BASKETBALL

Privé, et ce, depuis fort longtemps d’une structure abasketoù l’on peut apprendre les abécédaires du sport (toutes disciplines confondues), Haïti est doté désormais d’une « Ecole de formation professionnelle du sport ». L’annonce officielle a été faite le jeudi 10 avril 2014 lors d’une conférence de presse tenue à la Coupole restaurent, Delmas 71 par l’Entrepreneur, Entraîneur de niveau 3 certifié par la FIBA, Jasson Valbrun et de l’ancien Directeur technique national, Professeur de basket-ball, Bernard « Tashi » Daniel.

Pour rehausser l’éclat de cet événement (la création et l’ouverture de la première Ecole des Professionnels du Sports), les deux compères Valbrun et Daniel ont eu le support du président de la Fédération haïtienne de basket-ball, Claude Démesmin lors de la conférence de presse donnée à la Coupole. Ce dernier (Démesmin) a été la cible des confrères qui en ont profité pour lui questionner sur la gestion de sa fédération.

En effet, l’EFOPROS (Ecole de formation professionnelle du sport) se propose de dispenser des cours de formation à l’intention des futurs propriétaires de clubs, des dirigeants, entraîneurs, arbitres, officiels, statisticiens ou tous autres techniciens nécessaires à la pratique du sport. Elle est aussi ouverte à toutes les disciplines sportives. « De façon formelle, on a pu contacter les responsables de plusieurs entités sportives. Ainsi, on est persuadé que l’EFOPROS va avoir la participation et l’apport des fédérations nationales concernées », a déclaré Jasson Valbrun.

Pour Jasson, l’EFOPROS n’est autre qu’une nécessité en vue de la pratique du sport de haut niveau en Haïti : « Vous imaginez en 2008, Tashi avait réalisé une étude selon laquelle, Haïti se trouvait dans l’obligation d’avoir 700 entraîneurs pour faciliter la pratique du basket dans les écoles. A ce stade, rien n’est encore fait. On est désormais en 2014. Six (6) ans plus tard, il est quasi certain qu’on en aura besoin plus. D’où la nécessité pour qu’il y ait une entité sportive capable d’enseigner et de participer à la formation de ces cadres », dixit Valbrun.

Bernard « Tashi » Daniel pour sa part, a annoncé l’arrivée d’un expert canadien pour dispenser les cours : « A côté de la connaissance sur une discipline sportive donnée, il est indispensable à ce qu’un professionnel du sport ait certaines notions, telles : la psychologie du sport, la physiologie du sport, le premier soin, le leadership, l’éducation physique (cours en tronc-commun). La technique d’enseignement est aussi importante que celle appliquée par les athlètes dans les rencontres », a fait savoir Tashi qui annonce l’arrivée ce dimanche 13 avril à Port-au-Prince du coach Canadien, Jerry Néré, membre du Programme National de Certification des Entraîneurs et l’entraîneur, Antoine Joseph. Ajoutant : « Ce dernier (Joseph) est un haïtien qui avait joué pro au Chili, en Argentine et aux USA. Il aura à enseigner les fondamentaux du sport, un cours très important dans la pratique du sport de haut niveau ».

Pour prendre part à ces cours, l’EFOPROS exige à ce que l’intéressé soit affilié à un club, ait une compétence sur le domaine de l’informatique, ait une capacité intellectuelle avancée et dispose d’une équipe rien que pour mettre en pratique ce qu’il a pris à l’école. « On va commencer avec le basket. Ce sera chose faite avec les autres disciplines dans les jours qui viennent. Ainsi, on va avoir une génération composée de nouveaux entraîneurs professionnels. Ce sera un cycle d’une durée de deux (2) ans. On va avoir quatre (4) sessions de six (6) mois. A la fin de chaque session, on décernera un certificat de niveau respectivement (1, 2 et 3) aux personnes qui passent avec succès les cours enseignés. Après les deux (2) années, l’EFOPROS aura à délivrer à chaque personne un diplôme reconnu respectivement par la FHB et la FIBA. Ceux qui ont déjà un certificat de niveau 1 ou 2, n’auront pas besoin d’un autre certificat », a expliqué Bernard « Tashi » Daniel.

A en croire Jasson Valbrun, certaines institutions du pays et des écoles (ayant une équipe de basket) sont dites prêtes à apporter leur aide financière, et ce, pour permettre à leur entraîneur de payer les frais d’inscription : 2,500 à Slam Dunk (Delmas 50, # 428 et téléphone, 28131629) et les frais mensuels que sont : 1,500 gourdes. « Pour l’instant, le feedback est positif. Il est fort possible à ce que les cours débuteront avec une dizaine de personnes », dixit l’homme fort de l’ASI et de SBL.       

Il est à signaler que l’EFOPROS ouvre ses portes le lundi 14 avril. Les cours relatifs aux domaines académiques et informatiques seront dispensés au Quisqueya Christian School et les travaux sur le terrain auront lieu sur le terrain du Centre Sportif Dadadou.

.