FOOTBALL

DDDRKF8W0AA 3hB

Avec le sacre de la formation du Real Hope Academy, la ville du Cap s’affirme, de plus en plus, comme le bastion du football haïtien. À chaque rencontre des équipes locales, le parc Saint-Victor est démesurément rempli, ce qui montre l’urgente nécessité de doter la cité christophienne d’un stade de standard international.

Certaines villes du pays, dont Léogâne, Port-au- Prince, Saint-Marc et Cap- Haïtien, sont considérées, par certains mordus du football, comme la colonne vertébrale du football haïtien tant par leur régularité que par l’attraction créée dans les compétitions locales. Depuis 2015, la ville du Cap est en position de force avec trois trophées remportés sur cinq séries disputées. Lors de la série de clôture de la saison 2016, les trois équipes de la deuxième ville du pays étaient qualifiées pour les demi-finales des play-offs.

Depuis la date susmentionnée, le parc Saint Victor devient le principal centre d’attraction du football où les gens répondent grandement présents à chaque match des principales équipes de la ville, FICA, ASC, Real Hope Academy. Presqu’à chaque rencontre, le parc Saint Victor est surchargé. D’autres « Djo Kannel » qui veulent désespérément voir leur équipe, sont restés dehors.

Donc, il est impératif que la ville du Cap soit dotée d’un stade moderne capable d’accueillir les mordus capois. Plusieurs personnalités notamment des journalistes sportifs consultés, croient qu’en termes d’espace, Quartier Morin est le lieu idéal pour un tel projet. Avec trois clubs de première division et une population tournant autour d’un million de personnes, la ville du Cap est prête à accueillir un stade d’au moins 25,000 mille places.

Selon ces professionnels de la ville, une telle initiative aura, non seulement à rehausser davantage le football, mais encore à promouvoir l’économie. D’ailleurs, l’un des commerçants de la ville, qui a voulu garder l’anonymat, a fait savoir qu’un tel projet ferait de sa ville le centre touristique et commercial du pays.

« Le Nord est déjà une destination touristique très prisée grâce à la Citadelle, Labadee et d’autres sites. Si on y ajoute un stade, cela ferait du Nord, une zone économicotouristique incontournable pour le pays. D’autant que, les gens du Nord notamment ceux du Cap dépensent beaucoup plus d’argent lors des matches de football. C’est une population très attachée au football », affirme le Capois.

Toutefois, la construction d’un stade moderne au Cap-Haïtien, qu’il soit olympique ou pas, est exposée aux contraintes physiques et naturelles. Selon le directeur du bureau des mines et de l’énergie, Claude Préptit, la construction d’un stade au Cap nécessite des études approfondies.

« Il faut bien choisir l’endroit à construire, un type de construction approprié à l’espace choisi. Car, la ville du Cap est très exposée aux tremblements de terre, tsunamis, inondations et autres dangers. Les zones périphériques de la ville seraient idéales pour un tel projet », a brièvement affirmé le géologue.

 

Kenson Désir

.