×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

Au terme d’une saison fleuve, Diri Mega a survolé les Bongu -_T_tony_2013débats pour atteindre la grande finale de la 7e édition de l’ASHBAC. Il n’a qu’un objectif celui de s’adjuger le titre suprême. Pour y arriver, Mega doit franchir l’obstacle que constitue l’équipe championne en titre, Marché Ti Tony, solide en défense et efficace dans la ligne offensive. Quoique qu’il arrive, on connaîtra le vainqueur de la 7e édition de l’ASHBAC, ce samedi 9 mai 2016 au local du CFC, 7, Babiole. 

En six (6) participations, l’équipe de Marché Ti Tony a atteint la finale à quatre (4) reprises, et s’est imposée par deux (2) fois : 2010 et 2014. En face, Diri Mega, finaliste malheureux en 2013, disputera sa deuxième finale en quatre (4) participations. Cette année, Mega, principal outsider de la compétition, semble bien parti pour s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de la 7e édition de l’ASHBAC.

Joint au téléphone à la veille de cette grande finale, le Coordonnateur de l’ASHBAC invite les fans à prendre d’assaut l’antre du CFC : « Mis à part l’équipe championne et vice-championne, l’ASHBAC récompensera aussi le meilleur meilleur joueur de la finale et le meilleur entraîneur. Des surprises, il y en a, et les amants du basket corporatif sont invités en grand nombre, car nos sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Apollo All Stars, Global Home & Office Smart et SogeXpress promettent d’enchanter le cœur des fans, qui feront le déplacement à Babiole, # 7 », a expliqué Emmanuel Bonnefil.

Côté sécurité, il a fait savoir que tout est en ordre : « Pour cette finale, l’ASHBAC n’a rien pris et rien laissé à la légère. Ainsi, on est prêt à tous les points pour ce grand événement, qui passionne déjà le monde du basket haïtien. J’en profite pour remercier la Police nationale, les responsables des équipes, les acteurs, les officiels et les fans pour avoir donné permis à l’ASHBAC de grandir de jour en jour », a poursuivit le Coordonnateur.

Pour atteindre la grande finale, l’équipe championne en titre, double lauréate de la compétition, Marché Ti Tony (3e lors de la saison régulière) a écarté respectivement sur son passage, le CNE en ¼ avant de prendre la mesure des Produits Bongu en ½ finales. En face, Diri Mega (1e au terme de la saison régulière :  9 matches, 8 victoires et une défaite) a terrassé les équipes de SOGEBANK (lauréate en 2009) et Digicel (championne en 2011 et 2012), deux anciens vainqueurs de l’ASHBAC.     

Pour détrôner l’équipe de Marché Ti Tony, qui dicte depuis tantôt deux années ses lois dans le basket haïtien, et qui ne cesse d’embellir son palmarès, il va falloir que les dominicains (Juan et Ramirez) de Diri Mega soient en grande forme. Pour sa part, le meneur de jeu de Matché Ti Tony, Féguens Georges promet de faire des misères à la défense en face.  

Pour rehausser l’éclat de ce duel explosif et qui promet de faire des étincelles entre les deux meilleures équipes de la saison : Marché Ti Tony – Diri Mega, les responsables de l’ASHBAC invitent le troupe Caliente (Rép Dominicaine) et Let’s Dance à côté de DJ Explicit, Tabou Band 4x4 et Soul Rasta.

Samedi 9 mai 2015

Grande finale de l’ASHBAC, 7, Babiole

5h PM : Marché Ti Tony – Diri Mega : 

Add a comment

Omniprésent dans les activités de basket organisées Frag Antoine_Junior_Arbitre_de_Basket_bal-weblpar les responsables du CIBA et de l’ASHBAC ou de l’ASI et de SBL, Antoine Junior Fragé dit Piney, né à Port-au-Prince le 1e mai 1983 (32 ans), ex-joueur et dirigeant, et ancien assistant entraîneur, officie depuis tantôt cinq (5) ans comme arbitre. Acceptant volontiers de répondre aux questions de Ticket Sport, Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, en a profité pour retracer son parcours dans le monde du basket haïtien. Partons à la découverte de cet arbitre bourré de talents !

Sans crainte d’être démenti, le talentueux Piney, fait partie des tous meilleurs arbitres du basket haïtien. Très amical et toujours souriant, il s’est imposé dans le cœur des difficiles et exigents fans du basket en Haïti. Pas encore marié, Piney tarde encore à mettre au monde son premier né. A ce sujet, il a déclaré : « C’est un projet à long termes ».       

Le très sollicité Piney, a plusieurs cordes à son arc, en plus d’être arbitre, Piney, qui parle l’espagnol et l’anglais, est un technicien en électricité bâtiment. « J’ai un amour fou pour le basket. Sinon, je l’aurais déjà abandonné au regard de comportements des fans et parfois même de certains dirigeants. En Haïti, les arbitres ne sont pas bien traités. Pour être sincère avec vous, c’est en République Dominicaine que j’aie développé le grand amour pour l’arbitrage du basket. Là-bas, ils sont très respectés, et grâce à ce métier, ils peuvent gagner leur vie. En Haïti, c’est tout un monde de différence », a expliqué Piney.

Pour éradiquer ce problème, Fragé propose : « Il serait plus qu’important à ce que la Fédération Haïtienne de Basket épaule et encadre les arbitres. Moi, j’ai eu la chance de suivre plusiuers séminaires en Haïti. Du 10 juillet au 28 août 2004, j’ai été au Camp d’été organisé par Ecole de Basket Persévérence. Le 22 décembre 2004, j’ai pu décrocher un certificat au terme d’une séance de formation organisée par la FHB. Vous pouvez vérifier qu’à l’étranger aussi, j’ai obtenu pas mal de certificats. Par exemple, le 9 janvier 2012, j’ai suivi avec succès un séminaire au Colegio Coabasa (Rép Dominicaine) et le 13 janvier 2014, j’ai été à Cuba pour suivre une autre séance de formation de haut niveau. Autant dire, ce n’est pas un hasard, si on fait toujours appel à moi dans les grands tournois », a fait savoir Antoine Junior Fragé.

Comme tout autre arbitre, Piney a un modèle, le fameux arbitre dominicain, Robenson Aracena. Ce dernier est un icône chez nos voisins. « J’ai apprécie sa discipline, il rend beau la pratique du basket et tout le monde se sent à l’aise lorsqu’il est sur le paquet. Il est un icône dans son pays et pour toute la Caraïbe. En effet, grâce à son aide, j’ai été à Cuba. Présentement, il travaille pour que je passe très binetôt au Mexique l’examen de la FIBA. Malheureusement, en Haïti, il n’y a pas encore un comité exécutif aux commandes de la Fédé. Alors qu’en revanche, c’est la Fédé du pays, qui devrait en principe écire la FIBA. J’espère que tout sera entré dans l’ordre, et que le nouveau comité exécutif en question soit en mesure de voler aux secours des arbitres », a-t-il poursuivit.

Lancé dans le grand bain du basket par Darwin Rimpel, Miyagy et coach Shov, Fragé, alors assistant entraîneur au sein de l’ASBA en 2004, s’est montré très reconnaissant à l’égard de ses pairs. « C’est une occasion pour moi de montrer ma gratitude à l’égard de ces messieurs. Grâce à eux, j’ai brûlé toutes les étapes de cette discipline. J’ai été joueur avant d’être dirigeant et assistant entraîneur. Je n’ai pas pris d’assaut le basket. Je connais tous les détails sur cette discipline tant apprécié par mes compatriotes ».

Piney, qui a fait ses grands débuts comme arbitre en mars 2004, espère aller le plus loin possible dans ce métier. « J’ai 32 ans, peut-être, il me reste encore 10 ans. Au terme de ma carrière à 45 ans ou plus, il se peut que je devienne formateur d’arbitre. Pour qu’on ait de très bons arbitres, il faut qu’il y ait de compétitions de haut niveau. Ainsi, j’apprécie le projet de Patrick Washington lequel visant à implanter des sélections nationales dans le pays. Ce serait une très bonne chose pour le pays en général, mais pour nous, les arbitres en particulier », a-t-il conclu.   

Il est à signaler qu’ils ne sont pas nombreux, les arbitres haïtiens capable de diriger un match de basket sans faire trop de bévue. Antoine Junior Fragé dit Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, s’est mis en position de force pour redorer le blason du sport # 2 d’Haïti, le basket-ball, amputé jusque-là d’un comité exécutif à la tête de la fédé. 

Add a comment

Les équipes de Diri Mega et de Marché Ti Tony ont pris abasketrendez-vous pour le 9 mai 2015 au local de l’ASHBAC (7, Babiole) en vue de s’affronter dans le cadre de la grande finale de la 7e édition de la compétition baptisée par ses pairs : « le championnat de la ville ». Pour atteindre la dernière cape, les deux protagonistes ont en effet écarté respectivement en ½ finales le week-end écoulé les équipes de Digicel et de Produits Bongu.

Si la pluie avait contraint les responsables de l’ASHBAC de reporter le second match de la soirée du samedi 25 avril celui devant mettre aux prises : Marché Ti Tony aux Produits Bongu. Les milliers de fans, qui avaient pris d’assaut l’antre de l’ASHBAC, se sont bien amusés en assistant à un duel très attendu entre la Digicel et Diri Mega.

En effet, après avoir écarté, la SOGEBANK en ¼ de finale, le principal outsider du championnat de l’ASHBAC cette année, Diri Mega a fait une nouvelle victime. Conduite par le Dominicain, Santos Martinez « on fire », 26 points et très présent dans le jeu défensif de son équipe, Diri Mega a créé une petite surprise en écartant la Digicel, double lauréate de l’ASHBAC (2011 et 2012). D’ailleurs, ce match comptant pour les ½ finales, a été le remake de la grande finale perdue justement par l’équipe de Mega face aux rouges, qui étaient en état de grâce pendant les deux années post-séisme.

Ainsi, pour une deuxième fois, trois ans après avoir atteint la grande finale (2012), Diri Mega, qui s’est imposé sur le score de (98-96) face à Digicel, s’est offert une place en finale. L’objectif de l’équipe chère à Angélique Salomon est de remporter le trophée suprême. Pour y arriver, elle doit être en mesure de prendre la longueur de la solide et coriace équipe de Marché Ti Tony, double lauréate de l’ASHBAC.

Parlant justement de Marché Ti Tony, on y reste. Il y a de cela deux ans, la bande à Anthony Bennett ne cesse de dicter ses lois dans les différentes compétitions de basket organisées à tavers la zone métropolitaine. Auréolée de trois titres : ASHBAC 2014, SBL 2014 et championne du tournoi d’Adidas, décembre 2014, l’équipe de Marché Ti Tony, véritable machine à gagner, n’a laissé aucune chance aux hommes de Produits Bongu. Ce dernier, battu en finale à trois reprises par les protégés de coach Lily, s’est une nouvelle fois incliné. Malgré le changement d’entraîneur et certains ajustements opérés par les dirigeants, Bongu n’arrive pas à vaincre le signe indien. Au contraire, il s’est laissé écarter pour quatre unités (79-75).

En grande forme depuis le lancement des play-offs, Santos Martinez (Diri Mega) a été le joueur le plus en vue dans la dernière ligne droite de la compétition. Avec ses 26 points, il a été le grand bourreau de Digicel. Autre joueur ayant brillé pendant les ½ finales, Féguens Georges. Le meneur de Marché Ti Tony a planté 17 points dans la victoire des siens face aux Produits Bongu.   

Pour atteindre la grande finale, l’équipe de Diri Mega, qui avait terminé la saison régulière à la deuxième place, avait éliminé respectivement deux anciens vainqueurs de l’ASHBAC : SOGEBANK et Digicel. Pour sa part, le tenant du titre, Marché Ti Tony n’a eu trop de difficultés pour venir à bout de CNE avant de prendre la mesure des Produits Bongu.

Au-delà des deux ½ finales, les amants du ballon orange en ont profité pour d’abord : rincer leurs yeux, shows de danse avec Robo et Let’s Dance, ensuite pour danser au rythme de DJ Soundesign, Tabou Band 4x4 et Soul Rasta, et enfin pour s’emparer des cadeaux offerts par les sponsors de l’ASHBAC : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, Global Home & Office Smart, SogeXpress et Apollo All Stars.   

Il est à signaler qu’au départ, elles étaient exactement une dizaine, les équipes qui avaient pris part au lancement et au coup d’envoi de la 7e édition du championnat de l’ASHBAC. Mais à l’arrivée, une seule s’adjugera le trophée suprême celui récompensant l’équipe championne de la compétition. Pour l’instant, deux équipes se sont invitées dans la grande fête du basket corporatif, qui aura lieu le 9 mai. Ce sont, le Marché Ti Tony, lauréat de l’ASHBAC en 2010 et 2014, et le finaliste de la compétition en 2012, Diri Mega. 

Résultats des ½ finales de l’ASHBAC

Samedi 25 avril 2015

Diri Mega – Digicel : 98 – 96, Santos Martinez 26 points

Dimanche 26 avril 2015

Marché Ti Tony – Produits Bongu : 79 – 75, Féguens 17 points

Grande finale

Samedi 9 mai 2015

Marché Ti Tony – Diri Mega : 

Add a comment

Trois sur les quatre anciens champions de l’ASHBAC,digicel sogebank la Digicel (2011 et 2012), les Produits Bongu (2013) et le Marché Ti Tony (2010 et 2014) se sont hissés en ½ finales le week-end écoulé. Exception faite pour la SOGEBANK (2009), écratée contre toute attente par le principal outsider de la compétition, Diri Mega.

La belle aventure de la SOGEBANK a été stoppée par l’équipe de Diri Mega. Avant ce duel, la doyenne de la compétition restait pourtant sur une série de quatre matches pour autant de victoires. Cependant, face à Mega, Elminice Isnold et les siens, ont échoué au pied du mur (99-82). Malgré tout, le meilleur scoreur de cette édition, en a profité pour ajouter 27 points à son grand total. En face, Santos Martinez, l’un des deux dominicains de Mega, a bien répondu en inscrivant 20 unités pour guider son équipe en ½ finale.

A la recherche depuis 2012 du trophée récompensant l’équipe championne de l’ASHBAC, Diri Mega (finaliste de la compétition en 2012) sera aux prises à Digicel. Les deux équipes partagent le même local (Turgeau). En effet, les rouges ont validé leur billet en mettant hors d’état de nuir son grand rival, la Natcom. Ce dernier reste pourtant sur deux victoires de suite face à Digicel. Très en jambe, les bleus, sur papier, avaient les faveurs des pronostics. Cependant, sur le terrain ça s’est très mal passé puisqu’ils ont mordu la poussière.

Dès le coup d’envoi de la rencontre, les deux adversaires ne veulent visiblement pas faire de cadeau. Ainsi, le jeu défensif prime sur le jeu offensif. En effet, tout au long de la rencontre, les deux protagonistes restent au coude à coude. Il n’y a pas eu un joueur, qui s’est distingué vraiment, car on a opté des deux côtés pour le jeu collectif. Avec 11 points, Ronald Mérat (Digicel) termine meilleur scoreur de la rencontre. Contre toute attente et au bout du suspense, la Natcom a chuté pour un point d’écart (63-62). Le signe indien est vaincu, ainsi, la Digicel va essayer de s’adjuger son troisième titre dans la compétition.

Pour le reste, sans surprise, les champions en titre on fait une bouchée de CNE (89-69) avec 17 points de Féguens Georges. Les Produits Bongu ont fait une bouchée de la Police nationale (81-74). Avec 24 points, Didier Dutélier a été le grand bonhomme de la soirée de Bongu, en quête de rééditer l’exploit de 2013. Il sera opposé à sa bête noire, le Marché Ti Tony.          

Auréolé de son trophée de « meilleur scoreur » de la première partie de la 7e édition de l’ASHBAC, Elminice Isnold, n’a pas été en mesure d’éviter l’élimination de son équipe. Malgré tout, le # 14 de la SOGEBANK a été le joueur le plus en feu du dernier week-end de l’ASHBAC avec 27 points inscrits. Suivent, le pivot des Produits Bongu, Didier Dutélier (24) points, le Dominicain de Diri Mega, Santos Martinez, 20 unités, et avec respectivement 17 et 11 points, Féguens Georges, Marché Ti Tony et Ronald Mérat, Digicel.

Les ½ finales sont programmées pour ce samedi au local de l’ASHBAC, #7, Babiole. Le duel des champions mettra aux prises à 7h, l’équipe des Produits Bongu face à celle de Marché pour une sorte de remake des deux dernières finales perdues par Bongu dans les championnats organisés par l’ASHBAC et la SBL. En première partie, la Digicel en quête de rachat se mesurera à son homologue de Diri Mega. Finaliste en 2012, les protégés de Toulky Vincent n’ont qu’un objectif celui de s’adjuger le trophée récompensant l’équipe championne de cette édition. Pour y arriver, l’équipe de Mega aura du pain sur la planche.

Signalons qu’ils étaient milliers, les fans du ballon orange, qui avaient pris d’assaut l’antre de l’ASHBAC pour assister aux matches comptant pour les ¼ de finales. Peu importe l’issue des matches, ils ont été gâtés par les sponsors : Digicel, SOGEBANK, Diri Mega, Marché Ti Tony, Delco Kubota, SogeXpress, Caribex (Apollo All Stars), Global Home & Office Smart. 

Résultats des ¼ de finales

Samedi 18 avril 2015

Diri Mega – SOGEBANK : 99-82 Santos Martinez, 20 points

Marché Ti Tony – CNE : 89-69 Féguens Georges, 17 points

Dimanche 19 avril 2015

Produits Bongu – PNH : 81-74 Didier Dutélier, 24 points

Digicel – Natcom : 63-62 Ronald Mérat, 11 points

Calendrier des ½ finales

samedi 25 avril 2015

5h : Digicel – Diri Mega :

7h : Produits Bongu – Marché Ti Tony : 

Add a comment

A chaque draft, les équipes de la NBA se bousculentTicket1295 Cover et s’entredéchirent à la recherche de la perle rare. Et si cette perle rare pour l’édition 2016 était un Haïtien ? En effet, Skal Labissière, né à Port-au-Prince le 18 mars 1996 (19 ans), partira en pôle position dans une liste de plus de 100 postulants. L’ancien élève du Collège Canado-Haïtien fait rêver déjà le monde du basket : les équipes de la NBA et certains pays, qui font le forcing pour l’attirer dans leurs filets. Coup de projecteur sur ce gamin en or, pur produit de l’ASI et du CIBA.

Qui est Skal Labissière ?

Il est l’un des nôtres, le premier garçon de la famille Labissière. 2-Skal-Labissiere441Ses parents vivent encore en Haïti. Il a fait ses débuts au Collège Canado-Haïtien, qui participait alors dans les championnats scolaires organisés respectivement par le CIBA et l’ASI. Il mesure 2 mètres 16 et joue au poste de power forward. A en croire, la presse spécialisée américaine (basket), Skal a le potentiel pour révolutionner ce poste. Autant dire, ce n’est pas pour rien qu’il sera le #1 du prochain draft de la NBA en 2016. Présentement, Skal étudie à Lausanne Collegiate school et son équipe actuelle porte le nom de Bluff City Legends, HS Senior.

Skal et l’après-séisme

Au nombre des survivants du séisme qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010, Skal Labissière. Ce dernier, qui avait largement contribué au passé glorieux de l’équipe de basket du Collège Canado-Haïtien dans les championnats scolaires à Port-au-Prince, a laissé le pays six (6) mois après la catastrophe, à destination des Etats-Unis d’Amérique.

Comment y a-t-il procédé ? En effet, sa taille impréssionnante (2m16), son jeu de jambe, sa polyvalence, son habileté et sa présence, ont vite tapé à l’œil des responsables de Power Forward International. Ainsi, Valméra Pierre dit Titanic a entrépris des demarches via son premier coach, Carl Johnny Guerrier, plus connu sous le nom de coach John, pour l’envoyer jouer et surtout s’entraîner dans un Collège aux USA, et cela, grâce au programme « Sports et Etudes » de son organisation, le Power Forward International.Skal Labissiere 

Pour répéter un proche de Skal, le basket-ball n’a pas été sa discipline sportive de prédilection, il avait plutôt démontré une certaine aptitude pour le tennis et pour le football, le sport du pays. Cependant, il y avait un coach, qui par-dessus tout, a vu juste en menant un long combat de quoi convaincre les parents de Skal de pousser leur às’adonner à la pratique active du basket « En réalité, ça n’a pas été trop difficile puisque Skal est issu dans une famille sportive. De concert avec ses parents, j’ai pu l’entraîner. Et lorsque, j’ai été contacté par Titanic, j’ai été persuadé qu’il allait accomplir quelques de grandiose aux USA », a témoigné Carl Johnny Guerrier. 

Skal et ses débuts au pays de la NBA

Nous sommes alors en juillet 2010, Skal (14 ans) a laissé la capitale haïtienne à destination de Memphis pour intégrer Evangelical Christian School. Il n’a pas mis trop de temps pour se faire remarquer. Ainsi, il s’est mis en évidence en faisant apprécier sa vision du jeu, ses qualités techniques, tactiques et sa polyvalence. Il y aura passé très peu de temps là-bas. En 2014, le très respecté journal USA Today a écrit au sujet de Skal : « Ce gamin en or a des potentiels énormes pour jouer dans la NBA avant 2017 ». 

Skal et la presse mondiale

Récemment, le prestigieux média en ligne : « yahoo sports » a présenté Skal comme le futur # 1 du draft 2016, article repris par plusieurs sites francophones faisant la promotion de la NBA dont  « Session basket », sport24 et autres. Tous ces médias ne font que répéter la presse américaine. ESPN.COM avait déjà présenté Skal comme le futur grand maître de la NBA, même cas de figure pour DX DraftExpress et draftNBA.com. Les utilisateurs de ces sites peuvent vérifier le top 5 de la draft 2016 : Skal Labissière (# 1), Jaylen Brown (#2), Ben Simmons (#3), Malik Newman (#4) et Henry Ellenson (#5). Le 11 avril en cours dans le « Nike Hoop Summit Final Recap », Skal a fait un match, salué par toute la presse américaine. En 27 minutes, il s’est distingué en inscrivant 21 points, réussissant 9 sur 15 tirs tentés, six (6) bolcs et six (6) rebonds.  

A propos de Skal, ils ont témoigné

« Skal a certainement joué au CIBA. Skal-Labissiere 455Je ne suis pas étonné de le voir briller au plus haut niveau, a expliqué Emmanuel Bonnefil, Coordonnateur du CIBA. Abondé dans le même sens, Jasson Valbrun  estime que : c’est une très bonne chose pour le pays d’avoir compté Skal dans ses rangs. Lesly Desjardins dit coach Shov dit : J’avais eu la chance d’entraîner son petit frère, mais Skal a été phénoménal depuis qu’il était en Haïti. L’arbitre Fragé Antoine Jr  n’est pas en reste : Je n’avais pas eu la chance de sifler dans un match que joue Skal. Que je sache, il était toujours brillant depuis son jeune âge. Même son de cloche pour le coach Gaby Désir : Il était le protégé de coach John. Contre mes équipes, Skal avait toujours bien joué et ce n’est pas une surprise pour moi s’il arrive à éclater aux USA. Il est un exemple à suivre. Pour Jean Bernard Georges dit JB : Skal n’a été ni le 10e ni le 15e talent envoyé par PFI aux USA. On est fier de lui. J’en suis persuadé qu’il y aura d’autres jeunes comme lui pouvant faire parler du pays à l’échelle internationale. Savez-vous que la République Dominicaine fait présentement beaucoup d’efforts pour convaincre Skal ? Je me garde de citer le nom des autres pays ».  

Joint au téléphone depuis les USA, Titanic s’est dit fier de Skal. « Le travail effectué par Power Forward International n’est pas en vain. C’est une preuve très claire, si on avait l’appui des secteurs vifs du pays en général et l’Etat en particulier, on ferait beaucoup de choses positives. A part Skal, je tiens à signaler que ces deux joueurs issus d’Haïti : Hérard Sneijder, ancien élève du Collège Nouvelle Lune, il se peut qu’il soit drafté dans un an, et Djerry Jean-Baptiste, qui évolue à Wilbraham & Monson Academy en Floride, sera lui aussi drafté dans deux ans ».  

N’en doutez pas, en Haïti, il y a d’autre Skal Labissière. Pour que Skal devienne ce qu’il est aujourd’hui, il a fallu l’organisation du championnat du CIBA et d’ASI, la clairvoyance de coach John et le travail assidu des dirigeants de Power Forward International.

Que font l’Etat et le secteur privé haïtien dans tout cela ? La réponse est connu de tous : RIEN. A ce sujet, vous, autorités étatiques, vous, membres du secteur commercial du pays : cessez de nous mentir. Il est temps à ce que vous sachiez qu’Haïti est un pays essentiellement culturel et sportif, et non agricole ou tout autre. Pour développer ce petit dont nous chérissons tous, il fallait qu’on s’y mette ensemble, car Haïti devrait être le maître mot, et non le moi.

Allez Skal Labissière, le pays attend beacoup de vous !

 

 

 

 

 

Légupeterson Alexandre Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  

Add a comment

Dans une note de presse en date du 13 avril 2015, abasketle Conseil électoral chargé de réaliser les élections à la tête de la Fédération Haïtienne de Basket-ball (FHB) tient à apporter une rectification suite aux difficultés rencontrées par les potentiels candidats à obtenir un certificat de « bonne vie et mœurs » auprès de la Direction générale de la Police judiciaire (DCPJ). Ainsi, le Conseil décide que cette pièce n’est pas exigible lors du dépôt de candidature d’un cartel.

En outre, le Conseil électoral rappelle que ce vendredi 17 avril 2015, midi, est la date limite pour le dépoôt des pièces des différents cartels et, des Ligues qui sont habilités à voter le jour des élections sont : Belladère, Cayes, Cap-Haïtien, Delmas, Gonaïves, Hinche, Jacmel, Léogâne, Miragoâne, Mirebalais, Ouanaminthe, Petit-Goâve, Port-au-Prince, Port-de-Paix, Saint-Marc et Trou-du-Nord.

Afin de faciliter le bon déroulement des élections, le conseil électoral informe le grand public que le jour des élections, prévues pour ce samedi 25 avril à 9h (AM) au local du COH, seul deux membres par Ligue, sept membres par cartel et les journalistes accrédités auront accès à la salle.

Jean Bernard Georges, Secrétaire général du conseil 

Add a comment

C’est en présence de la grande famille du basket Isnoldcorporatif haïtien que l’ASHBAC a pu réaliser le mercredi 15 avril 2015 à la salle « Ayisan » de Marriott Hôtel (Turgeau), la cérémonie de remise de plaques d’honneur et de prix aux meilleurs joueurs, meilleurs scoreurs et aux personnalités qui ont contribué grandement à la réussite de la première partie de la 7e édition de son championnat, baptisé : « ASHBAC, le championnat de la ville ».

Ont pris part à cette cérémonie déroulée dans une ambiance conviviale, d’abord : les représentants de certains sponsors : le PDG et le Sponsorship de la Digicel, Marteen Bute et Lionel Benjamin Junior, les responsables de Diri Mega, Angélique Salomon et Claude Weil, d’Apollo All Stars, Wallace Franck, de la SOGEBANK, Alexandrah Roumain et Johanne Nicolas. Puis, les arbitres devant officier dans les play-offs, Fragé Antoine Jr, Marie Marthe Jean et les deux dominicains, Fabio Reyes et Noel Monegro. Ensuite, certains grands mordus du basket haïtien : l’ex-président de la FHB et vice-président du COH, Dr Claude Démesmin, Frantz Lèrebours (porte-parole de la PNH). Enfin, les dirigeants de l’ASHBAC. Citons entre autre : le Coordonnateur général, Emmanuel Bonnefil, la Secrétaire générale, Inolla Cazeau, le Trésorier, Jacques Cazeau Fils et les membres, Frederick Défay, Hérold Joseph et Serge Albert.    

Au nombre des personnalités ayant réçu une plaque d’honneur, Patrick Dumonay (Produits Bongu), Ralph Jean Joseph (Diri Mega), Raphaël Féquière (Le Nouvelliste) et les deux entraîneurs : Jackson Pierre (PHN) et Evens « Lily » Gédéon (Marché Ti Tony). Pour sa part, le coordonnateur de l’ASHBAC, Emmanuel Bonnefil a réçu entre les mains des responsables de la SogeXpress une plaque d’honneur couronnant le travail positif qu’il a pu effectuer dans le monde du basket scolaire et corporatif haïtien.

Quatre des sponsors de l’ASHBAC ont été à l’honneur. Ce sont respectivement la Digicel, la SOGEBANK, Diri Mega et Marché Ti Tony. Les trois premiers cités se sont vus décerner successivement une plaque d’honneur. En revanche, Anthony Bennet, propriétaire de Marché Ti Tony, a été lui récompensé par un ballon de basket.

Avec une feuille de statistique impréssionnate : 284 points, 15 passes, 26 rébonds et 16 steals, le meneur de jeu de la SOGEBANK, Elminice Isnold s’est emparé du trophée récompensant le meilleur scoreur de la première partie de la 7e édition de l’ASHBAC. En revanche, c’est le pivot de la Police nationale, Robenson Estelhomme (172 points, 11 passes, 63 rebonds et 16 steals) qui a été désigné le meilleur joueur de l’ASHBAC. Ils ont chacun d’eux reçu des récompenses de la part des différents sponsors de l’ASHBAC.

Les ¼ de finales de l’ASHBAC se joueront les samedi 18 et dimanche 19 avril. Lors de la première journée, la doyenne de la compétition, la SOGEBANK, qui reste sur une série de quatre victoires de suite, affrontera l’équipe de Diri Mega, auteur d’un début de saison époustouflante avec ses deux dominicains, et le tenant du titre, Marché Ti Tony défiera l’imprévisible équipe du CNE. En dimanche, la formation des Produits Bongu, en quête de rachat en découdra à l’équipe de la Police nationale, et le choc très attendu verra s’affronter les deux compagnies de téléphonie mobile en Haïti : la Digicel face à la Natcom. Ce sera le troisième match entre les deux protagonistes. Avant ce duel qui promet de faire des étincelles, la Natcom mène par (2-0) et promet de réaliser la passe de trois : « Jamais deux sans trois » répètent les responsables des bleus, mais ceux des rouges promettent de vendre chèrement leur peau.

Signalons presqu’à l’unissons, les représentants des sponsors présents à Marriott Hôtel ce mercredi 15 avril lors de la cérémonie de remise de trophées et de primes aux meilleurs scoreurs et aux meilleurs joueurs de la première partie de la saison, ont fait éloge des activités de l’ASHBAC. Ils en ont profité pour manifester voire confirmer leur participation en tant que « sponsors et équipes » devant prendre part l’an prochain à la 8e édition de l’ASHBAC. 

Add a comment

Plus d'articles...

.