×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

BASKETBALL

Omniprésent dans les activités de basket organisées Frag Antoine_Junior_Arbitre_de_Basket_bal-weblpar les responsables du CIBA et de l’ASHBAC ou de l’ASI et de SBL, Antoine Junior Fragé dit Piney, né à Port-au-Prince le 1e mai 1983 (32 ans), ex-joueur et dirigeant, et ancien assistant entraîneur, officie depuis tantôt cinq (5) ans comme arbitre. Acceptant volontiers de répondre aux questions de Ticket Sport, Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, en a profité pour retracer son parcours dans le monde du basket haïtien. Partons à la découverte de cet arbitre bourré de talents !

Sans crainte d’être démenti, le talentueux Piney, fait partie des tous meilleurs arbitres du basket haïtien. Très amical et toujours souriant, il s’est imposé dans le cœur des difficiles et exigents fans du basket en Haïti. Pas encore marié, Piney tarde encore à mettre au monde son premier né. A ce sujet, il a déclaré : « C’est un projet à long termes ».       

Le très sollicité Piney, a plusieurs cordes à son arc, en plus d’être arbitre, Piney, qui parle l’espagnol et l’anglais, est un technicien en électricité bâtiment. « J’ai un amour fou pour le basket. Sinon, je l’aurais déjà abandonné au regard de comportements des fans et parfois même de certains dirigeants. En Haïti, les arbitres ne sont pas bien traités. Pour être sincère avec vous, c’est en République Dominicaine que j’aie développé le grand amour pour l’arbitrage du basket. Là-bas, ils sont très respectés, et grâce à ce métier, ils peuvent gagner leur vie. En Haïti, c’est tout un monde de différence », a expliqué Piney.

Pour éradiquer ce problème, Fragé propose : « Il serait plus qu’important à ce que la Fédération Haïtienne de Basket épaule et encadre les arbitres. Moi, j’ai eu la chance de suivre plusiuers séminaires en Haïti. Du 10 juillet au 28 août 2004, j’ai été au Camp d’été organisé par Ecole de Basket Persévérence. Le 22 décembre 2004, j’ai pu décrocher un certificat au terme d’une séance de formation organisée par la FHB. Vous pouvez vérifier qu’à l’étranger aussi, j’ai obtenu pas mal de certificats. Par exemple, le 9 janvier 2012, j’ai suivi avec succès un séminaire au Colegio Coabasa (Rép Dominicaine) et le 13 janvier 2014, j’ai été à Cuba pour suivre une autre séance de formation de haut niveau. Autant dire, ce n’est pas un hasard, si on fait toujours appel à moi dans les grands tournois », a fait savoir Antoine Junior Fragé.

Comme tout autre arbitre, Piney a un modèle, le fameux arbitre dominicain, Robenson Aracena. Ce dernier est un icône chez nos voisins. « J’ai apprécie sa discipline, il rend beau la pratique du basket et tout le monde se sent à l’aise lorsqu’il est sur le paquet. Il est un icône dans son pays et pour toute la Caraïbe. En effet, grâce à son aide, j’ai été à Cuba. Présentement, il travaille pour que je passe très binetôt au Mexique l’examen de la FIBA. Malheureusement, en Haïti, il n’y a pas encore un comité exécutif aux commandes de la Fédé. Alors qu’en revanche, c’est la Fédé du pays, qui devrait en principe écire la FIBA. J’espère que tout sera entré dans l’ordre, et que le nouveau comité exécutif en question soit en mesure de voler aux secours des arbitres », a-t-il poursuivit.

Lancé dans le grand bain du basket par Darwin Rimpel, Miyagy et coach Shov, Fragé, alors assistant entraîneur au sein de l’ASBA en 2004, s’est montré très reconnaissant à l’égard de ses pairs. « C’est une occasion pour moi de montrer ma gratitude à l’égard de ces messieurs. Grâce à eux, j’ai brûlé toutes les étapes de cette discipline. J’ai été joueur avant d’être dirigeant et assistant entraîneur. Je n’ai pas pris d’assaut le basket. Je connais tous les détails sur cette discipline tant apprécié par mes compatriotes ».

Piney, qui a fait ses grands débuts comme arbitre en mars 2004, espère aller le plus loin possible dans ce métier. « J’ai 32 ans, peut-être, il me reste encore 10 ans. Au terme de ma carrière à 45 ans ou plus, il se peut que je devienne formateur d’arbitre. Pour qu’on ait de très bons arbitres, il faut qu’il y ait de compétitions de haut niveau. Ainsi, j’apprécie le projet de Patrick Washington lequel visant à implanter des sélections nationales dans le pays. Ce serait une très bonne chose pour le pays en général, mais pour nous, les arbitres en particulier », a-t-il conclu.   

Il est à signaler qu’ils ne sont pas nombreux, les arbitres haïtiens capable de diriger un match de basket sans faire trop de bévue. Antoine Junior Fragé dit Piney, qui rêve de devenir arbitre international de la FIBA, s’est mis en position de force pour redorer le blason du sport # 2 d’Haïti, le basket-ball, amputé jusque-là d’un comité exécutif à la tête de la fédé. 

.