TENNIS

Port-au-Prince, le 24 mai 2010 – (AHP) – Le programme d’urgence caravanne_ping-pong_1du Comité Olympique Haïtien (COH), élaboré initialement au profit des enfants victimes du séisme du 12 janvier vivant dans les camps de déplacés profite actuellement à des centaines d’enfants d’établissement scolaires de la capitale.

C’est le cas des élèves de l’Ecole Jean 23 au centre ville où les élèves de la 2ème à la 8ème année participent quotidiennement à des activités physiques et sportives sous la direction des moniteurs du COH.

Plus d’un millier d’écoliers participent régulièrement à ces activités. Plusieurs sports leur sont proposés : Jeux de dames, tennis de table, athlétisme et basketball entre autres.

Entre 7 heures du matin et 2 heures de l’après-midi, 6 moniteurs accompagnent les différents groupes d’élèves travaillant à raison d’une heure par groupe de 15.

Le directeur de cette institution, frère Gouchy Désamour, dont l’institution a une pratique d’activités sportives, à loué le dynamise des moniteurs du COH dans la mise en œuvre de ce programme.

Il affirme que les enfants qui y participent sont plus réceptifs en classe et vivent mieux leur traumatisme du 12 janvier.

C’est une activité qui, dit-il, développe la capacité d’apprentissage de ces enfants dont la plupart sont des victimes du séisme du 12 janvier. Elle développe également chez eux l’esprit de compétition dans le sens positif du terme.

Il dit croire que tous les enfants devraient avoir la possibilité de participer à de telles activités et même si leur institution qu’ils fréquentent ne dispose pas d’espaces adéquats, il devrait pouvoir bénéficier d’un programme qui les aide à faire du sport dans d’autres endroits.

Le programme d’urgence, élaboré et exécuté par le COH trouve l’appui financier de l’organisation des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF).

Construit préalablement pour les enfants victimes du séisme vivant dans les camps de déplacés, il a été adapté aux écoliers après la réouverture des classes quoique toujours encours dans plusieurs camps de déplacés dans la capitale haïtienne aussi bien que dans plusieurs viles de province. Dodeley Orélus

.