×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

BASKETBALL

Le Karibe Convention Center a été le dimanche 22 décembreemmanuelbonnefil ciba écoulé le théâtre d’un événement majeur, les festivités marquant les 25 ans du CIBA dans lesquelles des hautes personnalités dans le monde du sport, des affaires et de la politique avaient pris part, et ce pour rehausser l’éclat de cette fête sportive. Deux semaines après, le Coordonnateur du CIBA s’est dit satisfait en faisant le bilan des activités réalisées par son institution. Emmanuel Bonnefil dans les colonnes de Ticket Sport ! 

Ticket Sport: Vous venez de mettre grandiosement un terme aux festivités marquant les 25 ans du CIBA. Alors, êtes-vous satisfait ?

Emmanuel Bonnefil : Je suis entièrement satisfait, et ce, pour diverses raisons. D’abord, pour avoir l’aide financière des instances comme Sogebank, Digicel, Diri Méga et Lait Alaska. Vous savez en Haïti pour avoir l’aide de ces instances, il fallait à ce que tu fasses un travail extraordinaire dans le milieu sportif. Puis, des Responsables d’écoles tels, maître Gérard Gourgue et autres- ne cessent de nous confier leurs élèves en vue de la réalisation régulière de nos différents tournois. Ensuite, je peux vous avouer sans crainte d’être démenti, CIBA a eu tout ce succès grâce à la presse sportive et les médias évidemment. Et finalement, mes collaborateurs, les fans et la Police nationale d’Haïti ont apporté leur pierre dans la construction de cette institution qui a pu atteindre un quart de siècle. A côté de tout cela, nous disposons d’un terrain répondant aux normes internationales et un site Internet rien que pour vulgariser les informations à travers le monde.

TS : Gérard Gourgue justement eut à dire que le CIBA fait partie des institutions qui méritent une attention spéciale de la part des autorités étatiques vu qu’il se mette à réaliser des activités stimulant la jeunesse du pays de se divertir sainement. Partagez-vous cet avis ?

EB : Il est important à signaler que ces mots sont de maître Gourgue. D’autres personnes font également le même commentaire. Cependant, le courant ne passe toujours pas entre le CIBA et l’Etat haïtien.  Il est vrai que le Ministre des Sports, Magalie Adolphe Racine a fait un petit geste au CIBA l’an dernier, mais ça ne sert vraiment à rien vu que l’importance et le coût des activités annuelles que nous organisions (Tournoi de l’Unité dans six catégories, championnat national dans la catégorie et basket-ball de plage) sans oublier le périple de la sélection du CIBA dans les différentes villes de provinces.        

TS : Avoir l’aide financière des sponsors comme Sogebank, Digicel, Diri Méga et Lait Alaska sous-entend que le CIBA ait les moyens de sa politique ?

EB : La Sogebank n’est autre que notre premier sponsor, et ce, depuis huit ans, mais notre sponsor officiel est la Digicel. Cela veut dire que cette dernière en termes de dépenses d’argent, joue un rôle primordial dans l’existence et dans la réalisation des activités du CIBA. Suivent, Diri Méga et Lait Alaska, dernier en date. Les gens doivent savoir que pour réaliser une journée de basket-ball, il vous faut les arbitres, un groupe électrogène, un ou deux DJs, des fois un band Rara et des artistes invités. Autant dire, tout cela exige un coût sans oublier l’achat de ballons et un petit personnel à payer. Autrement dit, le CIBA attend encore l’apport d’autres maisons de la place. Cependant, nous tenons grandement à remercier Sogebank, Digicel, Diri Méga et Lait Alaska pour nous avoir fait confiance.

TS : Comment gérer plus de sept cent (700) écoliers issus dans (44) écoles et dans six (6) catégories différentes ?

EB : Nous avons rappelé lors de notre premier tournoi en 1988, ils étaient d’bord au nombre de quatre (4) les écoles participantes. Puis, une vingtaine. Ensuite, tout récemment soit en 2013 une trentaine. Finalement, cette année on est à (44) écoles. On est habitué, il est vrai cela demande plus de bras et de concentration. On est plutôt heureux de travailler à ce que tout se passe bien et sur papier est en place pour qu’on ait une année de basket scolaire réussie. En passant, je rappelle qu’on va devoir reprendre avec nos activités après le 12 janvier.

Ticket Sport : On est en 2014, votre mot final ?

Emmanuel Bonnefil : Je souhaite à toutes et à tous les vœux de bonheur et de prospérité. Avec les sponsors du CIBA, nous allons offrir beaucoup de cadeaux aux amants du ballon orange et tant d’autres surprises les sont réservées. Une nouvelle fois, je réitère mes remerciements à Sogebank, Digicel, Diri Méga et Lait Alaska, les médias, les amis du CIBA et la presse sportive.

.