×

Erreur

Strange, but missing GJFields library for /home/ashapsco/public_html/plugins/content/autoreadmore/autoreadmore.php
The library should be installed together with the extension... Anyway, reinstall it: GJFields

ARTS MARTIAUX

Georges Laraque:«Je me sens coupable d'être au Québec»

L’ancien homme fort du Canadien, Georges Laraque, s’apprête à livrer une nouvelle bataille mais qui, cette fois, altaura pour but de venir en aide à Haïti. «C’est mon devoir», explique-il, fort conscient de ses origines haïtiennes et de la «chance» qu’il a eu que ses parents immigrent au Canada il y a 20 ans.
Avec la collaboration de l'Association des joueurs de la Ligue nationale de hockey (AJLNH), Georges Laraque a en effet décidé de s’associer à l’organisme Vision Mondiale et d’amasser des fonds pour la construction d’un nouvel hôpital à Port-au-Prince. Aussi, des joueurs touchés par son implication ont décidé de mettre aux enchères des chandails à leur effigie ainsi que des bâtons pour amasser davantage d’argent.
«Je veux faire ma part en Haïti car je me sens un peu coupable d’avoir la chance d’être ici, au Québec. Si mes parents n’y avaient pas immigré, je pourrais être un des sinistrés à Port-au-Prince qui
prie pour qu’on lui vienne en aide», a-t-il confié en entrevue à 24 Heures jeudi. «Dépêchez-vous!»
L’ex-joueur du Canadien déplore par ailleurs que l’aide humanitaire se rende si lentement aux sinistrés haïtiens.
«Je ne comprends pas qu’on ait amassé 150 millions $ et qu’il a encore des gens qui crèvent de faim là-bas. Dépêchez-vous! On est capable de fabriquer des bombes atomiques, on devrait donc être capable d’organiser l’aide. Il y a des gens qui seront morts non pas du séisme, mais de la faim et de la soif car personne ne sera venu les secourir», dénonce-t-il.

Décidé à faire sa part, Georges Laraque est en train de coordonner avec Vision Mondiale un voyage à Port-au-Prince qui devrait avoir lieu d’ici un mois.
«Je suis allé deux fois dans ma vie à Haïti. C’est important d’y retourner en ces temps de souffrance, c’est un devoir», soutient-il. Tourner la page
Quelque peu éloigné des radars médiatiques depuis son départ du Canadien, l’homme de 33 ans assure que la perception qu’on a de lui le préoccupe peu.
«J’ai toujours été très impliqué dans la communauté. Depuis mon départ du CH, j’ai eu beaucoup de commentaires positifs et encourageants. Je ne suis pas seulement le bagarreur du Canadien dans la tête des gens».
Pour faire un don pour la construction de cet hôpital, on peut visiter le visionmondiale.ca/hockey.
Pour participer à l’enchère des joueurs de la LNH, consultez le nhlpa.com.

.