×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

La délégation haïtienne a perdu un Jeffrey Julmisnouvel athlète dans les Jeux Olympiques de Londres ce lundi matin. Il s’agit de Jeffrey Julmis en (110m/haies). Julmis a terminé avant-dernier lors des ¼ de final de la cinquième série avec un chrono de (13’’87), laquelle a été remportée par l’Américain, Aries Merritt (13’’07), le Barbadien, Ryan Brathwaite (13’’23), le Chinois, Wenjun Xie (13’’43). L’Italien, Emanuele Abate (13’’46) et le Jamaïcain, Richards Phillips (13’’47) sont également qualifiés pour les ½ finales en raison de leurs meilleurs temps. .  

Il ne reste que Samyr Lainé en triple saut.

Add a comment

La belle aventure de notre compatriote, a-wesh 2012Marlena Wesh en ½ finales des 400 mètres dames au championnat d’athlétisme des J.O de Londres 2012 a pris fin, samedi 4 août dernier en prenant la dernière place de la troisième série de cette compétition avec un chrono de (52’’49) largement insuffisant, car cette vague a été remportée respectivement la Russe, Antonina Krivoshapka (49’’81), l’Américaine, DeeDee Trotter (49’’87) et la Jamaïcaine, Novlene Williams-Mills (49’’91). Elles sont toutes admises en finale.

Marlena Wesh, dossard (2030) n’a pas eu la même réussite qu’elle avait vendredi en se qualifiant pour les ½ finales avec un chrono de (51’’98). Opposée à des athlètes de classe mondiale, elle s’est fait batailler dans le couloir (9) en prenant la dernière place de cette série avec un temps médiocre de (52’’49) loin derrière les trois lauréates. Dommage pour Wesh et pour Haïti !

Ainsi, elle n'arrive pas à se qualifier pour la finale qui se tiendra ce dimanche au stade olympique de Londres. L’ensemble des 24 participantes reparties en trois vagues de huit athlètes, elle n’a pris que la 19e place.

Voici à présent les 9 athlètes qui disputent ce dimanche 5 août la finale des 400 mètres dames à compter de 4 heures 10 (heure d’Haïti). Ce sont respectivement la Russe, Antonina Krivoshapka (49’’81), l’Américaine, DeeDee Trotter (49’’87) et la Jamaïcaine, Novlene Williams-Mills (49’’91), l’Américaine, Sanya Richards-Ross (50’’07), la Botswanaise, Amantle Montsho (50’’15), l’Américaine, Franena McCorory (50’’19), la Britannique, Christine Ohuruogu (50’’22) et la Jamaïque, Rosemarie Whyte (50’’98).   

La prochaine sortie de l’athlétisme haïtien à Londres est programmée pour ce lundi 6 août 2012. Pour l’occasion, Marlena Wesh va tenter une nouvelle fois de se qualifier pour les ½ finales aux épreuves de 200 mètres à compter de 2 h 20 PM (heure de Port-au-Prince). Par ailleurs, dans le même temps, au stadium Olympique, Moïse Joseph en 800 mètres hommes essayera de décrocher sa qualification pour les demi-finales.

Jeffrey Jilmus (110m/haies) et Samyr Lainé (triple saut) entreront en lice le mardi 7 août prochain.

Add a comment

Avec un chrono de 51 secondes 98 a- M_Weshcentièmes, l’étudiante en médecine, Marlena Wesh (21 ans) a pris la troisième place de la septième vague lors de la première journée du championnat d’athlétisme aux Jeux Olympiques de Londres 2012, ce vendredi 3 août chez les 400 mètres dames, une série dominée par la Nigériane, George Regina (51’’24) devant la Russe, Gushchina Yulia (51’’54).

Après la déception de Linouse Desravine en judo (52 kilos), l’espoir renaît dans le camp des haïtiens suite à la qualification de Marlena Wesh pour les ½ finales des 400 mètres dames en prenant la troisième place de la septième série.

Lancée dans le couloir (#4), Marlena Wesh floquée du dossard (2030) n’a pas tardé pour donner le ton dès l’entame de la course. Au final, elle s’est emparée de la troisième place largement suffisante pour rallier les demi-finales puisque l’adversaire qui le suit, la Sénégalaise, Amy Mbacke Thiam a réalisé un temps de (53’’23) mais, elle a été distancée pour quelques centièmes par la Nigériane, George Regina (51’’24) et la Russe, Gushchina Yulia (51’’54).

Sur l’ensemble des 49 athlètes participaient aux 400 mètres dames, Wesh a réalisé le 14e meilleur temps sur les 21 athlètes qualifiées pour les ½ finales mais loin derrière les trois lauréates, Amantle Montsho (50’’40) de Botswana, Antonina Krivoshapka (50’’75) de la Russie et Francena McCorory (50’’78) des USA.

Malgré la chance de médaille de Wesh n’est pas garantie mais ce succès peut lui permettre de rêver grand, de préparer le choc des ½ finales dans lequel prendront part les étonnantes et atypiques (Américaines, Jamaïcaines et Africaines) dans la plus parfaite sérénité.

Les ½ finales sont programmées pour ce samedi 4 août à compter de 3h05 (heure de Port-au-Prince).

L’Haïtienne se trouve placer dans la troisième série, accompagnée de Carol Rodriguez (52’’19) de Porto-Rico), Antonina Krivoshapka (50’’75) de la Russie), Omolara Omotosho (52’’11) du Nigéria, Lee McConneell (52’’23) de la Grande-Bretagne, DeeDee Trotter (50’’87) des USA, Novlene  Williams-Mills (50’’88) de la Jamaïque et de Nataliya Pyhyda (51’’09) de l’Ukraine.     

En tenant compte de la performance de chaque athlète placée dans sa série lors ¼ de finales, Wesh (51’’98) avait fait mieux que Carol Rodriguez, Omolara Omotosho et Lee McConnell. Autant dire, Marlena Wesh qui sera placée dans le couloir (#4) doit sortir une grande course pour espérer de se qualifier pour la finale.

La prochaine sortie de l’athlétisme haïtien aux JO de Londres est programmée pour ce lundi 6 août avec la rentrée en lice de Moïse Joseph en 800 mètres hommes et pour l’occasion, Marlena Wesh va à nouveau tenter de se qualifier les ½ finales en 200 mètres dames. 

 

 

 

Add a comment

Comme on en est loin de l'exhortation COH copydu baron Pierre de Coubertin qui, en 1896, ressuscita les Jeux Olympiques de l'Antiquité grecque : « L'essentiel, c'est de participer ». Remarquez qu'il n'a pas exclu l'obligation de résultat, il n'a pas écarté la possibilité de la victoire. Or, la défaite chatouille le sentiment national. Le naturel d'un pays ressent comme une humiliation le fait, par la délégation qui le représente, de ne pas récolter une moisson de médailles. Et pour revenir au pays avec-soyons modestes, ne mettons pas la barre trop haut- quelques médailles, il y a toute une organisation en soubassement.

La cure d'amaigrissement

Depuis les J.O de Montréal en 1976, la participation haïtienne, d'une olympiade à l'autre, baisse en quantité. Avec appréhension, nous voyons arriver l'échéance d'une olympiade. On y a droit sur qualification et sur invitation. Il y a quatre ans, pour les J.O de Pékin, la délégation haïtienne comptait au moins dix athlètes dont les coureurs Dudley Dorival et Nadine Faustin, le boxeur Mike André Berto, le judoka Joël Brutus dans les plus de cent kilos et la judokate Ange-Mercie Jean-Baptiste (48 kilos), Sanon Tudor en Taekwondo. En athlétisme, le gros de l'effectif venait de la diaspora, d'ailleurs les coureurs étaient formés à l'extérieur, et leur préparation se déroulait dans des centres universitaires américains.

En 2012, la délégation a subi une sévère cure d'amaigrissement: seulement quatre coureurs en athlétisme et Linouse Desravines, pratiquante de judo (52 kilos). La mort dans l'âme, nous avons pris connaissance de la composition modique de la participation haïtienne.

Avec une délégation de douze membres dont cinq compétiteurs, comment espérer arriver au moins en demi-finales d'une course de fond ? Comment, à moins d'un miracle, espérer monter sur le podium ? Déjà, quand Linouse Desravines arriva en France pour un stage de préparation, elle était comme perdue. Elle lorgna du côté des autres athlètes pour s'apercevoir de leur encadrement technico-médical. Malgré tout, elle s'arma de courage, décidant de faire avec les moyens du bord. Mais avouez que ces conditions ne sont pas idéales pour s'attendre à un exploit haïtien (une performance) en judo (1), et plus largement, en athlétisme! Bref, on ne se fait pas d'illusion sur l'issue finale. Il n'y aura que l'exhortation du fondateur des Jeux olympiques modernes pour nous consoler de notre déception prévisible.

Même potion pour la Côte-d'Ivoire

On en était là, plongé dans une semi-torpeur, quand quelques jours avant la traditionnelle cérémonie d'ouverture de la 27e olympiade, à l'écoute de la fréquence internationale de Radio France, nous parvint la correspondance d'Emmanuel Koffy depuis Abidjan. En substance, il apprend à l'auditoire que même si la délégation ivoirienne a subi depuis (la 26e olympiade) une cure d'amaigrissement avec, en cette année 2012, seulement neuf athlètes (qui seront engagés dans les compétitions), il n'en reste pas moins que les espoirs de médaille ne se sont pas pour autant envolés. Avec l'encadrement technico-médical, la délégation est forte de trente-trois personnes; le budget- puisque toute participation coûte de l'argent- est financé par l'Etat ivoirien.

Mince consolation

Y a-t-il une solidarité dans la composition modeste de certaines délégations ? C'est à cette mince consolation que, de façon comparative, je m'accroche avant le dénouement prévisible. Étant entendu que seule une volonté politique, énergique et continue, permettra l'exécution et le déploiement d'un programme sportif ambitieux pour pouvoir remonter le courant et renoncer à la participation symbolique. En effet, il ne suffit plus de participer; monter sur le podium est une nécessité impérieuse en conformité avec le sentiment national. Après tout, la jeunesse haïtienne ne demande qu'à prouver ses dispositions naturelles et donner toute sa mesure ! Comme toutes les jeunesses du monde.

Jean-Claude Boyer

Add a comment

Après l’humiliante défaite sur ippon subie Marlena Weshen deux minutes et dix secondes de la judokate, Linouse Desravines (52 kilos) devant la Mongolienne, Munkhbaatar Bundmaa en seizième de finale des Jeux Olympiques de Londres, dimanche 29 juillet dernier à l’Excel stadium (Arena 2), Marlena Wesh, née le 16 février 1991 (21 ans) et qui réside à Virginia (USA), tentera de franchir le premier tour des 400 mètres dames au terme de la septième série qui se déroulera vendredi 3 août à compter de 7 heures du matin.

Elles sont au nombre de quarante neuf, les athlètes féminines reparties en sept séries de sept athlètes qui prendront part au premier tour des 400 mètres dames ce vendredi 3 août au stade olympique de Londres.

Placée dans la septième série, Marlena Wesh doit batailler fermement pour espérer franchir le second tour de cette compétition. Pour y arriver, elle doit se défaire des Africaines, Graciela Martins (Guinée-Bussau), Amy Mbacke Thiam (Sénégal) et Regina George (Nigéria) ainsi que de la Malaisienne, Olesea Cojuhari, de la Colombienne, Jennifer Padilla et de la Russe, Yulia Gushchina.

Du solide donc pour la représentante d’Haïti qui portera le dossard 2030. Elle sera placée dans le couloir (#4) soit entre Graciela (#5) et Amy Mbacke (#6). Les trois premières de chaque série sont qualifiées pour le tour suivant.

Même en cas d’élimination, Marlena Wesh aura l’occasion de se racheter lundi 6 août lors du premier tour des 200 mètres dames. Le même jour, on suivra de près les prestations de Moïse Joseph, né le 27 décembre 1981 (30 ans) dans les 800 mètres hommes.

Les deux autres athlètes haïtiens ont pris rendez-vous pour mardi 7 août prochain. Jeffrey Julmis, né le 30 septembre 1987 (27 ans) se mesurera dans les 110 mètres/haies alors que Samyr Lainé, né le 17 juillet 1984 et qui réside à New York (USA) reste l’athlète le plus populaire des Haïtiens à l’échelle internationale.

Pressenti initialement pour être le porte-drapeau de la délégation haïtienne, forte de douze personnes, il a été finalement écarté et c’est Linouse Desravines qui avait cet honneur. Samyr Lainé est attendu dans le triple saut pour faire valoir son talent et redorer le blason de tout un pays qui coure encore à la poursuite d’une médaille depuis celle remportée par Sylvio Cator lors des Jeux Olympiques d’été de 1928.

Signalons que cela fait déjà 84 ans depuis qu’Haïti ne remporte pas de médaille dans les Jeux Olympiques.

Add a comment

A un peu plus d'un mois des Jeux Moise JosephOlympiques de Londres, les athlètes qui défendront les couleurs du pays sont presque tous connus. Au côté de Samyr Lainé qualifié depuis les Jeux Panaméricains et Linouse Desravines qui a composté son billet, d'autres n'ont pas raté le train pour Londres.

Quatre autres athlètes haïtiens accompagneront Linouse Desravines aux Jeux Olympiques d'été de Londres prévu du 27 juillet au 13 août à Londres. Samyr Lainé (28 ans) en triple saut, Moïse Joseph (31 ans) en 800 mètres, Marleine Hilaire Wesh (21 ans) en 400 m plat et Jeffrey Julmiste (28 ans) en 110 m haies ont, comme Linouse Desravines (21 ans) catégorie 52 kg femme, déjà composté leur billet pour Londres.

L'équipe peut même s'alourdir de cinq autres représentants supplémentaires puisque cinq autres athlètes haïtiens sont encore qualifiables dans les jours à venir. Pascale Denaunay (31 ans) sur 100 m plat et en triple saut, Jonathan Juin (22 ans) sur 100 m plat, Roody Monrose (34 ans) sur 100 et 200 m plat, Josué Louis en décathlon et enfin Olivier Sajous en tennis ont encore des atouts pour ça et nourrissent cette ambition.

Le Judo quand même

Le Judo n'aura donc qu'un seul représentant avec la native de Limonade, Linouse Desravines. Le temps où le judo parvenait à aligner au moins deux athlètes semble révolu. Joel Brutus ayant pris sa retraite, Ange Mercie Jean-Baptiste (judo, 57 kg) touchée sérieusement par la disparition de son père après le séisme, n'étant pas parvenue à obtenir son billet pour Londres. Il ne faudra compter que sur Linouse Desravines. Abdias Lamour et Robenson Bourcicaut en catégorie 73 kg en judo peuvent commencer à fourbir leurs armes pour 2016. Les dés sont jetés pour 2012. Il n'y a plus de session de rattrapage dans cette discipline.

Le Tae Kwon Do absent

Le Tae kwon do haïtien sera totalement absent des Jeux de Londres. Sa participation aux Jeux d'Athènes et à ceux de Pékin ne sera pas rééditée. Sanon Tudor qui a disputé les Jeux d'Athènes et de Pékin en 2004 et 2008 en Tae Kwon Do n'a même pas disputé les éliminatoires. Le Tae Kwon Do dirigé par un Léo Cartraight viellissant n'est pas parvenu à trouver un successeur à Tudor.

Boxe, volley-ball, basket-ball et football out

La Boxe n'a pas trouvé un autre André Berto pour le représenter, le volley-ball avait eu la prudence de ne pas s'aligner. Le football masculin n'avait pas franchi un tour lors des éliminatoires, le football féminin avait atteint la dernière phase des éliminatoires avant de se faire sortir de la course. Même le basket-ball duquel des gens peu informés prêtent une santé rayonnante n'avait pu se placer dans la course à une possible qualification.

Chance de médailles

Disputer les Jeux Olympiques est le rêve suprême de chaque athlète, car si remporter la Coupe du Monde de football ou un championnat du monde d'athlétisme constitue un sommet pour chaque athlète, remporter une médaille olympique est tellement prestigieux que pouvoir concourir pour la médaille, même si l'on ne parvient pas à l'avoir est énorme pour les petits pays. Certes, avec une bonne politique sportive, Haïti peut revenir sur la grande scène en priorisant les disciplines susceptibles de la rendre compétitive dans quelques disciplines de poids. Les Jamaïcains ont compris qu'ils pouvaient être compétitifs en athlétisme, surtout dans les courses de vitesse, les africains eux exploitent l'endurance, Haïti peut aussi prioriser quelque chose.

La compétition sera difficile dans toutes les disciplines sportives et quand on regarde les records personnels des athlètes haïtiens qualifiés par rapport à la barre mondiale du moment. Il n'est pas permis de placer la barre des espérances trop élevée. Toutefois, la judokate Linouse Desravines, actuellement en préparation en France et surtout Samyr Lainé (23e mondial actuellement en triple saut) qui voudrait bien offrir une médaille à Haïti, chacun des athlètes qui représenteront Haïti, aux Jeux Olympiques de Londres, caresse le rêve de réaliser la plus grande compétition de sa vie et ramener une médaille à son pays. Comme Sylvio Cator.

Add a comment

Au même titre que les grandes nationsa-Linouse medaille_panamericain du sport, Haïti participera malgré vents et marrés  aux Jeux Olympiques (Jeux de la XXXe Olympiade de l'ère moderne) qui se tiendront à Londres (Angleterre) du 27 juillet au 12 août prochain dans les disciplines du Judo et d’Athlétisme.  

Encore Linouse Desravines !

Vainqueur du trophée de l'Association Haïtienne de Presse Sportive (Ashaps) récompensant le meilleur sportif de l'année 2011 (toutes disciplines confondues), Linouse Desravines, née le 10 février 1991 et d'origine capoise, sera la seule ambassadrice du judo haïtien dans les épreuves de 52 kg, où elle entend certainement faire bonne figure face à ses adversaires lors du tournoi de judo qui se disputera du 27 au 31 mai à Londres.

Pour parvenir à rafler une médaille pour Haïti, Linouse doit sans nul doute batailler fermement car elle n'aura surtout pas la tâche facile, vu la fiche technique de ses potentielles adversaires.

D'autre part, les tentatives des dirigeants de la Fédération de boxe, d'haltérophilie, de football et de taekwondo n'ont rien apporté en termes de qualifications pour les Jeux de Londres.

En revanche, Samyr Lainé (triple saut), Moïse Joseph (800 m), Marleine Wesh (400 m) et Jeffrey Julmis (110 m/haies) sont les quatre athlètes qui ont déjà leur billet en athlétisme pour faire hisser éventuellement le drapeau haïtien à ces jeux.

Quatre autres athlètes sont encore en course pour la qualification pour les Jeux de Londres, et ce jusqu'au 15 juillet. Il s'agit respectivement de Roody Monrose (100 m et 200 m), Jonathan Juin (400m/haies), Josué Louis (décathlon) et Pascale Delaunay (triple saut).

S'exprimant sur la préparation des athlètes haïtiens en vue de la qualification pour les JO de Londres, le président de la Fédération Haïtienne d'Athlétisme d'Amateur (FAA), a fait savoir que sa Fédération a pris la décision d'établir un camp d'entraînement pour ces athlètes en France et ils auront la possibilité de disputer certains tournois internationaux.

« Le 29 mai, les athlètes en question se rendront en France pour prendre part à un camp d'entraînement et participer à plusieurs compétitions européennes qualificatives pour les Jeux de Londres. Ils seront épaulés par un entraîneur d'origine française et Emmanuel Jackson. Ce dernier est un coach américain et c'est lui aussi qui s'occupe de Samyr Lainé », a expliqué Alain Jean Pierre.

Contrairement au judo, l'athlétisme rentrera en lice aux Jeux Olympiques de Londres du 4 au 12 août 2012.

Une nouvelle fois, Haïti sera représentée par une petite délégation composée de certains dirigeants et des athlètes issus du judo et de l'athlétisme sur un total de 26 disciplines sportives et 302 épreuves qui feront la toile de fond des Jeux Olympiques de Londres.

Add a comment

Plus d'articles...

.