×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

BASKETBALL

Le 9 mai dernier ramenait le 25e anniversaire du emmanuelbonnefil cibaComité interscolaire de basket-ball (Ciba), fondé le 9 mai 1988. Pour l'occasion, pas mal d'activités ont été organisées pour marquer cette date en lettre d'or. Dans une interview exclusive à Ticket Sport, le coordonnateur du Ciba a évoqué les activités réalisées au terme de la saison 2013 avant de faire une projection sur la nouvelle saison. Il en profité pour faire l'historique de son institution avant d'annoncer des nouveautés pour la saison à venir. « Une grande soirée de gala aura lieu d'ici la deuxième semaine du mois de janvier 2014 au Palais de l'Art pour boucler les festivités des 25 ans du Ciba », a fait savoir Emmanuel Bonnefil. L'intégralité de son entrevue. 

Ticket Sport : Quand le Ciba a-t-il vu le jour et quel a été sa mission ?

Emmanuel Bonnefil : Le Comité interscolaire de basket-ball (Ciba) n'est autre que le produit de maintes réflexions. Il s'agit d'une initiative d'un groupe de jeunes pratiquants, amants et passionnés du basket. Il a vu le jour le 9 mai 1998. Au départ, nous étions trois, Yves Marie Content (défunt), Lesly Desjardins et moi. Notre objectif était de faire jouer le basket dans le milieu scolaire, et ce, pour atteindre un plus grand nombre de jeunes. Ce faisant, nous contribuons à notre manière : 1) à combattre la délinquance juvénile, 2) à aider les jeunes dans le choix des divertissements sains 3) à la création d'emploi.

TS: Vous souvenez-vous du premier tournoi organisé par le Ciba ? 

EB : Nous avions organisé notre premier petit tournoi au Collège Senghor avec la participation de quatre écoles (Institution Gérard Gourgue, Collège Isidor Jean-Louis, Yves Albert Boucher et Collège Senghor), et ce, l'année qui a vu la création du Ciba. Alors, nous étions passés à cinq membres. Ainsi, la première édition a été remportée par le collège Yves Albert Boucher, 18 mai 1988 soit 9 jours après la fondation du Ciba.  

TS : Est-ce que le Ciba dispose d'un espace à lui pour faire jouer le basket ?

EB : Collège Senghor, Gymnasium Vincent, Collège Paul Robert, Collège de l'Etoile, Canado Haïtien, Collège Toussaint Louverture et Institution Sacré Coeur ont été des endroits où nous avions organisé nos premiers petits tournois. En 2009, grâce aux précieux concours de la Sogebank, nous avions commencé les travaux pour qu'on ait finalement un endroit idéal (Centre de Formation Classique) pour la pratique du basket. En 2011, la Digicel nous a aidés à finaliser le terrain du CFC (Babiole #7). Je peux vous l'avouer sans crainte d'être démenti: le Ciba a désormais un endroit pour la pratique du sport #2 du pays.

TS : Et depuis, qu'est ce qui a changé ?

EB : Beaucoup de choses ont changé. De nouveaux dirigeants nous ont rejoint, beaucoup de tournois ont été organisés, et ce, avec la participation de plus 40 écoles chaque année. Il faut ajouter à cela : le basket de plage à Soleil Antillais, la coupe Digicel (championnat national interscolaire). Sans oublier, plusieurs tournois organisés dans nos villes de province.

 

TS : Le 9 mai 2013, le Ciba avait atteint son premier quart de siècle. Qu'avez-vous réalisé pendant cette année ?

EB : D'abord, nous avions organisé notre traditionnel tournoi annuel (8e édition tournoi de l'Unité). Ce sont les équipes du CFC (cadet garçon), Institution  du Sacré Coeur (cadet et junior fille), collège Jacques Roumain (junior garçon) et collège Catherine Flon (open garçon) qui se sont imposés au terme de la saison 2013. Puis, nous avions également tenu la 4e édition du tournoi national interscolaire, baptisé : la « coupe Digicel », remportée par l'équipe de Port-au-Prince aux dépens de celle des Gonaïves. Ensuite, sous l'égide de Digicel, nous avions pu mettre sur pied la sélection du Ciba. Cette dernière se mesurait à plusieurs équipes de province, telles : Saint-Marc (78-62) en novembre 2012, Gonaïves (69-64) en janvier 2013, Hinche (58-48) en mars 2013. Et finalement, notre sponsor officiel, la Digicel et la Sogebank nous ont permis d'aller en République Dominique pour y jouer deux matches. Pour l'occasion, nous avions pris la longueur de l'équipe Campus Centro de Santiago (78-75), le 2 avril et le lendemain, nous avions battu l'Université Utessa de Santiago (58-48).

TS : A part cela, rien de spécial pour célébrer les 25 ans du Ciba ?

EB : Pour lancer les festivités du 25e anniversaire, nous étions le 13 novembre 2012 au local de Fany Villa (Babiole #31) grâce à nos sponsors, la Digicel, la Sogebank et le riz Méga. Entre le 3 décembre 2012 et le 26 juin 2013, nous avions passé 8 mois rien qu'à mettre du plaisir en organisant plus de 150 matches. Nous devions avoir une soirée de gala pour honorer nos sponsors (Digicel, Sogebank, riz Méga, Brasserie la Couronne). Ainsi que le staff du Ciba, les arbitres, la Police nationale. Sans oublier la presse sportive. Ce sera chose faite d'ici la deuxième semaine du mois de janvier 2014 au Palais de l'Art.

TS : Est-ce qu'il va y avoir des nouveautés la saison prochaine ?

EB : Justement, le championnat de l'Unité se disputera en sept (7) catégories. On va avoir cette saison la catégorie minime au niveau masculin et féminin (13 et 14 ans). Ce faisant, plus de 620 athlètes seront engagés. Des surprises, il en aura certainement lors des déroulements de nos différents matches au Centre de Formation Classique (CFC). Il est fort possible qu'on ait un séminaire de formation pour nos arbitres, début novembre. Pour matérialiser ce dossier, on est en négociation avec les autorités du COH pour qu'on puisse faire venir en Haïti des experts issus du Canada ou des USA. Il faut noter que la nouvelle saison débutera le 15 novembre 2013 avec le coup d'envoi de la 9e édition du championnat de l'Unité.  

TS : Etes-vous satisfait des activités réalisées par le Ciba cette année ?

EB : Je ne peux pas espérer mieux. Autant dire, je suis très satisfait, car on a pu réaliser l'ensemble des activités que nous devions organiser. De plus, nous nous sommes enorgueillis d'avoir occupé une place de choix dans le milieu scolaire en faisant jouer plus de sept cent (700) jeunes issus de quarante (40) écoles de la zone métropolitaine et de la province.

TS : Un mot pour finir ?

EB : J'en profite pour remercier à nouveau les sponsors, les directeurs d'écoles, les athlètes, les parents, le staff du Ciba, les arbitres, les amants du ballon orange et particulièrement, la presse sportive. Je souhaite que l'Etat haïtien décide enfin d'apporter son support aux sports pour qu'on puisse disposer d'une sélection nationale de basket valable, pouvant représenter le pays dans les grandes compétitions à l'échelle internationale.

 Propos recueillis par Légupeterson .">Alexandre/Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

p

.