2000 monte au créneau pour questionner le comité sortant : où est-il prescrit dans le statut de la FHVB qu’un club sanctionné, n’a pas droit de vote ? Trois autres membres dont le sénateur Bien-aimé plaident pour que les dirigeants des équipes sanctionnées puissent pénétrer la salle d’assemblée. L’ambiance qui régnait au local du COH n’était pas du tout bonne, car certains nerfs étaient à fleur de peau suite aux échanges musclés de certains dirigeants.
Entre-temps, certains dirigeants des équipes sanctionnées par la FHVB ont pris place au Rez-de-chaussée du COH, et ce, pour attendre qu’ils soient appelés à prendre part à l’Assemblée générale. Des agents de la police nationale ont fait leur apparition sous prétexte que ces dirigeants seraient en train de vandaliser le local de s’instance suprême du sport en Haïti. Cependant, tout allait entrer dans l’ordre, car l’Assemblée générale (article 12), l’organe suprême de la FHVB a décidé pour que l’ordre du jour soit respecté et rejeté d’un revers de main la présence des clubs sanctionnés par la FHVB dans cette assemblée.  

En dépit du fait que la FHVB avait déjà soumis son rapport aux clubs, et ce, bien avant la tenue de cette Assemblée, on a appliqué l’article 14 (ordre du jour) et, sur ce, le comité exécutif avait effectué lecture et sanction du Procès-verbal de la dernière séance de l’Assemblée et autres…

Finalement, le comité électoral a pris place avant de procéder aux joutes devant élire un nouveau comité aux commandes de la FHVB. Entre-temps, l’Assemblée générale (composée de 45 clubs) a rejeté la candidature de Weesly Pierre (13/45) qui voulait être le 1evice-président de la FHVB en face Fréderic François. Ainsi, sans surprise le comité présidé par Margareth Graham a été reconduit à la tête de la FHVB pour un nouveau mandat de 4 ans.

Voici la composition du nouveau comité : Margareth Graham (45/45), Présidente, Fréderic François (43/45), 1e Vice-président, Frantz-Eddy Joachim (34/45), 2e Vice-président, Joseph Edgard Dumay (35/45), Secrétaire général, Régine Séjourné Brétous (37/45), Secrétaire générale Adjointe, Lesly Larrieux (41/45), Trésorière et les conseillers : Parolla Dieudonné Jean (39/45), Pierre-Félix Mésidor (33/45), Guston Jean-Louis (26/45), Miano Mompremier (30/45) et Pierre Etgelle France Alexandre (26/45).

Au terme de cette Assemblée générale, les deux membres de Banzaï : Eddy Joseph (SG) et Jean Max Pierre (membre) démissionnés, ont été remplacé dans ce nouveau comité. En passant, Margareth Graham s’est dite très ouverte à l’idée d’accueillir les clubs dont leur sanction vont prendre fin le 30 septembre. « Ce n’est pas pour rien que l’Assemblée m’a voté à l’unanimité, elle l’a fait en fonction de ce que je réalise, a-t-elle déclaré avant de rejeter d’un revers de main les gens qui brandissent l’article 15 stipulant : l’assemblée doit être tenue du 1e  au 15 octobre. Elle explique que : cet article a été amandé lors des deux dernières assemblées générales. On avait adopté le mois de septembre pour réaliser ces assemblées sachant que le 30 septembre le mandat de ce comité arrive à terme. Pour finir, M Graham a fait savoir, et ce, malgré les critiques du camp adverse : Je suis une personne intègre, transparent. Je dirige dans le strict respect des normes », a-t-elle conclu. 

En attendant la réaction du camp adverse, le nouveau comité exécutif de la FHVB dirigera cette entité jusqu’au 30 septembre 2018. Margareth Graham promet de mettre l’accent sur les séances de formations des cadres, le volley scolaire, le mass muni volley et de prendre part aux différentes compétitions à l’échelle régionale et internationale

 

Add a comment

Ils sont au nombre de 53, les clubs issus de la capitale Racine _Grahamet de certaines villes de la province qui s’apprêtent à élire un nouveau comité exécutif à la tête de la Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB), et ce, pour une durée de quatre (4) ans au terme de son huitième (8e) Assemblée générale qui se tiendra au local du Comité Olympique Haïtien (COH), sis à Pétion-Ville (rue Clervaux) le samedi 20 septembre 2014. 

Avant l’arrivée de Margareth Graham aux commandes de la Fédé en 2010, la famille du volley-ball haïtien n’était pas unie et, cette division avait un effet néfaste sur la qualité du jeu pratiqué par les adeptes de cette discipline. En un mot, le volley était en décrescendo, et ce, malgré la volonté manifeste de son valeureux président d’alors, Guy Joachim qui faisait office également de patron de la Fédération Haïtienne de Basket-ball (FHB).

Madame Graham a su colmater les brèches pour redonner vie à cette fédération était au creux de la vague en ressuscitant d’une part, certaines ligues et de créer d’autres, d’autre part. Ainsi, sans surprise, ces ligues ont organisé régulièrement leurs propres compétitions avant d’envoyer leurs représentants dans les différentes activités réalisées par la Fédé, telles : Championnat National de Clubs, Séminaires de formation pour les arbitres et entraîneurs, Camp d’été pour les jeunes ou encore Camp pour les joueurs appelés en équipe nationale. Au bout de quatre (4) ans, la Fédé a su implanter ou encore vulgariser le volley un peu partout à travers le pays. Cependant, à contre courant, elle sanctionne certaines équipes de la capitale.

Sous la houlette de madame Graham, les sélections masculine et féminine haïtiennes ont pu atteindre pour la première fois de leurs histoires le tour final des éliminatoires de la coupe du monde. A Cuba, les filles se sont emparées de la 3e place dans un groupe très relevé comprenant le pays hôte, Trinidad & Tobago et Curaço. En revanche, les hommes ne terminent qu’en 4e position loin derrière les géants Américains, Guatemala (2e), avec un petit de réussite, ils auraient dû prendre la 3e place, mais elle a été chipée par l’équipe de Sainte-Lucie. Pour rappel, la NORCECA a été énorme en termes financiers pour aider Haïti dans ces périples.  

Pour avoir permis à cette fédération de renaitre de ses cendres, Margareth Graham a été élevée au rang de « Meilleur dirigeant » en 2013 par l’ASHAPS. Cependant, la FHVB n’a pas su échapper au virus qui ravageait ou qui ravage encore certaines entités sportives du pays qu’est la division, un phénomène qui n’est pas nouveau, mais qui ne cesse de gangrener la famille sportive haïtienne. A titre d’exemple, trois équipes : Banzaï, Apex et Volley 2000 ont été sanctionnées par la Fédé parce qu’elles ont semblent-ils transgressé certains règlements prescrits dans le protocole des compétitions qu’organisent la Fédé et la Ligue de Volley-ball de la Région Ouest, la LVBRO.

A ce sujet, les rumeurs les plus folles circulaient autour de la famille de volley. Certains parlent de règlement de compte, d’autres voient dans cette décision une sorte de manipulation rien que pour facilité la tâche aux équipes des Tigresses /Tigers dont leurs dirigeants sont au timon des affaires au sein des plus grandes organes du volley en Haïti. Tout compte fait, ces équipes (Banzaï, Apex, Volley 2000) avaient brillé par leur absence dans les dernières grandes compétitions organisées par la Fédé ou la LVBRO. « Elles auraient du réintégrer la famille du volley si elles avaient accepté de s’excuser, et ce, après être montées au créneau pour lancer des propos désobligeants à l’égard autorités responsables », a fait savoir dans la foulée.

Le 30 septembre 2014 de façon officielle les sanctions prises à l’encontre des trois clubs (Banzaï, Apex, Volley 2000) toucheront à termes. Dans la foulée, la Fédé organise dix jours avant soit le 20 septembre son Assemblée générale au cours de laquelle qu’auront lieu les joutes devant élire un nouveau comité à sa tête. Si l’entraîneur à succès des Artilleurs, Weesly Pierre avait plaidé pour qu’il y ait de l’unité au sein de la famille du volley-ball lors du sixième sacre de son équipe au Cap-Haïtien, d’autres ont crié au scandale.

De façon officielle, les dépôts de candidatures ont pris fin depuis le samedi 13 septembre 2014 et, jusqu’à date, aucun dirigeant ne s’est pas manifesté à l’idée de briguer un poste au sein du nouveau bureau fédéral.     

Jointe au téléphone, la présidente sortante n’écarte pas possibilité pour qu’il y ait un ou deux candidats le jour de l’Assemblée générale moyennant que la majorité des membres acceptent cette candidature. Sans crainte d’être démenti, tous les membres de l’ancien comité seront reconduits. Ce sont en effet : Margareth Graham, Présidente, Fréderic François, 1e Vice-président, Frantz-Eddy Joachim, 2e Vice-président, Régine Séjourné Brétous, Secrétaire générale, Lesly Larrieux, Trésorière et les conseillers : Parolla Dieudonné Jean, Pierre-Félix Mésidor, Guston Jean-Louis, Joseph Edgard Dumay et Miano Mompremier.    

Concernant les équipes qui n’ont pas habilité à prendre part à cette Assemblée générale, Madame Graham précise : « D’habitude, la Fédé organise son Assemblée générale en mars, avril ou septembre. A titre d’exemple, les deux dernières avaient eu lieu en septembre. Autrement dit, c’est une exigence statutaire qui nous porte à organiser cette assemblée le 20 septembre. On ne veut pas créer des précédents. Notre porte est grande ouverte pour accueillir ces équipes, car il n’y avait pas absolument un problème avec eux. Cependant, les règlements sont faits pour être appliqué et respecté, la Fédé ne fait donner l’exemple », a déclaré Margareth Graham candidate à sa propre succession.

Pour certains, il serait plus élégant si les autorités de la Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB) avaient créé un espace rien que pour faciliter les dirigeants des équipes de (Banzaï, Apex, Volley 2000) de prendre part à son Assemblée générale qui se tiendra le 20 septembre 2014 au local du Comité Olympique Haïtien (COH) sis à Pétion-Ville, rue Clervaux. Pour ces gens, la famille du volley rate une énorme occasion de donner l’exemple à suivre aux autres entités sportives du pays ravagées par la haine et la division. 

Add a comment

L’entraîneur à succès de l’équipe féminine de Volley-ball artilleursdu Cap-Haïtien, Artilleurs, sextuple championne du «Championnat National des Clubs » organisé par la Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB), s’est exprimé volontiers au micro de l’ashaps.com. Il en a profité pour évoquer respectivement sa victoire face aux Tigresses, les prochaines joutes électorales à la tête de la FHVB. Par ailleurs, il se voit donc capable d’apporter un plus au niveau du staff technique des sélections nationales.  

C’est un entraîneur des Artilleurs tout heureux qui se prononce sur la main mise que fait son équipe dans le « Championnat National des Clubs », et ce, après avoir étrillé en finale les Tigresses de Port-au-Prince par trois (3) sets à zéro. « Nous ne préparons pas un match, perdu contre les Tigresses en match de poule, n’a aucune importance. D’ailleurs, ça été un choix tactique voire technique de conserver sur le banc des remplaçants mes meilleurs éléments. C’était une façon de les piéger. Pour preuve, une fois arrivée aux choses sérieuses, nous les avons punis sévèrement. Sans vous cacher et je le dis haut et fort, nous ne jouons pas la finale contre les Tigresses. La finale, nous l’avons jouée face aux filles de Magic en ½ finale. Elles nous ont imposées une belle résistance », a martelé Wesly Pierre.

S’exprimant sur les prochaines joutes électorales devant élire un nouveau comité à la tête de Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB), l’entraîneur Capois milite pour une famille de volley-ball unifiée. « J’ai dédié la victoire des Artilleurs à la famille du volley toute entière, il serait souhaitable à ce qu’on ait un volley de paix et d’amour en 2015. Au terme des élections, je voudrais voir un comité exécutif ayant respectivement, Margareth Graham, un dirigeant de Volley 2000, un autre de Banzaï et autres. Madame Graham a consenti d’énormes efforts pour faire jouer cette discipline à travers tout le pays. Je suis pour l’unification de la famille de volley, il est tant pour qu’on cesse avec ces palabres. Le volley doit être un exemple pour les autres disciplines », a plaidé l’entraîneur à succès des Artilleurs.

D’autre part, il se voit donc capable d’apporter un plus au staff technique des sélections nationales. « Ce n’est pas un hasard si les Artilleurs font main mise sur le championnat national des clubs. Remporter cette compétition (Cayes, Hinche, Port-au-Prince et Cap-Haïtien), et ce, pendant six fois de suite, ne serait pas une chance. Je suis persuadé que j’ai les compétences requises et nécessaires pour intégrer le staff technique de nos équipes nationales. Sans crainte d’être démenti, l’équipe nationale féminine ferait plus de progrès la Fédé fait choix de ma personne pour grossir le rang du staff technique », a expliqué Wesly Pierre.

Pour finir, l’entraîneur Capois a placé un mot sur la réussite de son équipe avant d’évoquer l’absence des Artilleurs dans la quatrième édition du tournoi organisé par l’AS Tigresses/Tigers baptisé : « Volley Extra ». Pour lui : « Le succès de mon équipe réside dans le travail et la discipline. Une compétition ne se prépare pas pendant une ou deux semaines, ça se prépare tout au long de l’année. Nous sommes double tenantes du titre. On n’a peur de personne, même pas les équipes étrangères voire les Tigresses que nous venions d’étriller. Nous avons décidé de ne pas y participer en raison d’un problème interne », a conclu Wesly Pierre.

Signalons que Wesly Pierre a déjà guidé les filles d’Artilleurs à six (6) titres de champion dans le « Championnat National des Clubs », deux (2) titres de « Volley Extra » sans compter les compétitions locales et régionales.

Chapeau donc à cet entraîneur bourré de talent ! 

Add a comment

Programmée initialement le jeudi 28 août 2014 à Place Boyer a-atigers(Pétion-Ville), la 4e édition du tournoi baptisé « Volley Extra » organisée par l’AS Tigresses/Tigers, s’est finalement jouée au Gymnasium Vincent. Pour l’occasion, l’équipe hôte en catégorie (masculine et féminine) a surclassé tout le monde pour s’adjuger les trophées et les médailles récompensant les vainqueurs de la compétition.

Alors que l’on attendait les équipes étrangères comme Glamorgan (Trinidad & Tobago) et de BHD (République Dominicaine) pour hausser le niveau du tournoi « Volley Extra ». Contre toute attente, l’équipe voisine avait brillé par son absence. Pour remplacer les Dominicaines, on a fait appel à l’équipe de Ouanaminthe. Parallèlement, les représentants de Trinidad & Tobago n’avaient pas eu la partie facile. Tout compte fait, ils n’ont pas atteint la finale, et ce, dans un tournoi pourtant largement à leur portée.

Comme annoncé, la journée inaugurale du « Volley Extra » a débuté à Place Boyer (Pétion-Ville) en présence de plusieurs mordus de cette discipline. La fête annonçait pourtant belle et les équipes en face, semblent bien motivées à l’idée d’offrir du spectacle tout au long de la compétition. Cependant, les organisateurs ont dû déplacer le tournoi au Gymnasium Vincent pour contrer l’onde tropicale annoncée par le service météorologie du pays. « On n’avait pas d’autre choix, car il a fallu que le tournoi arrive à son terme », a expliqué Marckens Armony Responsable de la Coordination de l’AS Tigresses/Tigers. 

Ils ont étaient plusieurs dizaines, les fans qui avaient d’assaut l’entre du Gymnasium Vincent pour assister samedi 30 août 2014 à la dernière journée de cette compétition. En quête de renouer avec la victoire, et ce, après son dernier titre conquis en 2008, les Tigresses se sont montrées impitoyables face à leur adversaire. En revanche, l’équipe de Magic a dû lutter jusqu’au bout pour sortir son homologue de Glamorgan 1, l’équipe 2 de Glamorgan étant éliminée par la future vainqueur de la compétition.

En finale, la volonté et l’envie de gagner ne suffisent aux filles de Magic de s’imposer face à Tigresses. Bien orchestrée autour de Naïda Pierre, désignée meilleure joueuse de la compétition, les Tigresses ont fait une bouchée de son adversaire. Toujours très impitoyables dans ce tournoi, les coéquipières de Carolina Graham n’ont pas eu la peine d’utiliser les services de deux dominicaines appelées pour les prêter mains fortes. Au final, l’équipe de Magic a été laminée par deux sets à zéro : 25/12 et 25/17. Ainsi, les Tigresses ont succédé à l’équipe d’Artilleurs, double tenante du titre et grande absente dans ce tournoi.   

Chez les hommes, l’équipe de Glamorgan a refusé de jouer sa ½ finale face à Tigers. Elle a voulu que son match soit joué sur toute la surface de jeu, pas dans une partie du terrain comme ça été le cas pour les autres matches. A la surprise quasi générale, l’équipe de Glamorgan qui avait déjà mordu la poussière face à Tigers en phase de poule, a décidé de ne pas jouer la ½ finale. Elle laissa ainsi champs libre à Tigers. Ce dernier s’est donc hissé en finale face à l’équipe championne en titre dans le championnat national, l’AS Port-Margot.   

Auréolée de son récent titre de champion acquis au Cap-Haïtien face à son homologue de Papillon lors de la (11e) onzième édition du « Championnat National des Clubs 2014, l’équipe de Port-Margot s’est bien battue avant de chuter face à Tigers, emmené par son duo dominicain, et surtout l’incroyable Luis David Adames, désigné (meilleur joueur du tournoi). Les Nordistes ont perdu le premier set : 25/19 avant de rétablir l’équilibre au second set : 20/25. Au troisième set, les Tigers ont fait cavalier seul en étrillant l’adversaire en face : 25/8. Le quatrième set n’a été pas facile pour les deux protagonistes. Cependant, les Tigers en état de grâce, a fait parler son force de frappe en l’emportant 25/20.

S’exprimant au terme de la compétition, Marckens Armony tout en remerciant ses sponsors : Digicel, Sogener Haytrac, Sogebank, Jedco et Graham Truck Services, s’est dit satisfait du déroulement de la 4e édition. Il en a profité pour prendre rendez-vous pour l’an prochain avec les fans du volley-ball. Pour l’occasion, il a annoncé que l’AS Tigresses/Tigers organisera son traditionnel tournoi de « Beach Volley ». 

Comme ce fut le cas en 2008, les Tigresses ont remporté la compétition chez les dames pour succéder ainsi à l’équipe six fois championne nationale, double tenante du titre (Volley-Extra 2009 et 2012), Artilleurs du Cap-Haïtien, absente cette année. Chez les hommes, les Tigers ont confirmé le dicton disant : « Jamais deux sans trois » en remportant pour la troisième fois de suite (2009, 2012 et 2014) cette compétition, la première édition étant remportée par l’équipe de Petit-Goâve en 2008.   

Résultats des deux finales du Volley Extra

Samedi 30 août 2014

Chez les dames, Tigresses – Magic : 25/12 et 25/17

Chez les hommes, Tigers – AS Port-Margot : 25/19, 20/25, 25/8 et 25/20

Add a comment

Les yeux des multiples inconditionnels fans du volley-ball haïtien a-volley2sont déjà rivés à Place Boyer « Pétion-Ville » pour être le témoin oculaire du dernier grand événement de l’année 2014 qu’est le « Volley Extra » : traditionnelle compétition organisée chaque deux (2) ans par l’AS Tigresses/Tigers. Il se tiendra du jeudi 28 au samedi 30 août.

L’annonce officielle a été faite le mardi 26 août 2014 lors d’une conférence de presse donnée au local de Presse Café (Pétion-Ville) par les dirigeants de l’AS Tigresses/Tigers, tels : Margareth Graham et Marckens Armony, membres de son Directoire, Lionel Benjamin Junior, représentant de Digicel, sponsor officiel de la quatrième (4e) édition de « Volley Extra » et certains membres des équipes de Glamorgan (Trinidad & Tobago) et des Tigresses (Haïti).

Elles sont au nombre de neuf (9) équipes reparties en deux groupes, dont cinq (5) masculines, les Tigers de Port-au-Prince, le Glamorgan de Trinidad & Tobago, l’AS Port-Margot, le BHD de la République Dominicaine et les Malfinis rouges de l’Institut des Hautes Etudes Commerciales et Economiques (IHECE) et quatre (4) autres chez les dames, les Tigresses (équipe hôte), le Glamorgan I et II (Trinidad & Tobago) et l’équipe de Magic (Port-au-Prince) qui croiseront le fer dans le but de s’adjuger le titre suprême de la compétition.

S’exprimant sur la participation des équipes étrangères, Marckens Armony a fait savoir : « Pour rallier Port of Spain à Port-au-Prince, la délégation Trinidadienne qui se trouve déjà en Haïti, a consenti d’énormes sacrifices en termes d’argent (20.000) dollars US pour payer leur billet d’avion. Même cas de figure pour les Dominicains qui ont foulé le sol haïtien avec leur propre argent. Cependant, une fois arrivée en Haïti, ils (Trinidadiens et Dominicains) seront logés et nourris par l’AS Tigresses/Tigers. En 2010, 2011 et 2013, il n’y a pas eu de compétitions de volley-ball. A ce sujet, Marckens a expliqué : En 2010, c’est en raison du séisme et les deux autres années, nous avions dû renoncer pour des problèmes d’ordre financier, avant de se prononcer sur l’endroit choisi pour faire jouer la compétition. Place Boyer n’est autre qu’un espace ouvert. Ainsi, beaucoup plus de gens y auront accès, et ce, gratuitement. Avec la participation des équipes étrangères, le niveau sera extraordinaire. Pour cela, nous voulons à ce qu’il y ait le public des grands jours pour y assister. D’ailleurs, c’est la finalité de ce tournoi : inciter les gens à venir découvrir le volley  et de le pratiquer », a conclu le Responsable de la Coordination de l’AS Tigresses/Tigers.

A en croire les dirigeants de l’équipe hôte, les équipes (masculine et féminine) qui remporteront le titre auront droit à des trophées et des médailles. « En dépit du fait que nous avions l’aide financière de Digicel, Sogener Haytrac, Sogebank, Jedco et Graham Truck Services, nous ne sommes pas en mesure de primer en termes d’argent les équipes championnes. Vu qu’elles (les primes) seront très insignifiantes. Cependant, le comité organisateur a pris toutes les dispositions pour que les équipes puissent loger et nourrir, et ce, de façon confortable ».

Selon Lionel Benjamin Junior, la Digicel s’estime heureuse de financer une telle initiative avant d’inviter le public de venir supporter les équipes haïtiennes. « La Digicel soutient à 20% le budget soumis par l’AS Tigresses/Tigers pour organiser cet événement. Sans crainte d’être démenti, c’est une très belle initiative. Pour preuve, les Trinidadiens ont consenti d’énormes sommes (20.000) dollars US pour venir jouer ce tournoi. Ainsi, le public est invité en grande foule avec pour objectif premier de supporter nos équipes ».   

En ce qui attrait au tournoi, les cinq (5) équipes masculines se jouent entre elles en phase de poule, même cas de figure pour les équipes féminines. A la seule différence, l’équipe terminée à la dernière place côté garçon sera éliminée. Ainsi, on aura en ½ finale dans les deux catégories, le (1e vs 4e) et (le 2e vs 3e). Les vainqueurs se mesureront en finale le samedi 30 août pour le gain du titre suprême de la compétition.

Signalons que les trois premières éditions de « Volley Extra » organisées par l’AS Tigresses/Tigers (fondée le 1e février 1972) ont été remportées respectivement en 2008 par Petit-Goâve, chez les hommes et Tigresses, chez les dames. En 2009 et 2012, ce sont respectivement les équipes de Tigers, chez les hommes et d’Artilleurs, chez les dames qui avaient surclassé tout le monde pour s’emparer du titre.

Pete Alexandre        

Add a comment

Au terme de la onzième (11e) édition du « Championnat Nationalartilleurs des Clubs 2014 » qui a eu lieu au Gymnasium du Cap-Haïtien du 22 au 24 août, ce sont les équipes des Artilleurs, et ce, pour la sixième (6e) fois de suite chez les dames et l’AS Port-Margot chez les hommes qui ont remporté les titres récompensant les vainqueurs de la compétition annuelle organisée par la Fédération Haïtienne de Volley-ball (FHVB).

En effet, le week-end écoulé (22 au 24 août), le cœur des millier de fans du volley-ball du Cap-Haïtien bat au rythme de la 11e édition du « Championnat National des Clubs 2014 » dont la 4e organisée par le comité exécutif de la FHVB présidée par Margareth Graham à l’issue de laquelle, le grand nord a prouvé qu’il reste et demeure le bastion de cette discipline même si en revanche la Fédé est siégée à Port-au-Prince, suite à la victoire des Artilleurs (Cap-Haïtien) aux dépens des Tigresses, et de l’AS Port-Margot face à Papillon du Cap-Haïtien.

Si au terme des matches de poule, les Tigresses ont survolé les débats et ont battu non sans peine les futures championnes par 3 sets à 2. En revanche, ce sont les Artilleurs qui font respecter la suprématie du volley-ball du grand nord, et ce, dans les phases les plus importantes dans la compétition. Pour preuve, malgré un grand match des filles de Magic (Port-au-Prince) en ½ finales. Elles n’ont cependant pas pu venir à bout de la solide et pimpante équipe des Artilleurs entraînée par l’expérimenté Wesly Pierre. Au final, les Capoises l’ont emporté difficilement par 3 sets à 2 pour ravir une place en finale face à l’AS Tigresses en quête de redorer son blason dans ce championnat.

Tout compte fait, dans un gymnasium du Champs de Mars bondé de gens (plus de 2.000) et tout acquis à la cause des Artilleurs, les Capoises plus motivées que jamais et dirigées en main de maître par Wesly Pierre, n’ont fait qu’une bouchée de l’équipe présidée par Margareth Graham, présidente de la FHVB. A l’arrivée, les Capoises n’ont fait qu’aucun cadeau aux filles de la capitale haïtienne. Elles ont pesé sur l’accélérateur du début jusqu’à la fin du match. En revanche, les Tigresses dépassées par les événements, ont chuté lourdement. Elles ont donc mordu la poussière, et ce, lamentablement par 3 sets à 0 : 25/19, 25/15 et 25/14.

Avec six (6) titres de suite à leur actif, les Artilleurs du Cap-Haïtien ont glané non seulement le trophée et les médailles offerts par la FHVB, supportée par le MJSAC, mais aussi les 20.000 gourdes du sponsor officiel de la compétition, la Sogebank. A titre de comparaison, les Artilleurs deviennent l’équipe la plus titrée des compétitions nationales qu’organise une fédération (toutes disciplines confondues) en Haïti, et ce, devant le FICA du Cap-Haïtien et le Tempête FC de Saint-Marc, lauréats cinq fois chacun du championnat national de football.

Chez les hommes, le Nord fait encore main mise sur la compétition dans la mesure où il a donné trois des quatre équipes qui se sont hissées en ½ finales, exception faite pour les Tigers de Port-au-Prince. En dépit de la volonté manifeste de ce dernier, son rêve celui de remporter le titre de champion échoue face aux Capois de Papillon. Pourtant, ils se sont montrés costaud tout au long de la rencontre. Ils ont difficilement perdu le premier set : 26/24 avant de s’imposer dans les deux sets suivants : 25/21 et 25/21. Ainsi, avant le quatrième set, les visiteurs n’étaient qu’à une manche de la victoire. Contre toute attente, ils ont loupé la chance de se hisser en finale en perdant les deux derniers sets par 25/19 et 19/15. Ils (Tigers) ont tombé au terme d’un match âprement disputé, mais ce sont les locaux (Papillon) qui s’adjugent la place en finale face à l’AS Port-Margot qui s’est débarrassée de l’AS Ouanaminthe par 3 sets à 1.

En finale, le duel cent pour cent nordiste s’est achevé au profit de la surprenante équipe de Port-Margot. Elle a surclassé celle du Cap-Haïtien par 3 sets à zéro pour emporter le trophée, les médailles et les 20.000 gourdes récompensant l’équipe lauréate de la compétition.

Les équipes des Tigresses, chez les dames et de l’AS Ouanaminthe, chez les hommes respectivement vice-championnes de la compétition,  ont été elles aussi récompensées par les autorités de la FHFVB avec trophées et médailles. Cependant, il n’y a pas eu de récompenses pour les meilleurs athlètes, et ce, dans les différentes catégories des statistiques de la compétition en raison des problèmes financiers.   

S’exprimant au terme de la compétition, la Présidente de la FHVB s’est dit satisfaite du déroulement du « Championnat National des Clubs 2014 » organisé au Cap-Haïtien. « Le niveau a été excellent, les matches ont été de très bonne facture. Certains d’entre eux se jouaient en cinq sets, ce qui nous a un petit peu dérangés, car on a dû aller au-delà de minuit lors de la deuxième journée, a raconté Margareth Graham. Cependant, j’ai éprouvé une énorme satisfaction rien qu’en voyant la prestation de nos jeunes volleyeurs (euses). Parallèlement, Madame Graham qui a remercié le MJSAC, la Sogebank, les Maisons de commerce et de service du Cap-Haïtien et de Port-au-Prince, telles : Picard Distribution, Graham Truck Services, M&M Construction, Total Shipping, Sans Souci Transport, Ceepco et Haïti Shipping pour l’avoir aidé financièrement dans la réalisation de ce championnat, en a profité pour faire cette suggestion à l’Etat haïtien. Il serait utile si l’Etat construisait un Centre d’hébergement dans les grandes villes du pays. Vous savez, les athlètes et les membres de la presse ont été logés à l’EFACAP et à l’Ecole du Sacré-Cœur, c’aurait été mieux si on avait un espace construit par l’Etat rien que pour desservir les visiteurs », a plaidé Margareth Graham enfin de mandat au sein de la FHVB.

Pour répéter la # 1 de la FHVB, les activités de la Fédé pour l’année 2014 ont pris fin officiellement au Cap-Haïtien le 24 août. Cependant, Haïti (présente pour la première fois avec ses sélections masculines et féminines au tour final des éliminatoires de la coupe du monde la FIVB) participera en 2015 aux différentes compétitions organisées à l’échelle internationale aux niveaux juvéniles. 

Au terme de la onzième édition du « Championnat National des Clubs 2014 » déroulée au Cap-Haïtien du 22 au 24 août qui a vu à la fois la main mise des équipes du nord et le sacre des équipes des Artilleurs (6 fois de suite) chez les dames et de l’AS Port-Margot chez les hommes. On est en droit de se demander : quand est-ce qu’une équipe de Port-au-Prince remportera cette compétition ? On verra bien…

Pete Alexandre   

Add a comment

Après l’élimination respectivement des sélections nationales masculines Racine _Grahamet féminines dans le tour final de la coupe du monde de la Fédération Internationale de Volley-ball (FIVB), zone NORCECA, et au terme des activités organisées par la Ligue de Volley-ball de la Région Ouest (LVBRO) : le volley-ball a repris droit dans le pays. Dans cette optique, la présidente de la Fédération haïtienne de volley-ball (FHVB) a fait mention de la participation de l’équipe juvénile d’Haïti dans un stage en République Dominicaine du 24 juillet au 3 août avant d’annoncer la tenue du championnat national des clubs 2014 au Cap-Haïtien à la fin du mois d’août.    

Invitée par le Ministre des sports de la République voisine à prendre part dans un stage d’une quinzaine de jours, la sélection juvénile haïtienne s’en est bien comportée et en a bien profité pour répéter Margareth Graham: “La délégation haïtienne a séjourné pendant environ 12 jours là-bas. Nos jeunes issus de la dernière compétition nationale organisée par la Fédé, avaient la possibilité de suivre des cours avec des experts venant du Brésil, de Cuba et de la République Dominicaine, a expliqué Madame Graham. Je ne sais quoi dire pour remercier nos collègues dominicains. Ils ont tous payé. Malgré tout, on était en grand danger pour trouver les 1200 dollars US pour faciliter notre déplacement. D’ailleurs, en raison des problèmes financiers, on a déclaré forfait dans le tournoi de la Caraïbe qui se joue à Trinidad & Tobago. Nos techniciens (Suze Gilles de Hinche et Halfdan Ossé de Port-au-Prince) ont qualifié d’excellentes, les prestations de nos jeunes”, a fait savoir la présidente de la FHVB d’un air assurant avant de lâcher dans la foulée: “L’avenir du volley haïtien est assuré”.     

D’autre part, la NORCECA a en effet profité du passage de la délégation haïtienne de volleyball en République Dominicaine pour faire don à la FHVB de mille (1000) ballons de volleyball. Réagissant à ce sujet, Margareth Graham a fait savoir: “C’est une façon pour elle (la NORCECA) d'encourager la Fédération à continuer le très bon travail qu'elle accomplit sur le terrain, surtout avec les jeunes. Ces ballons seront utilisés dans les différents programmes de développement du volley à travers le territoire sur les mois à venir. Ces ballons serviront à l’épanouissement du volley dans les villes les plus reculées du pays”. Reste à savoir si les dirigeants de la FHVB auront la possibilité de dédouaner ces matériels.

Parallèlement, la FHVB annonce la tenue du championnat national des clubs 2014 pour la fin de ce mois. “Les 22, 23 et 24 août 2014, le cœur de la ville du Cap-Haïtien battra au rythme du championnat national des clubs. Elles seront seize (16), les équipes masculines et féminines, issues de quatre (4) ligues qui prendront part à cette compétition. Ainsi, les projecteurs sont tournés vers le nord. Je peux vous confirmer déjà qu’on aura le support du Ministère des sports dans le cadre de ces activités pour les jeux d’été. J’en profite pour inviter la presse à y prendre part”, a conclu Margareth Graham dans cette entrevue à Ticket Sport.  

Si l’on croit les propos de la présidente de la FHVB, le volley-ball se joue à travers neuf (9) des onze (11) départements du pays. Ainsi, la Fédé dans son souci de vulgariser cette discipline à travers tout le pays mettra le cap sur le département du Nord’Ouest.

Signalons que présentement la Fédé organise un camp d’été à travers quarante (40) communes, et ce, avec pour objectif principal d’implanter ce sport à travers tout le pays pour que la Fédé ait un vrai championnat national de clubs dans les années qui viennent.

 

Pete Alexandre 

Add a comment

Plus d'articles...

.